Retour

  • DE5 Territoires
  • PFE

Karim KALOUN - Julien PONGNAN

INTERFACE

2019

Paris

Directeur d'études : Marie-Hélène BADIA

Longtemps le tissu de la ville s’est détourné du réseau ferré à cause du bruit et de la pollution générés par les trains. Les voies ferrées ont été vues comme des coupures dans la ville. Cela conduit à s’interroger sur la place de ces grandes emprises qui sont de grands vides dans la métropole et qui peuvent être vues comme des axes structurant du tissu urbain. 

Notre projet urbain consiste en la création d’une continuité passante le long du faisceau ferré de la gare Saint Lazare. Il s’exprime par des interventions ponctuelles le long de son système en fonction des opportunités foncières et morphologique permises par le tissu urbain à savoir les parcelles résiduelles et les pignons aveugles. Les éléments fonctionnent en réseau en créant une continuité urbaine. On peut considérer nos interventions comme minimalistes par leur échelle propre et infrastructurelles par leur fonction de connexion urbaine. 

De plus, nous avons questionné et requalifié la place des industries ferroviaires souvent délaissées ou sous-exploitées. Ces grandes emprises foncières en milieu urbain sont devenues des enjeux de renouvellement urbain. Le projet architectural proposé porte sur la réhabilitation et la reconversion des anciennes halles des messageries de la gare Saint-Lazare, actuels « parking du pont de l’Europe» et centre de tri de la Poste. Ces vastes bâtiments surplombantl’écheveau des voies ferrées offrent des espaces généreux au cœur de Paris. Pourtant dotées d’un fort potentiel architectural et urbain, ces halles semblent inexistantes dans la vie urbaine parisienne. Cette inadéquation entre forme architectural, programme et position urbaine est questionnée par ce projet.