Retour

  • S8-P2 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 4 : Europan - M. Jacotey et C.-A. de Beauvais

Semestre 8

Responsable(s) : Michel Jacotey, Charles-Albert de Beauvais

  • Année : 4
  • Semestre : 8
  • E.C.T.S : 13
  • Coefficient : 5,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

ENSEIGNANTS

 

L’équipe pédagogique est constituée de:

• Michel JACOTEY, architecte DPLG et enseignant titulaire (responsable [72 H]);

• Charles-Albert DE BEAUVAIS, architecte DPLG et enseignant titulaire (88 H).

 

 

ORIENTATIONS PRINCIPALES

 

Le semestre est l’occasion d’aborder, dans le cadre d’un programme mixte, de dimension modeste, situé dans un site réel et comprenant un ou plusieurs édifices à usage de travail (agence d’architecture) et d’habitation (individuelle et/ou collective), l’une des thématiques du DE4 FAIRE (professionnalisation, initiation au métier d’architecte), avec la volonté:

• d’insister sur le développement encadré d’une méthode de projet faisant une large part au rationnel et à la recherche de sens à chacune des étapes de l’étude;

• d’affiner la représentation architecturale sous l’ensemble de ses aspects (croquis et schémas d’intention, dessin d’étude et de vérification, dessin de présentation et dessin d’exécution);

• de poursuivre l’expérimentation de la pratique du projet sous certains de ses aspects opérationnels (méthode de travail, techniques de construction, insertion dans le réel, etc.) en considérant la réalité du construire comme moteur de la conception;

• d’installer, aussi profondément que possible, l’étudiant dans une perspective professionnelle en renforçant le lien entre les deux facettes de l’architecture, discipline et métier.

 

Ce projet unique, développé pendant tout le semestre, engage chaque étudiant à:

• aborder un programme marqué par l’actualité (réflexion sur les lieux mixtes, éventuellement partagés, destinés au travail et à l’habitation et en lien direct avec la spécificité d’une profession et une évolution sociétale contemporaine);

• renouveler la typologie du lieu de production de l’architecture, souvent figée, en introduisant des degrés de liberté et des pistes d’innovation (polyvalence des savoirs, mutualisation des lieux, flexibilité et évolutivité des espaces dans le temps, etc.) souvent absents de ce type de programme;

• réfléchir, à l’occasion d’un programme quotidien, domestique, au double statut de l’utilisateur (à la fois professionnel de l’architecture et membre d’une cellule familiale) et à l’interactivité directe entre l’articulation des lieux de travail et de vie et le comportement social et la réussite personnelle et professionnelle;

• étudier des références historiques ou d’actualité de programmes de même nature (mixtes ou non) à travers une analyse encadrée d’une vingtaine de réalisations;

• s’initier, en pratique, aux principales réglementations applicables au programme (sécurité incendie, accessibilité des handicapés, construction au sens large, comportement énergétique, etc.) et au site sélectionné (PLU, PPR, etc.);

• explorer, dans une démarche éco-responsable, les dimensions du projet également sous l’angle du développement durable (définition d’objectifs, de cibles HQE et initiation aux notions de certification et de bilan énergétique);

• effectuer, dans le champ architectural, un travail d’insertion urbaine, voire paysagère, dans un site, aux contraintes variées et spécifiques, sélectionné par chaque étudiant (urbain, campagnard, métropolitain, régional, etc.);

• s’initier, dans une démarche prospective, à la programmation d’un lieu mixte, symbiotique, en lien avec la future pratique professionnelle, à son articulation avec sa vie privée et à sa nécessaire dimension d’évolution dans le temps (programme intégrant plusieurs phases et scénarios de vie sur plusieurs décennies);

• s’interroger, dans le cadre du projet et d’une façon sensible, pragmatique et imaginative, sur sa future pratique du métier d’architecte et sur l’éventuelle création d’une structure pour exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre (statut de la structure, mode d’exercice, implantation de l’agence, etc.);

• développer, compte tenu de la modeste échelle du programme, le projet dans le sens d’une définition très détaillée et exhaustive de l’architecture (y compris structure, équipements techniques, détails constructifs, économie de projet, etc.).

Contenu

MÉTHODE DE TRAVAIL

 

Est recherchée la maîtrise d’une méthode personnelle d’élaboration du projet, organisée en quatre phases d’études:

• une première phase (ÉTUDES PRÉLIMINAIRES) de définition d’un contexte (site, programme et références):

•• analyse organisée du site sélectionné, avec une approche objective (topographie, hydrogéologie, système végétal, bâti et tissu urbain, chronologie, nuisances, réseaux, etc.) et une approche subjective (sensations, symbolique, « génie du lieu », etc.) débouchant sur une synthèse exploitable;

•• analyse du programme sous l’angle quantitatif et qualitatif (y compris réglementaire) avec, si besoin, une dimension critique et l’élaboration d’un complément pertinent, et avec, impérativement, une étude typologique des deux espaces majeurs (lieu de travail et lieu d’habitation) effectuée sur la base d’exemples représentatifs sélectionnés par les étudiants;

•• analyse d’une référence architecturale en rapport avec le sujet, choisie dans parmi celles sélectionnées par les enseignants et menée suivant des critères préétablis (organisation fonctionnelle, structure et mode constructif du ou des bâtiments, schémas de principe du parti ou concept, mise en perspective historique, etc.);

• une deuxième phase (ESQUISSE) de définition et présentation du concept, du parti du projet:

•• recherche d’une ligne directrice claire, voire évidente, de l’architecture du projet tant du point de vue de son organisation que de ses espaces (travail sur l’intuition architecturale);

•• développement sélectif de cette idée directrice dans les différents champs d’étude du projet (usage, volumétrie, mode constructif, expression, rapport au lieu, etc.);

•• vérification de la pertinence et de la justesse du système proposé au regard des conclusions de la phase précédente (transformation de l’intuition en conviction architecturale);

• une troisième phase (AVANT-PROJET) de développement du projet et traduction fidèle des principes arrêtés à la phase précédente:

•• mise à jour exhaustive de l’esquisse, suivant les observations faites lors de l’évaluation de la phase précédente;

•• étude de l’organisation et des espaces intérieurs et extérieurs (notions de composition, de figure, de hiérarchie, d’ordre, etc.);

•• étude de l’enveloppe (5 ou 6 faces) sous l’angle de ses fonctions (technique, symbolique, expressive, harmonique, etc.) et de ses dialectiques (percements et parois, ambiances et filtres, opacité et lumière, etc.);

•• étude des modes constructifs des différents constituants du projet (structure, enveloppe, second œuvre, équipements, extérieurs, etc.) et la traduction en détails de son système fédérateur.

• une quatrième phase (PROJET) d’amélioration du projet (rattrapage pour les projets en difficulté ou approfondissement pour les autres):

•• mise à jour exhaustive de l’avant-projet, suivant les observations faites lors de l’évaluation de la phase précédente;

••finalisation de l’étude de l’organisation des usages et des espaces intérieurs et extérieurs (définition détaillée, dans les 3 dimensions, cotée [intérieur et extérieur] et légendée [représentation des matériaux retenus] de tous les locaux);

•• finalisation de l’étude des 5 ou 6 faces de l’enveloppe sous ses aspects architecturaux et techniques (définition cotée et légendée [matériaux] des percements [fenêtres, portes-fenêtres, portes, verrières, occultations, etc.] et des parties opaques verticales [façades] et horizontales [toitures, toitures-terrasses, sous-faces, etc.]);

•• finalisation de l’étude des modes constructifs des différents constituants du projet (structure, enveloppe, second œuvre, équipements, extérieurs, etc.) et leur traduction en détaillée (dans les plans, coupes, façades et détails);

•• estimation détaillée du coût de construction et/ou de rénovation et, le cas échéant, du coût global d’opération (y compris charge foncière et tous frais annexes d’opération).

 

La méthode de travail repose également sur une alternance entre:

• l’encadrement pratique du projet comprenant la correction individuelle hebdomadaire (le mardi) de chaque étudiant présent par l’un des enseignants du groupe et l’évaluation collective des projets (le vendredi) par les enseignants avec une confrontation commentée des travaux;

• l’encadrement théorique du projet à l’étude sous forme, chaque semaine (le vendredi), de synthèses méthodologiques, d’exposés théoriques et thématiques, de revues de projets collectives ainsi que de projections de documentaires, suivies de débats animés par les enseignants.

 

RELATIONS AUTRES DISCIPLINES

 

Une articulation étroite est recherchée entre le projet à l’étude et les enseignements théoriques et pratiques tels que:

• (à confirmer) le travail de structure et de construction avec Sébastien MÉMET (élaboration et vérification des schémas structurels et des détails du projet des étudiants regroupés par familles);

• (enseignant à préciser) le travail sur les ambiances (étude des principes énergétiques [lumière, chaleur, isolation, ventilation, etc.] et des fluides dans le cadre des projets des étudiants regroupés par familles);

• (enseignant à préciser) le travail informatique (maîtrise des techniques de conception et de représentation assistées [CAO et DAO] du projet de chaque étudiant);

• (à confirmer) le travail d’art plastique avec Florence GILLET (insertion de recherches plastiques [couleur, graphisme, composition, etc.] dans le projet en cours).

Travaux

CONTENUS ET SUJETS

 

Le semestre concentre le travail sur un unique projet architectural, urbain et paysager situé, d’une durée de 15 semaines, constituée de 4 phases de travail (études préliminaires, esquisse, avant-projet et projet), qui consiste en la conception d’un programme mixte (travail et habitat), pour environ 5 à 10 usagers, variant de 245 à 385 m2 de surface utile (SU) et 295 à 460 m2 de surface de plancher (SDP), sur un site réel à sélectionner par chaque étudiant, implanté dans une zone constructible et présentant des enjeux identifiables et majeurs.

 

Le travail théorique, en rapport direct avec le développement du projet à l’étude, porte:

• sur la méthode de projet au moyen de synthèse des points d’intérêt collectif issus des corrections individuelles (organisation, représentation, conception, étude, etc.);

• des exposés succincts sur les sujets abordés dans le cadre du projet touchant la réglementation (sécurité incendie, accessibilité handicapés, urbanisme appliqué PLU, surfaces H, U et DP [ex HO], flexibilité dans l’habitat individuel, etc.), la construction (enveloppe, structure, équipements, développement durable, vocabulaire technique, matériaux, économie de projet, etc.) et la méthode de travail (déontologie, maîtrise d’œuvre, etc.);

• des projections/débats sur des bâtiments de référence sélectionnés dans la série de documentaires ARCHITECTURES, de ARTE, notamment;

• des récits de voyages illustrés de projections par les étudiants et/ou les enseignants du groupe (lieux sur proposition des étudiants).

 

 

ORGANISATION SÉANCES

 

Le travail sur le projet est réparti, du 26/02/21 au 25/06/21, sur 15 séances de travail, dont 4 séances d’évaluation, et son déroulement est précisé, dès le démarrage du semestre, sous la forme d’un calendrier détaillé.

 

Les séances sont organisées, avec un rythme soutenu, qui comprend chaque semaine:

• le mardi, de 12H et/ou 14H30 à 20H30, une correction individuelle de 20 à 30 minutes du projet de chaque étudiant par l’un des enseignants du groupe;

• le vendredi:

• pour 11 séances sur 15, de 14H30 à 19H30, un travail collectif (synthèse des points d’intérêt commun, exposé théorique ou projection/débat et revue collective de certains projets représentatifs);

• pour 4 séances sur 15, de 10H30 et/ou 14H30 à 19H30, un travail collectif d’évaluation de chacune des 4 phases du projet et de confrontation commentée des travaux.

 

Les 15 séances de travail auront lieu, suivant l’évolution des conditions sanitaires nationales liées à la pandémie de la COVID-19, soit dans les locaux de l’ENSAPVS, soit à distance, par visioconférence via une équipe dédiée créée sur TEAMS.