Retour

  • S4- 10 THEORIE ET PRATIQUE DE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE ET URBAINE - Initiation au projet architectural - L’architecture et l’édifice

Projet 4 ou Projet 3 - L'habitation et le logement ou l'architecture et l'édifice (dont semaine intensive)

Semestre 4

Groupe 13 - Oliviero Mossier et Cyrille Faivre-Aublin

Responsable(s) : Oliviero Mossier, Cyrille Faivre-Aublin

Enseignant(s) : Pierre Léger

  • Année : 2
  • Semestre : 4
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Le semestre est l’occasion d’une structuration particulière du travail autour de thème de

l’articulation maîtrisée du projet par ses règles propres, au rang desquelles on peut notamment

citer :

- règles liées au conditions de groupement de types assemblés

- règles liées aux conditions posées par le contexte

- règles liées au programme (usages) et à la mixité recherchée

- règles liées à l’adéquation entre structures spatiales et structures constructives du projet.

Contenu

Un travail proportionnellement important et continu en maquette (y compris structurelle) à

différentes échelles sera exigé, noté isolément comme un élément pédagogique spécifique du contrôle

continu.

La pluridisciplinarité est une condition majeure de succès de cette pratique pédagogique, où les

questions structurelles (constructive et spatiale) et plastiques (formes et forces) sont

indissociables du travail hebdomadaire inscrit dans le processus du projet. Il est donc fortement

souhaité de pouvoir associer à cet enseignement un enseignant de chacun de ces deux champs

disciplinaires. Cet apport essentiel peut être apporté de façon hebdomadaire, sous forme de

workshops intensifs ou sous forme de cours thématisé.

 

Le thème abordé se décompose en deux étapes parallèles:

- L’analyse de typologies prototypiques de l’architecture du XXème siècle.

- Un projet court de partition et d’assemblage des typologies dans une forme prédéfinie (le cube)

- Un projet long d’habitat mixte et groupé en ville sur un site existant, occasion de la synthèse

des acquis du semestre précédent, et d’introduction des problématiques suivantes : analyse d’un site

urbain, échelles / interaction entre projet et contexte / le projet structuré par ses règles propres

/ usages, pratiques de l’habitat en ville / la densité et urbanité / typologies domestiques groupées

/ la mixité, facteur de développement durable / le modèle de l’ilôt ouvert / statuts des sols de la

ville / répétitions et différences…

 

1) Sujet 1 : Le cube

durée : 4 semaines, à partir du mardi 28 février 2017.

Objecifs principaux :

L’exercice court (3/4 semaines) en forme d’introduction de ce semestre consacré au logement, vise à

réinterroger préalablement les questions suivantes, déterminantes dans le processus du projet :

- comment, malgré la nécessaire répétition des typologies assemblées, inventer une logique qui peut

se définir comme un système (distributif, constructif, typologique…) mais qui laisse la place à des

libertés individuelles dans la définition de chacun des types assemblés ?

- comment, à partir d’une formulation préalable des hypothèses qualitatives pour les logements (en

termes de générosité spatiale, ou d’usage), trouver les critères qui permettront d’orienter le choix

du système structurel le plus cohérent, précisément par rapport à ces hypothèses ?

- comment ne pas se contenter de dilatations dans une seule dimension du plan, mais d’en rendre

possibles non seulement dans plusieurs dimensions du plan et de l’espace, y compris dans sa

dimension verticale ?

- comment concrétiser ainsi une forme de synthèse entre la structure spatiale d’un assemblage et sa

structure constructive ? Entre la partition structurelle et la partition spatiale ?

- comment réfléchir par conséquent le type du logement non plus en termes de surfaces, mais en

termes d’espace, en termes de quantité (le volume) comme de qualité ( lumineuse, notamment..)

 

 

Afin de rendre effectif le travail de ces questions dans la durée courte de l’exercice, on aura

volontairement réduit la problématique projectuelle de celui-ci. La forme imposée du cube comme

limites du projet, y compris dans ses mesures, ainsi que l’absence de site (exception faite de

l’orientation solaire), vise à supprimer les problématiques formelles et contextuelles inhérentes au

premier projet de logement groupé : ces questions seront traitées dans le projet long en deuxième

partie du semestre .

 

Type d’exercice : projet court centré sur la modélisation en maquette de la partition spatialisée

des types (4 logements assemblés) , analyse parallèle d’un projet de références concrétisée par un

rapport A3, visite d’opérations d’habitat emblématiques du XX° siècle durant le voyage à Porto…

Apports complémentaires, éléments de bibliographie : liés aux thématiques abordées dans le projet,

dans des champs de savoir multiples : philosophie (phénoménologie, esthétique), histoire et théories

de l’architecture, biographies, études de cas, sciences de la construction, arts plastiques, etc…

La bibliographie sera communiquée en début de semestre.

 

2) Sujet 2 : Habitat groupé en ville

durée : 11 semaines, à partir du mardi 4 avril 2017.

Habitat groupé en ville

 

2.1. Introduction(s)

En préalable à la troisième année, qui verra aborder les thèmes de l’édifice et du logement

collectif, le projet de ce semestre est pour les étudiants l’occasion de faire (dans un projet long

centré autour du thème de l’habitat en ville) la synthèse de leurs acquisitions fondamentales des

exercices précédents, et d’introduire pour le cursus futur plusieurs problématiques essentielles

de l’architecture :

- la ville : analyse d’un site urbain, ses échelles,

- interactivité entre le projet et son contexte,

- le projet structuré par ses règles,

- usages et pratiques de l’habitat,

- l’habitat groupé comme densité nécessaire à l’urbanité,

- analyse des typologies domestiques,

- la mixité urbaine comme facteur de développement durable,

- le modèle de l’ilôt ouvert...

 

2.2. Le site

La parcelle, située entre les rues de l’Ermitage et des Cascades, Paris 20è, est jouxtée par le

passage Fernand Raynaud. Actuellement en chantier, elle est visible depuis les rues dans son

intégralité.

Le contexte de ce site, particulièrement marqué par la forte pente et les accroches possibles des

projets sur les héberges existantes, fera l’objet d’une analyse préalable au projet, en parallèle

de la définition initiale de la « figure spatiale » du plan masse en trois dimensions de

l’opération.

 

2.3. Objectifs pédagogiques / règles

L’exercice est l’occasion d’une « structuration » particulière du travail de l’étudiant autour du

thème de l’articulation du projet par ses règles propres, au rang desquelles on peut notamment

citer :

 

- les règles liées aux conditions de groupement des types assemblés (logements, lieux du travail,

espaces de stationnement). A ce titre , on notera que les projets devront au minimum comporter un

groupement horizontal, ainsi qu’un groupement vertical de deux logements attachés.

- les règles liées à la typologie du logement intermédiaire en plots, donc une densité moyenne, une

hauteur ne dépassant pas 4 étages, au moins 3 orientations pour chaque logement en duplex. Le lien

avec l'exercice préliminaire est évident...

- les règles liées aux conditions posées par le contexte : règlement d’urbanisme, exploitation

des héberges, ensoleillement, traversée du site, etc...

- les règles liées à l’usage et à la mixité recherchée dans le programme : on s’attachera à

caractériser dans le projet des typologies inédites liées aux mutations de la société

contemporaine (temps de travail, structures familiales, déplacements urbains...)

- les règles liées à l’adéquation entre les structures spatiales et les structures constructives

attachées au projet, où l’on introduira la notion des trames spécifiques de l’habitat et de ses

développements typologiques.

 

2.4. Programme.

La question du programme est liée aux deux questions associées de la densité et de la mixité

recherchées dans l’exercice :

sur une parcelle globale d’environ 820 m2, la densité finale sera comprise entre 1,25 et 1,5, soit

un total de surfaces construites compris entre 1000 et 1250 m2 maximum, décomposés de la manière

suivante :

- 60% des surfaces seront consacrées aux logements (entre 9 et 12 logements maximum), 40% associés

à des lieux de travail directement attachés à la moitié des logements.

Les logements pourront se situer entre les niveaux RDC (haut et bas) et R+4 maximum (avec

possibilités de duplexs R+4/R+5)

Les lieux de travail (ateliers, bureau, activités...) se situeront préférentiellement aux RDC

haut et bas / R+1 (sauf exception attachée au projet), en contact ou non avec les rues adjacentes

par le haut ou le bas de la parcelle, dont le dénivelé permettra en coupe des usages magnifiés

dans le sens de la mixité recherchée.

La pente et la contingence de l’échappée visuelle majeure sur Paris à l’Ouest seront ici

explorées dans une recherche de générosité pour tous les logements étudiés.

La répartition et le cahier des charges des logements s’inspirera des recherches effectuées dans

l’exercice précédent du Cube, qui donnait à chaque logement et aux lieux de distribution de

ceux-ci des qualités exceptionnelles qui devront être reprises pour hypothèses par les

étudiants. La moyenne des logements sera des 4P (50%) associés à des 3P (20%) et des 5P(20%) et

à un 6P(10%).

Une partie des logements pourra être connectée directement aux lieux de travail qui leur sont ici

associés.

En addition, les espaces liés au stationnement des véhicules (1 voiture+1 deux-roues + 2 vélos

par logement, plus 1 stationnement véhicule léger par unité de travail et livraison camionnette

commune) seront disposés au RDC et/ou en sous-sol.

 

2.5. Structure et Tectonique.

Un travail particulier sera mené en parallèle du travail de projet, attaché aux développements

constructifs de celui-ci. Ce travail sera associé à des cours magistraux et des TD (à préciser),

ainsi que de la « critique à la table » du projet architectural dans sa dimension structurelle,

indissociable de sa structuration spatiale et lumineuse.

Des étapes spécifiques seront marquées dans le semestre sur cette dimension essentielle du

projet, avec des éléments de rendu spécifiques, notamment des axonométries, des maquettes et des

élévations de files structurelles.

 

2.6. La maquette comme outil de conception, d'expérimentation et de représentation.

Le travail informatique, nécessairement, sera renvoyé à la phase finale du projet en fin de

semestre.

Un travail important et continu en maquette à différentes échelles (du 1/500° au 1/20°) sera

exigé, noté isolément comme un élément spécifique du contrôle continu du semestre de

l’étudiant.

 

2.7. Analyse de typologies prototypiques de l’histoire de l’architecture.

En début de semestre, chaque étudiant(e) choisira dans une liste de référence donnée en annexe

au sujet de l’exercice une opération de logement (individuel ou groupé) emblématique de

l’histoire de l’architecture, qu’il(elle) analysera en détail (avec maquettes) et présentera

après quelques semaines et de façon exhaustive au groupe dans un séminaire hebdomadaire préalable

aux corrections de projet du mardi après-midi.

 

2.8. calendrier et rendu

Début de l’exercice : le 4 avril 2017 matin, visite du site.

premiers résultats de l’analyse du site et des intuitions de la figure du projet.

Etape intermédiaire : le 2 mai (fin de l’analyse du site, maquette de la figure spatialisée du

plan masse, maquette générale de site par groupe, analyse des prototypes de l’habitat, précisions

sur le programme individuel de l’étudiant et première maquette de volumes)

Les autres étapes intermédiaires seront définies par la suite.

Les éléments de rendu seront communiqués quinze jours avant chaque étape distincte du projet.

Travaux

Le travail pédagogique se répartit sur les deux plages horaires indiquées dans l’emploi du

temps, l’après-midi étant structuré principalement sur la critique à la table, par demi-groupes, du

travail de l’étudiant exposé à la totalité du groupe. La critique sur le projet s’adresse à la

totalité du groupe, au-delà du projet individuel, et les thématiques associées aux différents types

de proposition sont débattues sous forme de séminaire ouvert.

Les critères principaux d’évaluation (non limitatifs) sont les suivants : qualité architecturale des

projets, assiduité, travail personnel, progression, capacité d’expression orale, graphique, maîtrise

des concepts et capacité d’articulation, compréhension des éléments des disciplines associées

(construction, plastiques, informatique, etc..)

Au-delà des évaluations en contrôle continu, 2 jurys croisés sont prévus au terme de chaque exercice

selon le calendrier de l’Ecole.

Bibliographie

Eléments de bibliographie : liés aux thématiques abordées dans le projet, dans des champs de

savoir multiples : philosophie (phénoménologie), histoire et théories de l’architecture,

biographies, études de cas, sciences de la construction, arts plastiques, etc…

La bibliographie sera communiquée en début de semestre

Le travail informatique, nécessairement, sera renvoyé à la phase finale du projet en fin de

semestre. Un travail important et continu en maquette à différentes échelles (du 1/500° au 1/20°)

sera exigé, noté isolément comme un élément spécifique du contrôle continu du semestre de

l’étudiant.