Retour

  • Arts Visuels

Paul HEISSAT
Luana JOUIN
Augustin SERRES
Damien ZONGO
Sasha FILOMENKO-CAGNY

Paradoxe

2019

ENSAPVS

Enseignants : André AVRIL

Projets de scénographies imaginaires autour de l’exposition "Architectures intérieures" présentée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Val de Seine en janvier 2019

CONCEVOIR LA SCÉNOGRAPHIE IDÉALE D’UNE EXPOSITION D’ART CONTEMPORAIN.

La mise en abîme de l’exposition.

Le temps d’un semestre, dans le cadre d’un enseignement de licence, autour de la question des processus de création et d’une réflexion sur les questions d’architecture que pose la scénographie d’exposition, un groupe d’étudiants et leur enseignant André Avril, se sont penchés sur le propos de l’exposition Architectures Intérieures, exposition qui allait être présentée quelque mois plus tard au sein de leur école.

Cet enseignement, souhaitait également initier à l’intérieure des expositions de l’école une proposition à la dimension exploratoire et prospective, fondée sur l’articulation entre recherche, pédagogie et pratique.

Envisageant les rapports entre constructions architecturales et constructions mentales, les étudiants, par groupe de travail, ont inventer des scénographies idéales qui puissent rendre sensibles les enjeux de l’exposition et la manière de la présenter.

PARADOXE

Générer de la complexité à partir de la simplicité.

Penser la cloison comme ce qui ouvre, le passage comme ce qui ferme, le dedans comme ce qui s’ouvre au dehors et inversement, penser l’espace comme le lieu même du paradoxe.

Inventer un principe structurel qui se déploie dans l’espace à la manière d’un raisonnement, qui suit son fil, bifurque, revient sur lui-même, s’égare même volontiers en se perdant lui-même.

Trouver une structure qui serve à la fois de cimaise et de socle, de support d’accrochage vertical et horizontal ; structure qui intègre à la fois les œuvres et le public, obligé de s’y plier pour avancer, et pouvant s’y installer pour se reposer.