Retour

  • S9-P4 Projet achitectural et urbain

DE 1 : Villes émergentes - Architecture de la Métropole - Marie-Caroline Piot et Sébastien Blondiot

Semestre 9

Responsable(s) : Marie-Caroline Piot-Asfar, Sébastien Blondiot

  • Année : 5
  • Semestre : 9
  • E.C.T.S : 14
  • Coefficient : 6,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Domaine d’étude A-LTO

« VILLES EMERGENTES»

Site de Kourou, Guyane // ou choix d'un site libre en climat extrême (tropical ou autre)

Enjeux climatiques et inondabilité d’une ville française en Amazonie

 

M1-S9 PROJET 1° semestre 2022-23

Grille programme

Temps : 16 semaines Heures encadrées : 120 h – Heures étudiants : 170 h – Total des heures : 290 h.

Effectif : étudiants

Enseignants: Marie-Caroline PIOT, Sébastien BLONDOT

 

Objectifs pédagogiques :

 

La ville de Kourou, située sur le littoral guyanais à égale distance du Surinam à l'ouest et du Brésil à l'Est présente le paradoxe d'accueillir sur son territoire les technologies spatiales les plus avancées mis en oeuvre par une population majoritairement expatriée à hauts revenus et une population principalement d'origine buchinengée, à l'origine déplacée des terrains retenus pour la création du centre spatial en 1964 rejointe par de nombreux migrants vivant dans des conditions de ressources très modestes.

Choisi en accord avec la direction des affaires culturelles de Guyane avec laquelle nous avons établi un partenariat, le site qui vous est proposé permet l'étude d'un projet de développement urbain prenant appui sur l'Opération d'Intérêt National lancée en 2018 selon des paramètres climatiques, sociaux, urbains, réglementaires que vous ne pourrez déduire simplement d' expériences projectuelles équivalentes en métropole.

 

Cette expérience, articulée autour d'un voyage en Guyane prévu fin novembre 2022, visera à proposer différents modes d'urbanisation d'une zone partiellement marécageuse située entre un secteur littoral originel au nord, qui a accueilli un développement rapide de la ville au rythme des programmes spatiaux et un secteur majoritairement occupé par une zone d'activité au sud développé autour du site archéologique des pierres gravées.

La mise en relation de ces deux parties de ville et la définition de leur relation au secteur très protégé du CNES requerrera de votre part des prises de positions spatiales et programmatiques permettante dessin d'espaces publics signifiants.

Une réflexion sera menée sur la pertinence de construire en zone inondable et sur les principes mis en oeuvre à cette occasion (réseaux, modes de déplacements, techniques constructives..) Cette question récurrente en Guyane pourra donner lieu à une expérimentation typologique dont les résultats intéressent potentiellement de nombreux territoires en raison de la fréquence des crues et de l'implantation traditionnelle des villes et villages en bord de fleuve ou sur le littoral..

 

Le climat tropical Guyanais oblige à penser l'architecture à partir des éléments naturels (orientation, vent, matérialité), afin d'offrir des conditions de confort acceptable. La question de la matérialité répond également à des enjeux spécifiques, du fait de l'absence de matériaux industriels sur place et de la nécessité d'importer tout matériaux industriel, et donne l'occasion de travailler avec les ressources naturelles présentes sur site (bois tropical, terre, végétaux à croissance rapide...). Ce contexte favorisera un travail poussé concernant les aspects constructifs et la matérialité.

 

Les étudiants de S9 pourront choisir de travailler un projet sur le site proposé, avec un programme de quartier d'habitation, mais ils auront également la liberté de choisir un autre programme sur ce site, ou un autre site, situé dans un climat extrême.

 

Cette réflexion est l’occasion d’aborder certaines questions fondatrices de la ville comme lieu de communauté :

 

Quelle mutabilité la ville réserve-t-elle pour intégrer les populations migrantes et leur offrir un habitat digne ? Comment accompagner l’habitat auto-construit ? Quelle densité urbaine pour une population intégrant l’agriculture vivrière au cœur de la notion d’habitat ? Comment contenir la ville et maitriser ses limites ? Comment habiter en territoire inondable?

 

Nous vous proposons d’étudier ces questions à deux échelles :

- Un premier travail sera réalisé à l’échelle urbaine, avec une analyse de la ville actuelle puis d’un quartier en devenir.

- Un second travail à l’échelle architecturale visera à développer une stratégie projectuelle spécifique dont il s'agira de définir les principes programmatiques et formels et le lien entre eux.

Ces objectifs seront poursuivis à travers une recherche par le projet et les outils de sa représentation entendus comme support de l’analyse et vecteur de connaissances.

Contenu

Workshop sur site :

Ce travail s’insère dans un partenariat avec la Direction des Affaires Culturelles de Guyane, qui propose le financement d’un workshop sur site. Ce voyage se déroulera dans le courant du mois de novembre, sous réserve de la situation sanitaire et du nombre d'étudiants inscrits. Le groupe S7 sera prioritaire sur le voyage. Dans tous les cas, des vidéos conférences seront établies avec les services de la DAC à certains moments clés du projet urbain et architectural.

 

Contexte culturel :

La population se caractérise par un morcellement de communautés : amérindiens, bushinenge ou noirs marrons, hmongs, créoles, métropolitains, surinamais,

brésiliens... Les modes d’habiter de ces différentes populations varient (zones d’habitat informel, villages coutumiers, ville ancienne coloniale), ainsi que l’organisation de leur communauté. Pour la majorité, le rapport à la terre est très important, l’agriculture vivrière (abbatis) faisant partie intégrante du quotidien et des ressources du foyer. La prégnance de la nature est ici, pour tous, intégrée dans la vie de tous les jours. La question de la soutenabilité ou de la frugalité des modes d’habiter est déjà réelle par défaut.

 

 

Echelle urbaine :

Le projet urbain sera mené par groupe de deux ou trois étudiants. Il intégrera les problématiques liées à la croissance démographique et aux spécificités culturelles, climatiques et de ressources locales.

L’implantation de logements et d’équipements publics sera associée à un traitement exigeant des espaces urbains.

 

Echelle architecturale : Ce projet précédant immédiatement le PFE, il sera demandé à chaque étudiant d’expérimenter individuellement un développement architectural critique du projet urbain initial selon un programme et une méthode choisie.

Le projet intégrera toutes les échelles de pertinence physiques, sociales, politiques, climatiques engagées par ce territoire dont la spécificité interdit tout mimétisme avec des solutions développées en France métropolitaine.

Une attention particulière sera portée sur la matérialité (réflexion et recherche sur les ressources locales) ainsi que sur les systèmes constructifs (réalisation de détails constructifs). Le travail autour de l'auto-construction est intimement lié avec l'étude des matériaux.

 

L’organisation des séances

jour(s) de la semaine et horaire : tous les mercredis matin, et ponctuellement le vendredi après-midi.

salle(s) : en attente

 

modes pédagogiques :

Un premier temps sera consacré à l’analyse de projets architecturaux remarquables réalisés en climat tropical, projets d’habitat et équipements, d'autre part à l’étude de recherches et de documents d’urbanisme révélatrices des spécificités du territoire.

Le mois d’octobre sera consacré à la réalisation d’un projet urbain associant bâtiment et espace public.

Une maquette générale du site sera réalisée collectivement.

 

Les mois de novembre et décembre permettront un re-questionnement du projet à l’issue du jury de première phase et des échanges avec la DAC, ainsi que le développement du projet à l’échelle architecturale sur ce même site.

Un second jury aura lieu fin décembre.

Le jury final aura lieu lors de la dernière semaine de janvier.

 

En cours de semestre, des corrections croisées auront lieu avec l’atelier Villes Emergentes de S7 encadré par Hervé Dubois et Estelle Poisson.

Travaux

.

Bibliographie

- Architecture en terre d’aujourd’hui, Dominique Gauzin-Muller,

- Pavillon de l’Arsenal : Catalogue de l’exposition : Fibra architectures – Architecture contemporaine en Fibre végétale, 2019

- Elemental Incremental housing and participatory design manual (Aravena et Iacobelli), 2012

- La ville accueillante, C.Hannape 2018

- Le terrritoire de l'Architecture. V. Gregotti 1966-Fr 1982