Retour

  • S5- 40 CULTURE ARTISTIQUE ET EXPRESSION PLASTIQUE - Relation des arts au monde contemporain

TD arts plastiques

Semestre 5

Scénographie urbaine - Sylvia Lacaisse

Responsable(s) : Sylvia Lacaisse

  • Année : 3
  • Semestre : 5
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Être spectateur/acteur/réalisateur

 

En collaboration avec le Théâtre National de la danse de Chaillot, les étudiants sont invités à comprendre ce qui donne corps à la réalisation d'une mise en scène sur un plateau d'une scène .

Il sera question :

D'analyser et de mesurer les contraintes que pose l'installation d'un décor sur une scène de théâtre, puis de faire le lien avec l’installation d’un objet architectural dans un espace urbain.

De prendre en compte les matériaux, les techniques et mécanismes utilisés.

D'illustrer la notion de 'parti-pris' de mise en scène, de mise en espace.

D'évaluer une démarche de transversalité entre scénographie, chorégraphie, architecture et ville.

 

L’écriture chorégraphique, corps et espace, autant que le son et l’installation, vont interagir pour faire de ces rencontres un laboratoire de formes et de sens que chaque étudiant devra rendre compte en créant en parallèle un court métrage de 5mn autour d'un espace Parisien mettant en scène le spectacle que nous offre au quotidien la rue, et la représentation filmique. Ainsi l'étudiant prend conscience qu'il est un spectateur capable de voir et d'entendre, mais évidemment un spectateur critique.

Contenu

Durant ce semestre vous allez être confrontés à trois situations : spectateur/acteur/réalisateur.

 

Spectateur :

En partenariat avec le Théâtre National de Chaillot vous allez assister à 4 spectacles (en soirée) qui vous permettront de découvrir des artistes, chorégraphes et metteurs en scène représentatifs des démarches innovantes et émergentes de la scène contemporaine.

Mais c’est en spectateur émancipé et critique que vous participerez à ces créations. Votre présence à ces spectacles est obligatoire, et seront suivis par des rencontres de plateau avec les comédiens, scénographes, chorégraphes ou metteurs en scène.

Cette année selon la programmation nous rencontrerons les œuvres de : Krzysztof Warlikowski - Tatiana Julien - Marcia Barcellos - Gilles Jobin et Artanim pour une expérience de réalité le virtuelle - (entre 8 et 12 euros le spectacle)

 

Tout doit disparaitre de Philippe Decouflé :

 

Avec son spectacle Tout doit disparaitre, Philippe Decouflé invite le public à une déambulation dans le théâtre et dans l'histoire passée et présente de sa compagnie. Vous assisterez à une sorte de surprise-partie unique où trente cinq ans de compagnie défilent sur le bon tempo, chacun pourra vivre cette expérience loufoque mais aussi tendre, du monumental théâtre de Chaillot , du parvis en passant par les escaliers et jusqu'aux salles Vilar et Gémier . Ce spectacle est prévu le 3 octobre à partir de 19H, (la ponctualité est de rigueur pour tout étudiant s'inscrivant dans ce cours.)

 

Acteur :

Puis, dirigés durant trois séances de travail par l'un des danseurs de la compagnie de Philippe Decouflé dans le studio des compagnies du Théâtre National de la Danse de Chaillot, vous allez devoir vous mettre en scène.

Seront abordés les différentes causalités corporelles du mouvement, les rapports entre le corps, les matériaux et l’espace environnant et cela à partir de séquences dramatiques construites par vos propositions. Cela implique de la part de chacun une grande attention, du temps pour l’échange, de la concentration et un engagement réciproque. Cette mise en situation devra vous faire réfléchir à la façon dont vous répondez à la demande de l’autre, et comment vous interagissez à travers des expérimentations théâtrales en liaison avec l’espace et ses implications sensori-motrices.

 

Réalisateur :

Du spectateur passif mais critique à l’acteur dirigé mais actif, votre réponse à cet apprentissage se fera à partir de la caméra.

Il vous est demandé de réaliser un court métrage de 5 minutes dont le thème est : Portrait et espace urbain.

 

 

La caméra devient la fenêtre par laquelle, dans la mesure où vous voulez vous montrer, vous pouvez attester de votre présence malgré votre absence. Cela doit vous permettre de prendre du recul entre le moment où vous êtes dans l’espace du paysage et celui où vous pensez le paysage, éloigné de celui-ci. La technique vidéo convie l’utilisateur de déplacer le centre de l’évènement de sa personne, en particuliers de son corps, sur autre chose, tout en conservant les qualités évènementielles de son étude. La manipulation de la caméra autorise une approche sensible des espaces en utilisant l’image en tant qu’outil d’analyse, de réflexion, de création et de communication. Mais également cela vous permet de montrer les réalités quotidiennes et d’exprimer à travers des images et des sons ce qu’est une identité culturelle.

 

Réaliser un court métrage ne nécessite aucune érudition particulière. Cela met en scène votre capacité à regarder, comprendre et interpréter votre acuité perceptive, votre engagement personnel dans un point de vue.

Travaux

Ces séances de travail in-situ doivent donner lieu à un ensemble de notes, dessins, photographies, éléments sonores, images vidéo. Ecriture : synopsis, scénario, storyboard puis réalisation du court métrage de 5mn .

Bibliographie

Bibliographie :

« Un ethnologue dans le métro » de Marc Augé – « La société du spectacle » de Guy Debord – « Ce que nous voyons, Ce qui nous regarde » « Devant l’image » de Georges Didi-huberman – « Art sociologique-vidéo » de Fred Forest- « Les images qui mentent » de Laurent Gervereau-« Cinéma contre spectacle » de Jean-Louis Comolli- « Les cours sur le cinéma » de Gilles Deleuze- « Le destin des images » de Jacques Rancière - Le documentaire un autre cinéma de Guy Gauthier -

 

Filmographie : (abordée en cours)

« La jetée » de Chris Marker - « Le mystère du château de dé » de Man Ray – « Chronique d’un été » de Jean Rouch et Edgard Morin – « Ballet mécanique » de Fernand Léger –« Nanouk l’esquimau » de Robert Flaherty – – « 24 Portraits » d’Alain Cavalier - « courts-métrages et documentaires » de Martin Scorsese - « Paris » de Raymond Depardon – « l’Ile aux fleurs » de Jorge Furtago – « Dogville » de Lars Von Trier – « Cocorico ! Monsieur Poulet » de Jean Rouch -

 

+ Les œuvres d’artistes vidéastes : Vito Acconci – Bill Viola - Isaac Julian (« Baltimore ») Gordon Douglas - Steve MC Queen -

 

Photographies contemporaines : Sophie Calle – Nan Goldin – Hiroshi Sugimoto – Andréas Gursky ¬– Thomas Ruff

Photo-reportage : Raymond Depardon - Mario Giacomelli - Don Mccullin - Robert Doisneau - Marc Riboud - Robert Capa

Informations supplémentaires

Séances de travail au TNC - courts-métrages- fictions et documentaires - polycopiés -

Informations annexes

En collaboration avec le Théâtre National de Chaillot, les étudiants sont invités à comprendre ce qui donne corps à la réalisation d'une mise en scène sur un plateau d'une scène de théâtre.

A l'issue de cet enseignement, l'étudiant est capable :

D'analyser et de mesurer les contraintes que pose l'installation d'un décor sur une scène de théâtre, puis de faire le lien avec l’installation d’un objet architectural dans un espace urbain.

De prendre en compte les matériaux, les techniques et les mécanismes utilisés.

D'illustrer la notion de 'parti-pris' de mise en scène, de mise en espace.

D'évaluer une démarche de transversalité entre scénographie, chorégraphie, architecture et ville.

L’écriture chorégraphique, corps et espace, autant que le son et l’installation, vont interagir pour faire de ces rencontres un laboratoire de formes et de sens.