Retour

  • S10- PFE PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

Contrôle continu PFE

Semestre 10

DE 2 - Architecture, culture, espaces publics - Arnaud Sompairac, Hervé Dubois,

Responsable(s) : Arnaud Sompairac

Enseignant(s) : Hervé Dubois

  • Année : 5
  • Semestre : 10
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Master - Domaine d'études « Ecologies »

ARCHITECTURE, CULTURE ET ESPACES PUBLICS

 

Responsables : Arnaud Sompairac, Hervé Dubois, Guillaume Meigneux / TPCAU

 

Organisation de l’enseignement

Salle : à confirmer

Modes pédagogiques : Encadrement du projet = TD

Rythme : une séance par semaine, les mercredi de 9h30 à 13h30

 

 

 

CONNEXIONS AVEC D’AUTRES ENSEIGNEMENTS :

 

Dans le DE Ecologies :

-

 

Dans un autre DE : Alto

- Groupe de projet de Hervé Dubois : Villes émergentes

 

OBJECTIFS ET MÉTHODES DE TRAVAIL

 

Conformément au dispositif d’étude proposé en septembre, cet enseignement, finalisé par la production du PFE, est consacré au développement des projets étudiés au semestre précédent. De ce fait, il est réservé –sauf exception- aux étudiants qui, en toute connaissance du process, s’y sont inscrits au semestre d’automne et ont validé leur UE de projet du semestre 9.

 

Cet enseignement vise à travailler sur la durée pour, sur la base de programmes complexes, dans l’axe d’une figure urbaine pré-élaborée, traiter toutes les dimensions de l'architecture (fonctionnelles, réglementaires, constructives -structures / ambiances / acoustique -, matérialités et écriture formelle). On insistera particulièrement sur la relation entre l’espace public au sens commun du terme et l’espace des activités de production dédiées à l'agriculture, au recyclage, à la formation et à la réinsertion.

Contenu

CONTENU ET SUJET

 

Le travail du projet s'ancre clairement dans une dynamique d'une autre façon de faire la ville et l'architecture doit en rendre compte. l'autre façon est une façon qui réfléchit au premier chef à l'économie de moyens et à la ressource locale.

le sujet global de ce semestre, c'est d'abord la rencontre entre un lieu de production et un lieu public, ce dernier étant inscrit dans la dynamique d'un territoire et d'un Parce existant. les étudiants auront à dire comment le Parc est amené à se prolonger sous diverses formes possibles et en particulier sous la forme d'une inscription pédagogique dans le paysage.

 

parmi les espaces publics du XXIè siècle , ceux qui sont à l'interface d'une dimension paysagère et d'une dimension culturelle nous intéresse particulièrement.

 

Alors que les lieux du collectif sont de plus en plus pénétrés par les logiques marchandes des grands lieux de consommation de masse que sont les parcs d’attraction, les complexes de cinéma, les stades ou les malls commerciaux qui parfois colonisent les lieux d’intérêt public au point d’en compromettre la lisibilité et l’usage (cf gares), l’espace public et les espaces culturels que nous visons, en interrogeant la mémoire collective ou en induisant des activités partagées, revendiquent un accès démocratique à la connaissance. cette connaissance sera ancrée dans la réalité d'une crise écologique en cours.

 

 

 

Le S9 aura établi un positionnement programmatique sur la place de la production, de l'économie circulaire et de l'économie de la connaissance sur le territoire de Lil'Ô, sur l'île Saint-Denis. il aura défini une implantation des éléments bâtis et des espaces extérieurs sur cette parcelle.

le S10 , dans la continuité, s'attache plus centralement au fait architectural, et au fait paysager dans leur dimension propre et dans leur dessin. la qualité de l'usage s'inscrit dans la logique d'un projet architectural qui invente la spatialité propre à ce contexte et aux bifurcations nécessaires pour notre futur.

 

 

En S10 en vue du PFE le projet développera l'esquisse urbaine du S9 en projet architectural, bâti et non bâti (espaces publics), dans tous les aspect de la matérialité et de la pensée architecturale.

Travaux

L'encadrement du projet sera assuré par H.Dubois et A. Sompairac, accompagné ponctuellement par G.Meigneux.

Le fondement pédagogique de cette offre réside dans la volonté de croiser les regards et critiques des enseignants.

 

Outils :

- Recherches en bibliothèque, sur le web, lecture,…

- Analyses, études, individuelles et collectives,

- Expression : Dessin, croquis, schémas - Communication : Écrit / Oral/ Graphisme,

- Maquettes, étude et présentation, individuelles et collective.

 

MODES PEDAGOGIQUES

 

- Encadrement du projet = TD / enseignement collectif + individuel

- La validation finale du semestre précède le jury du PFE et fait l'objet d'une note séparée.

- Présentation hebdomadaire de l’avancement du travail , de façon collective et individuelle alternée

- Prise en compte de l’implication de l’étudiant dans les séances collectives

 

Critères :

- Présentation, communication

- Pensée, cohérence et construction de la démarche

- Prise en compte des données de l'exercice

- Expression architecturale et Pensée constructive

 

Nombre minimum d'étudiants souhaité : 5

Nombre maximum d'étudiants souhaité : 20

Informations annexes

Cet enseignement de PFE vise à travailler sur la durée pour, sur la base de programmes complexes, traiter toutes les dimensions de l'architecture (fonctionnelles, réglementaires, constructives -structures / ambiances / acoustique -, matérialités et écriture formelle). Le site de retenu est celui d'une parcelle actuellement en friche sur l'île Saint-Denis (93).

le programme repose sur 2 jambes: la première est la nécessité de faire exister sur le site une activité agricole, avec ses espaces annexés (commerces, petites transformations), la second est d'ouvrir cette parcelle de 3,8 ha au grand public, en lui proposant a minima des activités pédagogiques sur le site , autour des questions du vivant, du paysage, du climat, et des alternatives urbaines pour notre monde futur

 

Le travail du projet sur la production agricole et l'espace public représente une opportunité concrète pour les étudiants de se positionner de manière critique au regard de trois plans de questionnement : le premier sur l’urbanité, les qualités, les rôles et le sens de l’espace public, le second sur la relation programme-projet, le troisième sur l’habiter/construire, sur l’architectonique.