Retour

  • DE2 EcologieS
  • PFE

LIDAR Kassandra

Un archipel de l'échange

2021

île-saint-denis

Directeur(s) d'étude(s) : Arnaud SOMPAIRAC

Enseignants : Hervé DUBOIS

Ce projet de fin d'étude est abordé avec le choix murement réfléchi d'un sujet : celui des productions alternatives en milieu urbain, qui soulèvent des questions environnementales et sociétales. Autrement dit, il s'agit de l'agriculture urbaine.

Le choix de terrain imposé n'a pas été un frein, au contraire. La réflexion porte sur la fabrique de la ville au 21ème siècle à l'échelle modeste d'un quartier de L'île-Saint-Denis. Ancienne friche industrielle, c'est une opportunité concrète de s'y positionner afin de développer une réflexion sur les cultures et productions alternatives en milieu urbain.

La thématique de l'agriculture urbaine semble peu abordée par les architectes, pourtant, les espaces qui en découlent sont des lieux de vie. Ces lieux évoluent autour d'un environnement, l'échelle urbaine et l'échelle architecturale s'entremêlent alors pour former le projet. En tant qu'architecte, il est donc intéressant de penser à la fabrique du lieu à travers différentes échelles. Etant dans le DE écologie, la protection environnementale et l'aménagement territorial sont deux thématiques à concilier dans une perspective de développement local et durable.

Le sujet s'est par la suite naturellement resserré sur la thématique de la sensibilisation de la population à l'agriculture urbaine ; ce qui me permettait de réfléchir à des enjeux allant au delà de la simple mise en place de ruches sur les toits, de jardins partagés entre deux immeubles de logements ou encore de culture en bac sur les trottoirs parisiens. Il m'a semblé intéressant de m'interroger sur ces méthodes d'agriculture, en choisissant lors des semestres précédents, des matières qui englobent ce thème. Ce travail en amont m'a permis de développer en détail ce qu'est l'agriculture urbaine et donc de tourner ma réflexion sur cette thématique.

Le réinvestissement d'espaces délaissés, souvent bien situés aux cœurs de nos agglomérations, est un enjeu majeur. En effet, réinvestir les friches, c'est œuvrer pour la maîtrise de l'étalement urbain. Ces espaces sont également porteurs d'enjeux environnementaux, urbains, économiques et sociaux. De plus, la résorption des friches est aujourd'hui primordiale et oblige à passer d'une vision de la friche comme espace abandonné, à une stratégie d'anticipation et de priorisation des sites à transformer. Finalement, à travers le projet : " un archipel de l'échange ", il s'agit de montrer que l'agriculture urbaine, c'est en fait une multitude de techniques, d'espaces, d'aménagement et d'innovations qui contribuent à la végétalisation et la production agricole d'une ville. Il n'existe donc pas une mais des agricultures urbaines. Les enjeux derrière toutes ces formes d'agricultures sont pédagogiques, écologiques, productifs. Ils viennent répondre aux problématiques actuelles des villes, en intégrant l'amélioration de l'autonomie alimentaire de ces territoires urbains, de la relation des habitants au vivant et aux enjeux environnementaux.