Retour

  • S7-S2 Séminaires 2

DE 3 : Chemin faisant. Art et cultures de la marche (partiellement ou intégralement en anglais selon étudiants) - Sandra Parvu et Réjane Lhote

Semestre 7

Responsable(s) : Sandra Parvu

Enseignant(s) : Réjane Lhote, André Avril

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • Coefficient : 8,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

- Explorer l’urbain en marchant

- Se glisser dans ses interstices

- Trouver des lieux susceptibles de soulever des questions sur les mécanismes de fonctionnement et de transformation des territoires

- Construire une relation problématisée à la marche

- Tester la marche comme outil de recherche

- Aller à la rencontre du site

- Glaner des rencontres, des fruits, des sons et des images

- Restituer ces rencontres

- Fabriquer un film, dessin, action/ performance

Contenu

Le séminaire développe une connaissance du territoire et de l’agglomération francilienne établie sur la marche.

 

Il pose l’hypothèse que la marche permet d’explorer l’urbain par ses interstices et ainsi d'identifier des angles morts des politiques urbaines et de la programmation territoriale. Les trois points d’appui du séminaire sont :

 

- construire un regard et une connaissance expérimentale de première main ;

- fabriquer une écriture personnelle initiée aux règles de la production scientifique ;

- articuler les registres de l'expérience physique avec des champs théoriques et poétiques.

 

Il encourage la formulation de questions simples partant d’observations de terrain qui, semblables aux indices d’enquêtes, ouvrent sur des pistes de recherche dans lesquelles se croisent différents savoirs et disciplines (architecturale, géographique, anthropologique, historique, économique, politique, etc.)

 

En même temps qu’il développe une réflexion sur la marche fondée sur sa pratique, le séminaire encadré par une architecte-chercheuse et une artiste visuelle vise également à construire une culture critique grâce à des apports théoriques constitués par la lecture de textes, la projection de films, l’activation des protocoles artistiques et la pratique d’outils de saisie et de traduction (dessins, textes, photographies, sons, vidéo...) permettant d’articuler la matière observée.

 

L’alternance entre séances de marche sur le terrain et séances en salle, ainsi que le nombre d’heures équivalent passé sur le terrain et à l’école mettent l’accent sur le déplacement de la frontière classique entre le temps de collecte sur le terrain et le temps de mise en forme à l’atelier pour penser en continuum les espaces intérieurs et extérieurs comme des « lieux de création », de mûrissement des idées, de mise en place de protocoles qui explorent un questionnement et testent des hypothèses.

 

Chaque année est structurée autour de la présence d'un invité.

 

En 2021, 'Chemin faisant' accueille

 

D E N I S M O R E A U , A R T I S T E - M A R C H E U R A R C H I T E C T E

 

F O N D A T E U R D U S E N T I E R M E T R O P O L I T A I N D U T R E S G R A N D P A R I S

 

 

Le SMGP dessine un nouveau chemin de grande randonnée (GR) en définissant un tracé de 600km en fonction de fils narratifs glânés, d'une connaissance approfondie du territoire, de points de passage et sentiers existants, de problématiques historiques qui donnent sens à la compréhension de la métropole parisienne.

 

Cette année, l'objectif sera de donner une lecture sensible (série de dessins, réalisation d’un film, faire une action/performance) à partir d'une série de marches réalisées collectivement et en petits groupes sur un des tronçons du futur sentier. Il s'agira de récolter une ou plusieurs histoires, grandes ou petites, récoltées sur ces territoires, et de les creuser, compléter, au cours des marches sur le terrain, de participation à des ateliers géographiques organisés par le 'Sentier métropolitain' avec les habitants et les associations de ces communes, ainsi que par des incursions en archives. L'alternance entre marches et école permettra de restituer et de mettre en forme en salle les données recueillies sur le terrain.

 

 

Au-delà des discussions visant à élaborer et à faire avancer les projets, une partie des séances en salle sera également dédiée au visionnage et à la discussion de films, de présentations de travaux de plasticiens et de chorégraphes tels que :

 

 

John Smith, 'The Girl Chewing Gum', 1976, 11’46”

 

Andreï Tarkovsky, 'Stalker', 1979, 155’

 

Jonas Mekas, 'A Walk', 1990, 58’

 

Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, 'Itinéraire de Jean Bricard', 2009, 40’ (d’après Itinéraire de Jean Bricard et Jean-Yves Petiteau)

 

Christiane Büchner, 'Warsaw Frankenstein', 2012, 95’ (avec Boris Sieverts)

 

Paul-Hervé Lavessière, 'Voyage en Google Earth', 2016, 2’26”

 

Bruce Nauman, 'Dance or Exercise on the Perimeter of a Square (Square Dance)', 1967–8, 8’24”

 

Francis Alys, 'The Green Line', 2004

 

Hamish Fulton, 'Walking in Paris', 2013

 

Janet Cardiff, 'Alter Bahnhof Video Walk', 2012, 8'27' (avec George Miller)

 

Esther Ferrer, 'Le chemin se fait en marchant'

 

Mathias Poisson, 'Paysages sensibles, cartes'

 

Richard Long, 'A Line Made by Walking', 1967

Travaux

En plus de la semaine d'examens pendant laquelle le travail de fin de semestre sera présenté, quatre séances sur dix seront en partie consacrées à un échange autour de l'avancement du projet. Chaque séance sera l'occasion d'accompagner l'avancement régulier du projet, et de mesurer la façon dont il se met graduellement en place.

Bibliographie

Une sélection d’ouvrages théoriques, d’articles scientifiques, de vidéos et d’œuvres artistiques sera remise en début de semestre. Ci-dessous, une sélection des marcheurs dont le travail sera discuté : Antoine de Baeque (historien, critique de cinéma), Emmanuelle Bouyer (artiste), Francesco Careri (architecte), Xavier Dousson (architecte), Jean-Yves Petiteau (sociologue), Ghenadie Popescu (artiste), Boris Sieverts (artiste), Alexis Pernet (paysagiste), Catherine Rannou (architecte), Jacques Réda (poète), Will Self (journaliste), Iain Sinclair (écrivain), Hendrik Sturm (sculpteur), Ariane Wilson (architecte).