Retour

  • S7-S2 Séminaires 2

DE 1 : Culture globale et cultures locales en architecture et urbanisme

Semestre 7

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • Coefficient : 8,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

L’objectif premier de ce séminaire est de tendre à former l’étudiant à une attitude critique des pratiques de l’architecture et de l’urbanisme au niveau international, à une distanciation appuyée par rapport aux rythmes des commandes et des rendus pour explorer des temps longs et des évolutions des pratiques, à une perception plus fine des échelles ainsi que des décentrements qu’imposent les passages de l’une à l’autre, à une maîtrise de la présentation publique d’une problématique ou d’une étude de cas, à la préparation à la rédaction d’un mémoire sur un des sujets évoqués.

Contenu

Les phénomènes majeurs de l’économie moderne regroupés sous le vocable de mondialisation ne concernent pas que les processus de production industrielle, de circulation des flux financiers, de migration de la main d’œuvre, les événements politiques ou la production d'oeuvres artistiques ou médiatiques. Ils touchent aussi les domaines de l’architecture et de l’urbanisme en permettant la circulation des architectes et des urbanistes dans de nombreux pays du monde par l’entremise soit de concours internationaux soit par des accords directs sur de grands projets.

Une problématique centrale est à explorer, celle de l’articulation d’une culture globale architecturale et urbaine sur des cultures locales ayant leurs propres conceptions de l’espace. La culture globale est sans aucun doute portée par des mouvements médiatiques, politiques et économiques puissants. Mais souvent les cultures locales se présentent comme une remise en question des modèles par le biais de la vie quotidienne, des systèmes de valeurs, des capacités de résistance ou de subversion des carcans prévus par les architectes et les planificateurs. Inversement, la culture globale, si elle sait se rapprocher des sociétés et des habitants, est porteuse de valeurs non seulement universelles mais quotidiennes, ne prenons ici que l'exemple de la lutte médicale contre les pandémies, qui certes remettent en question la façon occidentale de gérer ces champs, mais offrent aussi des solutions plus qu'appréciées aux problèmes locaux. C'est cette interaction entre local et global que nous voulons évoquer.

Entre les modèles monumentaux et le vernaculaire, entre l'esthétisme et le fonctionnalisme, entre le symbolisme et l'usage, des alternatives se dessinent qui impliquent parfois des complémentarités, d'autres des ignorances ou des oppositions. L'architecture peut-elle ne pas se transformer dans cette nouvelle interprétation de la modernité? Le statut des villes elles-mêmes n'est-il pas bouleversé? Comment se télescopent passés, présents et futurs ? Que faut-il retenir de la constitution contemporaine de la notion de patrimoine et quel rapport doivent concevoir les jeunes architectes et urbanistes avec les processus d’inscription sur les listes mondiales du patrimoine matériel et immatériel ? La seule chose que nous pouvons affirmer est que les certitudes d'antan sont secouées, y compris et surtout dans la prééminence des modèles occidentaux dans l'architecture mondiale, mais aussi des processus et des process, des stratégies et des concepts, mis en place pour que le projet débouche sur une réalité reproductible dans l'espace et le temps.

Certes, il faut bien distinguer les interventions des professionnels des pays développés dans les pays émergents des réussites de professionnels des pays émergents dans les pays développés. Mais force est de constater qu’un espace mondial, voire un marché mondial, des interventions architecturales et urbaines s’est créé et que rien dans notre cursus ne prépare nos étudiants à la compréhension des mécanismes de ce marché dont les règles s’écrivent quotidiennement. C’est pour cela qu’il nous semble que la réflexion sur le sujet est un élément incontournable de la formation d’aujourd’hui et de demain.

La Chine envisage de créer des villes et des quartiers de ville (et non pas des logements seulement) pour 200 millions d'habitants dans les vingt prochaines années. Elle a déjà établi des priorités urbaines et architecturales qui nous déroutent. Il en est de même au Brésil et en Inde, dans les pays du Golfe et en Asie du sud-est. L'Afrique, et ses nombreuses expériences ainsi que sa multitude de tissus urbains fragiles mais « résilients », n'a-t-elle rien à apporter dans le domaine architectural ou dans la planification des villes? Peut-on avec la rigidité intellectuelle et l'arrogance culturelle dont nous avons parfois fait preuve jusqu'à maintenant, nous étonner de perdre le terrain? Serons-nous capables d'intégrer les apports locaux dans la vision globale au nom d'une ignorance de l'autre et d'un ethno-centrisme datés historiquement?

Nous suivrons donc dans ce séminaire plusieurs pistes de réflexion à explorer. Nous les donnons à titre indicatif puisque le nombre de séance est limité :

1) Définition de la globalisation, place des villes, des idées et processus de la planification urbaine et de l'architecture

a) les globalisations selon les aires culturelles et l’émergence économique, selon les espaces régionaux d’intégration économique et politique, par échelles, les différentes vagues de mondialisation dans l’histoire

b) les villes globales et les autres, critères de classement, diversité des approches

c) la place des technologies numériques, les notions d’immédiateté et de permanence

2) Idées et processus de la planification urbaine et de l'architecture mondialisée

- Cultures et perspective

- Les bâtiments-emblèmes,

- Les formes architecturales médiatisées et les questions qui en découlent, par exemple la course à la verticalité,

- Marchés mondial et locaux de l'architecture et de l'urbanisme ainsi que des systèmes de conception, en particulier numériques, qui font office de référence,

- Rapports historiques pays émergents-pays développés dans le domaine de l’architecture et de l’urbanisme à travers la revue des œuvres classées au patrimoine de l’humanité de l’UNESCO,

- Mécanismes de fonctionnement de grands groupes des pays développés ou émergents travaillant de façon expansive dans le secteur, exploration des trajectoires individuelles dans un sens comme dans l’autre,

- Exploration critique de grandes opérations internationales contemporaines, réflexion critique sur les grands concours internationaux, les mécanismes de starification et les prix internationaux.

3) Applications locales

Dans cette orientation du travail du séminaire deux sous-groupes seront formés, l'un préparant à un voyage au Mali, l'autre se penchant sur des applications plus diverses: Brésil, Golfe, Asie du Sud-Est, Moyen-Orient, Golfe.

Travaux

Organisation pratique:

- On veillera à organiser le temps de séminaire avec un exposé de l'équipe enseignante, un exposé des étudiants et un exposé d'un invité externe à chaque séance.

- Une heure au moins de chaque séance sera consacrée aux exposés des travaux des étudiants.

- La validation se fera par un plan de mémoire détaillé faisant figurer les questionnements et une bibliographie consistante sur une thématique individuelle mais exposée en séance.

- La présence à toutes les séances est obligatoire

Bibliographie

Balibar Etienne et Wallerstein Immanuel, Race, Nation, Classe, les identités ambuguës, La découverte, 1988

Boniface Pascal et Védrine Hubert, Atlas du monde global, Armand Collin-Fayard, 2010

Boudin Christian, Géopolitique du goût, la guerre culinaire, PUF, 2004

Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, Armand Colin, 1979

Chaline Claude, Les villes du monde arabe, Colin U, 1999

Collectif, L'Atlas des civilisations, La Vie-Le Monde, Hors-série, 2010

Collectif, Villes Mondiales, les nouveaux lieux de pouvoir, Les Grands dossiers des Sciences Humaines, N°17

Collectif, L'Atlas du Monde diplomatique, 2009 et 2010

Collectif, Bilan du monde 2009, la situation économique internationale, Le Monde, Hors-série, 2009

Collectif, Bilan géostratégique, Le Monde, Hors-série, 2010

Davis Mike, City of Quartz, Los Angeles, capitale du futur, La découverte, 2006

Davis Mike, Le pire des mondes possibles, de l’explosion urbaine au bidonville global, La découverte, 2007-2009

Duby Georges, Atlas historique mondial, Larousse, 2006

Durand M.F. Et alli, préface de Bertrand Badie, Atlas de la mondialisation, comprendre l'espace mondial contemporain, Sciences Po les presses, 2006

El Aswany Alaa, L’immeuble Yacoubian, Actes Sud, 2006

Fathy, Hassan, Construire avec le people, Sindbad, 1996 (nlle edition)

Friedmann, J. The World City Hypothesis. Development and Change, SAGE, 1986

Hobsbawm, Les enjeux du 21ème siècle, Entretien avec Antonio Polito, Complexe, 2000

Keil N., Brenner R., The global cities reader, Routledge Urban Series, 2006

Koolhaas Rem, New York délire, Parenthèes, 2001

Lacoste Yves, Géopolitique, La longue histoire d’aujourd’hui, Masson, 2006

Mehta, Suketa, Maximum City, Bombay Lost and Found, 2005

Pelletier J. et Delfante Ch., Villes et urbanisme dans le monde, Masson, 1994

Saskia Sassen, The Global City, 2e édition, Princeton Paperbacks, 2001

Vogel G. et alli, Atlas de l’architecture mondiale, Stock, 1978