Retour

  • S8-S2 PREPARATION A LA RECHERCHE

DE 6 : Histoire de reconstructions - M. Gaimard, C. Palant et G.-A. Langlois

Semestre 8

Responsable(s) : Gilles-Antoine Langlois

Enseignant(s) : Christel Palant, Marie Gaimard

  • Année : 4
  • Semestre : 8
  • E.C.T.S : 7
  • Coefficient : 8,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Séminaire 'Histoires de Reconstructions'

 

 

Enseignants responsables :

Marie Gaimard, MCF Histoire et cultures architecturales

Gilles-Antoine Langlois, PR HDR Histoire et cultures architecturales

 

Enseignants associés :

Christel Palant-Frapier, MCF Histoire et cultures architecturales

Elie Antoun, doctorant EVCAU

Rita Khalaf, doctorante EVCAU sous contrat

Astrid Lenoir, doctorante EVCAU sous contrat

 

 

Effectif maximum : 12 (+ étudiants de l'Université de Paris)

 

 

 

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

 

Le séminaire est orienté vers la construction d'un avant-projet de recherche préparant au mémoire d'architecture par la méthode historique.

 

Il tend à considérer la reconstruction comme une récurrence, constitutive de l’architecture depuis ses origines. Dès le départ, la “reconstruction” questionne des ambiguïtés possibles : reconstruire, est-ce reconstituer une ancienne ville, un ancien bâtiment, ou bien les relever de leurs ruines en proposant une nouvelle définition de la ville ? Est-ce composer un nouveau plan et un nouveau design, vouloir (re)composer une autre société, ou les deux ?

 

La notion de reconstruction, posée à l’échelle chronologique du 'temps long' et des espaces identifiés sur toutes les aires géographiques et culturelles, sera interrogée par le biais des outils et des méthodes propres à l’histoire. Seront ainsi explicités et pratiqués au fur et à mesure :

recherche documentaire et in situ,

hypothèses de recherche,

croisements des sources et critiques interne et externe, et si l'on va vers la théorie, recherche et construction du 'fait historique'.

 

On peut ajouter que, face au projet de destruction de l'édifice ou de la ville, le processus de reconstruction (refus de la ruine et ambition projectuelle), passe souvent par une phase d’encampement et de construction éphémère.

Ces processus ne sont pas toujours radicaux et l’on “reconstruit” aussi, plus légèrement, des fragments de site ou d’édifices endommagés. La reconstruction s’inscrit donc dans une temporalité plurielle et met l’architecte, l'urbaniste, le paysagiste face à des choix théoriques d’ordre historique et mémoriel, architectural, urbain et paysager, mais aussi technique et économique.

 

Des études de cas prises dans différents pays, continents et échelles constitueront le socle de nos réflexions. On analysera les divergences conceptuelles et projectuelles entre reconstruction post-ruine, post-catastrophe et post-conflit. On s'attachera à dévoiler les dimensions temporelles de ce passage de relais que constituent les reconstructions, ainsi que les dimensions artistiques et culturelles de leurs représentations : arts visuels, cinéma, littérature.

 

Le séminaire se fixe pour ambition finale d’accompagner les étudiants vers le choix d'un sujet et la préparation de leur mémoire de master d'architecture, voire vers le parcours de PFE 'recherche'.

Contenu

Les thématiques suivantes (liste non limitative) peuvent être appréhendées dans les avant-projets de mémoire :

 

Tabula rasa / construire dans le construit.

 

Reconstruction et image de la ruine

 

Reconstruction et conscience de l'héritage

 

Reconstruction et sensibilité mémorielle

 

Reconstruction et innovation architecturale/urbaine

 

Reconstruction, forme et rythme : l’encampement

 

Théories de la restauration

 

 

Les séances feront alterner :

 

visites in situ,

interventions et conférences,

exercices individuels et débats collectifs.

 

Un voyage d'étude est en préparation.

Travaux

L’avant-projet de mémoire consiste en :

 

- une brève présentation d’un sujet et d’une problématique dont l’étudiant a pu évaluer la faisabilité (1 page),

- un état des savoirs (2 pages),

- un plan détaillé (4 à 6 pages),

- une section rédigée avec iconographie (10 à 12 pages),

- ainsi qu’une documentation (sources et appareil critique) correcte dans ses choix et sa présentation.

Bibliographie

en construction

Informations supplémentaires

Des tutoriels seront fournis par les enseignants pour alimenter les questionnements, de même que des pistes complémentaires de documentation archivistique, bibliographique et informatique.

Informations annexes

Le séminaire s’inscrit dans le domaine d’études 6 « Transformations » mais il est ouvert à tous.

 

Il est intégré au partenariat du laboratoire de l’école EnVironnement numérique / Culture Architecturale et Urbaine (EVCAU), dont Marie Gaimard est co-directrice, avec le laboratoire Identités Cultures Territoires (ICT) de l’Université de Paris, mention « Ville Architecture Patrimoine » (VAP). Ainsi, des étudiants de l'Université participent au séminaire.

 

Il s’inscrit également dans la création en 2018-2019 par les ministères de tutelle des écoles d’architecture, Culture et Enseignement supérieur, d’un module « Patrimoine » obligatoire dans la stratégie pluri-annuelle des écoles supérieures d’architecture (mesure n° 8).

 

Il s’inscrit enfin parmi les travaux du réseau de recherche habilité Architecture Patrimoine Création, dont Gilles-Antoine Langlois est membre du Conseil scientifique.

 

Intitulé du séminaire en anglais :