Retour

  • S7-P2 Projet 2 architectural et urbain

DE 3 : Architectures muséales et scénographie - A. Sompairac, J. Moreno et H. Herré

Semestre 7

Responsable(s) : Arnaud Sompairac

Enseignant(s) : Jon Moreno Iriarte, Henri Herre - Parant

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • Coefficient : 6,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

UN MUSEE ET UN CENTRE D'INTERPRETATION à COULOMMIERS

 

un site, 3 échelles:

l'intervention dans un Monument historique, la création d'un nouveau musée et ses jardins/ l'installation d'une scénographie permanente dans (et hors ?) le musée.

Le futur Musée de Coulommiers, en Seine et Marne, sera à l’automne 2020, l’objet principal de notre travail. Celui-ci portera sur les aspects scénographiques, architecturaux et paysagers d’un site à réinventer, à partir d’un ensemble d’édifices pour partie ruinés, initialement un couvent.

 

La période de confinement et les interrogations sur l’espace public qu’elle suscite nous amène à réinventer le projet d’architecture muséale, qui prendrait désormais place au sein d’un complexe populaire plus vaste, avec une dimension forte de jardin/ferme pédagogique et des formes d’apprentissage renouvelées. En terme de méthode, c’est une programmation qui sera construite à l’occasion d’un débat entre étudiants et enseignants, sur une période de séminaire intensif de rentrée.

Nous voudrions nous installer dans la dynamique d’un contre-projet. La situation post-covid nous invite à repenser tout à la fois l’espace du musée et la vie d’un jardin public tel que celui qui entoure l’actuel couvent avec sa chapelle.

 

Les étudiants s’empareront de ce programme à l’occasion d’un débat qui sera mené conjointement par enseignants et étudiants, sur les attentes possibles en matière d’espaces publics, et d’espaces de savoir dans une petite ville un peu endormie comme Coulommiers

 

Cependant, les réflexions engagées portent uniquement sur la mise en place d’un musée dans l’ancien couvent, avec l’installation d’une dualité entre un musée « classique » et un centre d ’interprétation dédié au fromage de Brie

Dans la filiation directe de la vie d’un couvent à la période classique, nous pourrions par exemple nous installer dans l’idée d’un centre de production agricole, avec ici une spécificité : la tradition fromagère. La pédagogie ni la scénographie ne seraient oubliées en cette affaire, au contraire : elles s’immisceront aussi bien dans le bâti que dans les jardins, potagers, vergers, jardins des simples, et à la limite pâturages. Le parcours autour du fromage de Brie pourrait prendre la forme d’une ferme pédagogique en milieu urbain, avec ce que cela suppose d’aménagement. La localisation des espaces pédagogiques tiendrait à la fois d’une promenade et d’une expérimentation au cœur des jardins, et d’une immersion dans des blocs plus compact de savoirs d’une production agricole et biologique.

 

Le centre aurait vocation à accueillir les enfants, mais aussi un lieu de formation pour adultes.

 

En vis-à-vis le musée de Coulommiers aurait vocation à accueillir le programme tel qu’il se présente aujourd’hui, avec une grande disparité de collection. La diversité même de la collection se conjugue avec celle des bâtiments et jardins à venir, pour produire un lieu et un espace public de la connaissance.

 

Les phases de projets alternent la conception à l’échelle paysagère, la construction d’un édifice, et l’invention d’une spatialité engendrée par une collection d’objets, d’images et de documents. En parallèle un travail d’investigation poétique sur l’espace est mené grâce à la production d’images filmées et montées. Ces différents modes opératoires conjugués sont porteurs d’une autre façon de faire de l’architecture dans la ville.

 

 

Pour la méthode, c’est un regard à porter en particulier sur le déplacement du corps du visiteur dans l’espace, et de ce que çà implique comme questions relatives à la perception (polysensorielle) et à son articulation avec une production symbolique (effet de connaissance). Rythmes et séquençage, structures, lumières, c’est à partir de cette matière qu’on travaille.

L’espace est ici habité par des flux de visites et l’on expérimentera les questions de représentation afférents à ces espaces comme lieux habités, pour suivre Michel de Certeau et prolonger les réflexions de B.Tschumi.

 

Présentations orales, graphiques et écrites collectives des étapes intermédiaires.

Contenu

Le déroulement du projet : 4 temps successifs.

 

. le premier temps est un temps immersif, consacré à l'exploration de la 'culture du sujet': enquête rapide sur les musées, orientée par les thèmes scénographiques ultérieurs : ce sera l'intensif de rentrée. ces enquêtes intensives seront orientées tantôt vers l'aspect muséal, tantôt vers les centres d'interprétation (on éclaircira cette nuance). dans le même temps, c'est l'occasion de développer pour chaque étudiant ou groupe d'étudiants les spécificités de son approche de 'l'espace de la connaissance', et ainsi de définit, après un débat intensif, ce qu'il en est de son programme..

 

 

. immédiatement après, une investigation vidéo-portable sous la direction d'Henri Herré, pour explorer les lieux dans le Parc de Coulommiers et les architectures qui y existent. Nous accompagnerons chaque approche – paysagère, muséale, scénographique – par des expériences filmiques qui permettent de documenter comment votre corps se confronte à ces strates architecturales.

 

 

. le troisième temps du projet à proprement parler, met le 'Musée de Coulommiers' au coeur de l'exercice. c'est un Musée qui existe en piteux état et qui doit subir une importante transformation/extension. L’exercice se déroule sur 3 semaines, pour aboutir à une esquisse.

Il est mené sur la base d'un programme précis.

il s'agit cette fois d’explorer d’une part les relations du musée et de son contexte urbain/paysager, et d’autre part de viser à la meilleure inscription des collections dans une architecture existante (le couvent et sa future extension). Exercice de valorisation, d’une part, logiques de parcours d’autre part. L’organisation des parcours, des moments de pause, et la localisation de l’ensemble des fonctions du musée constituera la première partie de l’exercice. exercice en binôme, sauf exception.

 

Le temps suivant est le temps scénographique où chacun explorera individuellement la capacité de la collection actuelle à engendrer, de façon centripète, une spatialité intérieure.. 4 semaines pour définir un parcours, une esthétique, un univers, sur environ 1200m².

 

. le dernier temps est un retour sur l'architecture, après ce passage que nous espérons nourrissant, par la scénographie. ce retour permettra d'intégrer les deux dimensions et les deux logiques SPATIALES convoquées.

Travaux

Ce déroulement et l'encadrement des propositions devront conduire à la production individuelle ou en équipes de deux projets, l’un de scénographie, l’autre de Musée/centre d'interprétation/ferme urbaine (incluant Les espaces publics extérieurs et paysagers), avec une définition matérielle poussée. la matérialité constructive et la réflexion sur les modes de production de l’exposition font partie de l’exercice.

Les exercices de manipulation d’espaces en video donneront également lieu à plusieurs rendus.

Bibliographie

L’invention des musées / Roland Schaer, 1993 / Gallimard

Museologica, contradiction et logique du musée / Bernard Deloche, 1985 / W.MNES

Architecture et musée / Colloque Royaumont,1998 / RL

Le Musée : entre ironie et communication / Yves Cusset, 2000 / Plein Feux

Manuel de muséographie / M.O De Bary, J.M.Tobelem, 1998 / Séguier

L’exposition, interprétation et réinterprétation / Bernard Guelton, 1998 / L’Harmattan

Artifices d’exposition / René Vincon, 1999 / L’Harmattan

L’Exposition à l’œuvre / Jean Davallon, 1999 / Paris

Le musée à l’œuvre / J.Putnam, Thames and Hudson, 2002

La muséologie selon Georges Rivière / Paris 1989

Cahiers du Musée National d’Art moderne (C.Pompidou):

L’architecture du musée, remarques

L’exposition temporaire / Technique et architecture, N°453

Claquemurer pour ainsi dire tout l’univers, recueil, sous la dir. De J.Davallon. CCI, Centre Georges Pompidou, 1986, Paris.

Exposer, Exhiber, recueil, Ed de La Villette, 1995, Paris

Le culte moderne des monuments / A.Riegl, Ed du Seuil, 1984, Paris

L’espace public, Jürgen Habermas, Payot, 1993, Paris

Engaging spaces, exhibition design explored by Kossmann.dejong, Frame Publishers, Amsterdam,2010

Scénographies d'exposition, six perspectives critiques, A.Sompairac, Genève, 2016

Espaces scénographiques, A.Sompairac, Genève, 2020

Informations supplémentaires

En sus des exposés mentionnés dans la méthods de travail, sont effectuées diverses visites dont :

- visites commentées du site du projet

- analyse de projets muséaux et lieu de formation/tiers-lieux contemporains.