Retour

  • S7-P2 Projet 2 architectural et urbain

DE 3 : Flux et centralités - P. Zourgane, S. Maupin

Semestre 7

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • Coefficient : 6,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Les Iles contemporaines

 

 

 

Flux et Centralités

DE Expérimental

Sujet : Enclos – Les Iles Contemporaines

 

 

 

 

Flux et Centralités propose de travailler sur deux tissus urbain et de mettre en œuvre des outils performants pour intervenir sur ceux ci de manière plus efficace, plus rapide et moins cher. On mettra en place une réflexion à grande échelle qui intègre une vision stratégique et les outils de la décision politiques. Il ne s'agit pas de faire du projet urbain mais plutôt de travailler sur des fragments qui ont la capacité d'influer des échelles plus grandes qu'eux.

Ce travail, plus complet, permet de ne pas s’arrêter à la partie architecturale et urbaine mais d’intégrer la vision historique,.l'histoire politique et économique ainsi que les contraintes financières du présent.

 

 

 

Les enjeux

 

Nous abordons les questions de frontière, d'enclos, hétérogénéité, métropoles.

 

Pour les architectes, les personnes qui construisent les forêts les espaces libres sont en France le dernier espace de liberté par exemple le Cyclop de Jean Tinguely à Milly La Forêt, ou la fondation Louis Vuitton de Frank Gehry à Neuilly sur Seine.

Ces espaces libres en dehors des zones urbanisés apparaissent aujourd'hui comme les derniers espaces de liberté.

 

Mais ce sont aussi des espaces de rupture par rapport au milieu urbain, qui permettent de travailler d'autres relations intérieurs – extérieurs.

Le rapport avec la végétation.

Le travail sur la porosité et l'enveloppe du bâtiment.

Tous ces paramètres sont remis en cause de manière autre en dehors du milieu urbain.

 

L'enclos comme espace différent

 

 

 

Le site

 

Il s'agit du Jardin Tropical d'Agronomie de Nogent sur Marne.

Lieu chargé d'histoire mais d'une histoire complexe. Une histoire qui mêle le passé colonial de la France puisqu'il s'agissait du Jardin Colonial crée en 1899 pour coordonner et améliorer les denrées coloniales françaises.

 

Cet ancien Jardin Colonial renferme encore aujourd’hui de nombreux pavillons. Ces pavillons représentaient l'espace colonial (pavillon du Congo, pavillon de l'Indochine, etc)

Il a été aussi un espace d'expositions et en particulier des expositions de type zoos humains. Il a accueilli également un hôpital destiné aux soldats indigènes (troupes coloniales) pendant la première guerre mondiale.

 

Aujourd’hui le parc a été racheté par la Mairie de Paris depuis 2003 . De nombreux pavillons sont en mauvais état malgré la réhabilitation d'un ou deux ces dernières années.

 

 

 

 

Le Programme

 

Le programme donné ci-dessous comprend des éléments forts qui permettrons de faire vivre ce jardin mais aussi de mettre en place des relations entre le dedans et le dehors de l'enclos.

Les bâtiments sont à travailler en lien avec le parc ou en rupture selon les stratégies mise en œuvre au niveau des sols et d'un story telling sur l’ensemble du parc.

 

Les bâtiments sont divisés en trois parties

1/ centre de recherche lié au cirad mais aussi à l'afd. Il comprend des salles de travail, de salles de réunion pour des équipes de recherches internationales.

2/ un restaurant de 100 couverts ainsi qu'une salle attenante de 40 couverts. Bistrot de qualité, les cuisines sont également à travailler.

3/ un hôtel atypique de 40 chambres de type boutique hôtel. Il comprendra une série de 6 à 8 chambres destinés au chercheurs internationaux.

 

 

 

 

 

 

 

L'approche - l'organisation

 

Dans une premier temps, avec l'aide d'outils historiques sur le rôle de ces enclos par rapport à l'espace urbain mais aussi des données sur les flux, sur le rôle de ces espaces spécifiques du jardin « d'acclimatation » tant en terme de politique économique que de rayonnement culturel de l'Empire.

On travaillera sur un travail comparatif des ces enclos dans le grand pars mais aussi en prenons en compte des grandes références à l’étranger.

C'est aussi un travail sur la représentation des espaces dans le parc y compris bois de Vincennes et l'espace construit de Nogent sur Marne.

 

 

 

 

Temps du semestre :

 

Temps 1

Études de données, compréhension des grands enclos.

Trois semaines

 

Temps 2

Mise en œuvre de plusieurs stratégiques à l’échelle sur le devenir du Jardin et des éléments construits à mette en œuvre.

Quatre semaines

 

Temps 3

Fabrication de projet individuel selon le programme et la stratégie sur des sites retenues en conformité avec la phase deux.

Six semaines

 

Temps 4

Focalisation sur un bâtiment spécifique et sur un espace extérieur spécifique.

Fin du semestre

Parc de La Courneuve – Aéroport du Bourget

 

 

Flux et Centralités propose de travailler sur deux tissus urbain et de mettre en œuvre des outils performants pour intervenir sur ceux ci de manière plus efficace, plus rapide et moins cher. On mettra en place une réflexion à grande échelle qui intègre une vision stratégique et les outils de la décision politiques. Il ne s'agit pas de faire du projet urbain mais plutôt de travailler sur des fragments qui ont la capacité d'influer des échelles plus grandes qu'eux.

Ce travail, plus complet, permet de ne pas s’arrêter à la partie architecturale et urbaine mais d’intégrer la vision historique,.l'histoire politique et économique ainsi que les contraintes financières du présent.

 

 

 

Les enjeux

 

Nous abordons les questions de frontière, d'enclos, hétérogénéité, métropoles.

 

Pour les architectes, les personnes qui construisent les forêts les espaces libres sont en France le dernier espace de liberté par exemple le Cyclop de Jean Tinguely à Milly La Forêt, ou la fondation Louis Vuitton de Frank Gehry à Neuilly sur Seine.

Ces espaces libres en dehors des zones urbanisés apparaissent aujourd'hui comme les derniers espaces de liberté.

 

Mais ce sont aussi des espaces de rupture par rapport au milieu urbain, qui permettent de travailler d'autres relations intérieurs – extérieurs.

Le rapport avec la végétation.

Le travail sur la porosité et l'enveloppe du bâtiment.

Tous ces paramètres sont remis en cause de manière autre en dehors du milieu urbain.

 

L'enclos comme espace différent

 

 

 

Le site

 

Il s'agit du Jardin Tropical d'Agronomie de Nogent sur Marne.

Lieu chargé d'histoire mais d'une histoire complexe. Une histoire qui mêle le passé colonial de la France puisqu'il s'agissait du Jardin Colonial crée en 1899 pour coordonner et améliorer les denrées coloniales françaises.

 

Cet ancien Jardin Colonial renferme encore aujourd’hui de nombreux pavillons. Ces pavillons représentaient l'espace colonial (pavillon du Congo, pavillon de l'Indochine, etc)

Il a été aussi un espace d'expositions et en particulier des expositions de type zoos humains. Il a accueilli également un hôpital destiné aux soldats indigènes (troupes coloniales) pendant la première guerre mondiale.

 

Aujourd’hui le parc a été racheté par la Mairie de Paris depuis 2003 . De nombreux pavillons sont en mauvais état malgré la réhabilitation d'un ou deux ces dernières années.

 

 

 

Le Programme

 

Le programme donné ci-dessous comprend des éléments forts qui permettrons de faire vivre ce jardin mais aussi de mettre en place des relations entre le dedans et le dehors de l'enclos.

Les bâtiments sont à travailler en lien avec le parc ou en rupture selon les stratégies mise en œuvre au niveau des sols et d'un story telling sur l’ensemble du parc.

 

Les bâtiments sont divisés en trois parties

1/ centre de recherche lié au cirad mais aussi à l'afd. Il comprend des salles de travail, de salles de réunion pour des équipes de recherches internationales.

2/ un restaurant de 100 couverts ainsi qu'une salle attenante de 40 couverts. Bistrot de qualité, les cuisines sont également à travailler.

3/ un hôtel atypique de 40 chambres de type boutique hôtel. Il comprendra une série de 6 à 8 chambres destinés au chercheurs internationaux.

 

 

 

L'approche - l'organisation

 

Dans une premier temps, avec l'aide d'outils historiques sur le rôle de ces enclos par rapport à l'espace urbain mais aussi des données sur les flux, sur le rôle de ces espaces spécifiques du jardin « d'acclimatation » tant en terme de politique économique que de rayonnement culturel de l'Empire.

On travaillera sur un travail comparatif des ces enclos dans le grand pars mais aussi en prenons en compte des grandes références à l’étranger.

C'est aussi un travail sur la représentation des espaces dans le parc y compris bois de Vincennes et l'espace construit de Nogent sur Marne.

 

 

 

Temps du semestre :

 

Temps 1

Études de données, compréhension des grands enclos.

Trois semaines

 

Temps 2

Mise en œuvre de plusieurs stratégiques à l’échelle sur le devenir du Jardin et des éléments construits à mette en œuvre.

Quatre semaines

 

Temps 3

Fabrication de projet individuel selon le programme et la stratégie sur des sites retenues en conformité avec la phase deux.

Six semaines

 

Temps 4

Focalisation sur un bâtiment spécifique et sur un espace extérieur spécifique.

Fin du semestre

Contenu

Quatre échelles de pensées sont toujours sollicitées :

-Ce qui est lié à la géographie (ressources-territoire-climat…) et qui renvoie aux échelles de temps les plus longues ;

-Ce qui est lié au site lui-même (sol-agencement…), qui encre le projet dans un contexte lui-même transformé ;

-Ce qui est lié au plan et qui règle les scénarios habités, les usages, la structure

-Enfin, ce qui est lié à la matière, des quatre éléments (terre, eau, air, feu) aux principes de construction.

L’enjeu de ce semestre est bien d’articuler, voir d’entrelacer à leur « juste mesure » ces différentes échelles de pensée, des différentes logiques territoriales aux dispositifs spatiaux singuliers des espaces publics comme des typologies construites.

Evaluer la pertinence d’une pensée ou d’une vision sur la transformation d’un territoire avec les potentiels de projet(s) qu’elle implique est la principale orientation de ce semestre, non pas dans une seule logique de zoom mais bien par itération, du général au particulier et vis versa. Cette évaluation constante des choix interroge autant la culture générale sur la constitution de la ville contemporaine, les méthodes de conception ou de représentation du projet, que les fondements possibles d’une posture consciente de la pratique de la discipline de l’architecture.

Partager (le territoire, les voisinages, l’urbanité), Equilibrer (les milieux, les populations, les usages) Fabriquer (les ressources, la construction, les opérations) Economiser (l’énergie, le sol, les déplacements) : des mots simples pour permettre d’évaluer et de hiérarchiser les méthodes comme les choix de projet, à toutes les échelles.

Le projet urbain est une prospective sur les modes d’habiter ensemble, de se déplacer, de réévaluer notre rapport à la nature ou au patrimoine (existant ou futur) face aux enjeux contemporains d’une ville plus durable.

Une première étape de travail consistera à recueillir et analyser l’ensemble des enjeux du site et d’en dégager les principales thématiques. Le diagnostic/analyse par thèmes offrira systématiquement une hypothèse de réponse singulière et adaptée et précisera, au fur et à mesure de l’avancement du projet, sa définition cohérente.

Une seconde, permettra de clarifier une stratégie singulière et cohérente permettant d’élaborer une synthèse possible entre chacune des thématiques précédentes ; Enfin un « zoom » d’une situation représentative permettra d’illustrer de façon détaillée la démarche. Le rendu final rendra compte de la globalité de la démarche et des propositions.

Bibliographie

Bibliographie complémentaire en cours