Retour

  • DE4 Faire
  • PFE

Camille TAILLARDAT

L'archipel du passage, entre l'ici et l'ailleurs

2019

Lac Daumesnil, Paris 20e

Directeur d'études : Jean-François LAURENT

Saturés, excentrés, et insuffisants, les espaces funéraires de la ville de Paris arrivent aujourd'hui à leur limite. En parallèle, l'essor de la crémation, les préoccupations environnementales, la laïcisation progressive... sont tout autant de facteurs qui participent à l'apparition d'un nouveau rapport à la mort. Les pratiques funéraires sont aujourd'hui en pleine mutation, et il est nécessaire de repenser les espaces qui leur sont liés afin de suivre ces évolutions. La capitale française a donc besoin de se doter d'un nouveau maillage de petits espaces funéraires pour privilégier une meilleure prise en charge des familles.

Implanté au Sud-Est de Paris, sur les îles du Lac Daumesnil, le projet se situe dans l'un des trois territoires parisiens excentrés du rayonnement des services funéraires existants. Avec l'intention de regrouper et de rapprocher les étapes des obsèques, le projet s'inscrit comme un parcours de la ville à la ville permettant aux vivants d'accompagner leur mort vers leur dernière demeure à travers 6 étapes :

- Le funérarium (1) et le crématorium (2) sur l'île de l'entre deux, correspondant aux temps des cérémonies et réunissant vivants et morts pour les derniers adieux
- L'atelier de fabrication des stèles (3), le cimetière (4) et l'espace de prière (5) sur l'île de Bercy comme l'île réservé aux morts, visités par les vivants.
- et enfin le temple et le restaurant existant (6) sur la première ile qui participent également au parcours des endeuillés comme les dernières étapes avant le retour à la ville, à la réalité.

Le projet tend à re-créer du lien entre les vivants et les morts et à faire vivre les rituels de passage dans un espace végétal riche, symbole du cycle naturel de la Vie. Le parcours architectural proposé traduit la volonté d'accompagner les vivants à travers un cheminement progressif, séquencé, à l'image du processus de reconstruction qu'est le deuil. Il tente de respecter au mieux la nature dans laquelle il s'intègre, en symbiose avec le sujet d'étude.