Retour

  • S9-M PREPARATION A LA RECHERCHE

DE 4 : mémoire : Enveloppes : zéro énergie

Semestre 9

Enseignant(s) : Mario Poirier, David Serero, Anne-Laure Herry

  • Année : 5
  • Semestre : 9
  • E.C.T.S : 9
  • Coefficient : 8,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

MORPHOGENÈSE ARCHITECTURALE ET ECO-SYSTÈMES COMPLEXES

 

Horaire et organisation : SEMINAIRE Cycle Master, Semestre 7/8, 85 h Crédits ECTS : 10

RESPONSABLE DE L’ENSEIGNEMENT : P. Ceccarini

 

ENSEIGNANTS ASSOCIES ENSA-PVS (78 h) : P. Ceccarini (35 h), S. Bulle (35 h), autres intervenant à définir.

 

INSTITUTIONS ASSOCIEES : Università degli Studi di Urbino Carlo Bo, Centre international de linguistique et de sémiotique d’Urbino / Ecoles Nationales Supérieures d’Architecture de Lyon (LAF), de Paris Malaquais (GSA) / Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris), (CAMS/LATES, LDH)*, Université Paris 7 Diderot / Laboratoire Matière et Système Complexes UMR LIED / Equipe PARIS / UMR Géo-Cité.

 

 

• PROBLEMATIQUE :

Comment peut-on expliquer l’émergence des formes et des territoires habités ? Y-a-t-il des lois qui gouvernent la croissance des édifices et des villes ? Peut-on modéliser la genèse des formes architecturales (morphogenèse) et en contrôler la formation ? Si cela est, comment intégrer ces lois dans le processus de conception architectural et ainsi produire des dispositifs/édifices producteurs « d’ambiances intelligentes » (Smart Buildings), interagissant et améliorant la vie de ses occupants ? La maîtrise des processus producteurs de la morphogenèse architecturale ne deviendrait-elle pas alors, la possibilité de produire des édifices « soutenables » du point de vue non seulement environnemental mais aussi social (éco-social) ?

 

Le séminaire propose une approche différente de la pratique architecturale : pour rendre intelligible la nature, le fonctionnement et l'organisation des artefacts architecturaux, les édifices, les villes et les territoires sont considérés en tant que phénomènes vivants dont il s’agit de modéliser les processus d’émergence et de mutations. La question morphologique de l’architecture y est entendue dans sa dimension dynamique (Morphogenèse) et complexe (Théorie systémique). La forme architecturale -loin d’être considérée comme une forme autonome- est considérée, à la fois au travers de ses dimensions anthropologiques et linguistiques (Approche structurale, Schématisation, Grammatologie, Dispositifs sémantiques et spatiaux) et phénoménologiques (Interaction dynamique entre les édifices, le comportement humain et l’environnement naturel, cf. Ambiances intelligentes (Ambient Intelligence). Pour être modélisés, les processus morphogénétiques architecturaux impliquent un recours à plusieurs axes de recherches (ou outils) théoriques à savoir : 1/ Morphologie des structures naturelles. 2/ Morphologies organique et sémantique. 3/ Morphologie des langages (en particulier la Géométrie architecturale et ses relations avec le champ linguistique/sémiotique) ; 4/ Les relations entre morphologies et modélisation informatique.

 

Orienté recherche, le séminaire a trait à l’épistémologie de l’architecture, à la morphogenèse des artefacts architecturaux, aux métalangages et codes possibles capables de traduire l’information programmatique et contextuelle en termes paramétriques (ou systémiques) en relation aux processus génétiques de la forme architecturale. Si l’exposition et l’ampleur de son propos apparaissent déroutants, si les différents plans de la connaissance convoqués pour justifier ses positions sont considérés d’un point de vue synthétique, le séminaire a pour objectif d’être un outil structuré de sorte que la pensée architecturale puisse s’orienter en toute conscience et liberté : de ce fait, on se refuse à imposer une idéologie –à savoir un mouvement de pensée forcé et unilatéral. Au contraire, il s’agit de développer la capacité critique, analytique et méthodologique donnant aux élèves architectes (EAPVS) et urbanistes, les moyens de se forger leur propre identité (leur position idéologique) et les outils conformes aux objectifs par eux visés tout en les rendant conscients à la fois du champ disciplinaire (épistémologie architecturale) dans lequel ils s’inscrivent et des relations que celui-ci entretient avec les autres champs de la connaissance. D’emblée, par sa cohérence, ce séminaire est aussi le lieu de la constitution d’un manuel d’épistémologie et de méthodologie architecturale ayant une ambition unificatrice non exhaustive ni totalitaire : il est au fait constructif /tectonique ce que le manuel de linguistique est à la langue naturelle ,à savoir un outil qui explique, modélise un phénomène donné (architectural ou urbain) dans l’objectif d’en donner une meilleure lecture pour une meilleure action ; un outil pour se donner les moyens d’une meilleure compréhension des phénomènes liés à la genèse architecturale et urbaine, afin de corriger, perfectionner et intervenir avec la plus grande précision possible -à savoir avec une efficacité qui lui fait défaut aujourd’hui. Par ailleurs, Le séminaire se veut le lieu d’échanges et de réflexions de chercheurs et théoriciens qui exposeront les thèses propres à leurs problématiques et domaines de compétence, de recherche et d’expérimentations.

 

Trois questions théoriques resteront constamment à l’horizon du séminaire :

1/ La référence à l’espace épistémologique et transdisciplinaire (géographie disciplinaire) dans lequel s’inscrit la pratique architecturale. La morphogenèse architecturale ou le phénomène d’émergence des formes et organisations édifiées.

2/ Les outils - à savoir les sciences du langage, sciences cognitives, sciences morphologiques, la théorie systémique- permettant de « traduire » (transduction) les informations du contexte (programme et site) sous la forme architecturale.

3/ La façon de procéder dans l’avancement du raisonnement architectural (heuristique et herméneutique architecturales) ;

 

 

 

 

• OBJECTIFS DU COURS / Savoirs spécifiques :

On ambitionne par cet enseignement :

1/ Donner des notions allant des sciences du langage (linguistique et sémiotique) aux sciences cognitives, des épistémologies générale et architecturale à la systémique et à la théorie de la complexité.

2/ Donner une compréhension globale du phénomène architectural dans son mouvement morphologique d’ensemble, clarifier le positionnement disciplinaire (et scientifique) de l’architecture et sa relation/intrication aux disciplines universitaires connexes. Favoriser les approches et les collaborations transdisciplinaires tout en renforçant les compétences spécifiquement architecturales. Comprendre les relations entre formes des langages et morphologies.

3/ Permettre d’engager une réflexion et une prise de conscience liées aux instruments d’observation et de manipulation (des données, cartographie SIG) de la forme architecturale et urbaine. Comprendre les enjeux transdisciplinaires d’une méthodologie et d’une instrumentation logique et formelle pour «décoder / déconstruire / reconstruire» les artefacts architectoniques et urbains. Prendre conscience du fait que la pratique architecturale associée à celles qui lui sont connexes, possède une fonction diagnostique et thérapeutique.

4/ Comprendre les procédures systémiques et dynamiques de formalisation architecturale (morphogenèse et théorie du dispositif architectural), à savoir la démarche heuristique de constitution de la forme architecturale / architectonique et urbaine.

Contenu

• Contenu :

Les cours sont organisés en deux parties :

- La première partie traitera des questions épistémologiques relatives à la complexité de la discipline architecturale (théorie de la complexité), de ses connexions avec les autres champs de la connaissance. On donnera une rapide approche des différentes disciplines interférant directement avec la nôtre et dont la connaissance est nécessaire pour une pratique et une théorie architecturales avancées. On dispensera ainsi les notions fondamentales et nécessaires en linguistique, sémiotique, science du langage, science cognitive, épistémologie générale et épistémologie architecturale, sciences morphologiques, théorie systémique, cartographie SIG.

- La seconde partie, constituant le corps essentiel du cours, abordera la discipline architecturale à partir de la définition des concepts fondamentaux permettant de concevoir et légitimer une « écriture/schématisation architecturale ». On fera aussi une introduction à la systémique architecturale –qualifiée par nous de sémiophysique (sémiotique et physique architecturales).

Travaux

• Prérequis :

- Un intérêt et une prédisposition pour la théorie des processus et de la conception architecturale

- Un intérêt pour les échanges transdisciplinaires et les questions ayant trait aux stratégies opérationnelles architecturales et urbaines.

 

• Mode d'évaluation :

- La présence et l’assiduité à ce séminaire sont l’une des conditions de l’obtention des crédits du module.

- La production d’un pré-mémoire de recherche

- En Semestre 9, la rédaction d’un mémoire de recherche (voir liste des concepts et notions) accompagné d’un exposé devant un jury collégial doctoral.

 

• Travaux restitués par les étudiants :

En vu de la production du mémoire M2 formant un texte homogène de 60 à 80 pages, le séminaire aidera les étudiants à le composer en 4 temps distincts en vu de la production d'un pré-mémoire lequel sera composé de :

- L’élaboration de fiches analytiques, introduisant une problématique étudiée selon les

(voir tableau de référence ) selon les dimensions axiologiques suivantes: 1 / idéologique ; 2/ instrumentale ; 3 / étymologique ; 4 / bibliographique.

- D’un article synthétique en 10 pages (hors illustrations) portant sur l’analyse (ou définition) théorique d’un concept clef de la problématique. (N. B. Une page équivaut à environ 1500-2000 caractères).

- D’un document complémentaire illustrant et articulant la problématique d’étude de manière pragmatique, et ceci en fonction de l’expérience (cognitive) de la pratique de la conception architecturale (et/ou selon les principes de la morphogenèse ) (Mise en application des concepts étudiés)

- des annexes, bibliographies, et notes

Bibliographie

Une liste bibliographique sera donnée dans le cadre du séminaire.

Informations supplémentaires

Conférenciers : à définir

 

 

Conférenciers EHESS (16h):

Cycle de conférences dans le cadre du séminaire commun de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales « Morphologies : des sciences sociales à l’architecture et aux sciences du vivant », sous la direction de : S. Franceschelli, ENS Lyon, M. Gribaudi, Dir.etu. (EHESS) ; H. Lebras, Dir.etu. (EHESS) ; P. Alessandro Sarti0 Dir. Rech CNRS/ CAMS), Ceccarini, Prof. (ENSA-PVS / EHESS). Voir site**

 

 

CM (30 h) + TD (20 h) : P. Ceccarini, Prof.

TD (28 h) : S. Bulle, MC

 

Le séminaire UEM8.31 proposé peut être associé à l’enseignement de projet M2 S1/S2 (Atelier Laboratoire CMAu) UEM9.11 (143 h + 18 h + 28 h).

 

Sites consultables :

 

www.paris-valdeseine.archi.fr/extranet/file/CMAu.pdf

www.laf.archi.fr

www.paris-malaquais.archi.fr/laboratoire-gsa-28-1.html

www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2008/ue/1840/;

www.msc.univ-paris-diderot.fr

www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php et np=FICHELABO et g=m et num=103H

www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php et np=FICHELABO et g=m et num=103H