Retour

  • DE1 Alto
  • PFE

IMAMUTDINOVA Yulia

LA RUE, LE PARC ET L’INDUSTRIE. UN NOUVEAU MODÈLE D’URBANISME POUR LES TERRITOIRES DE «NON-LIEU»

2019

Le Havre

Directeur d'études : Cyrille FAIVRE-AUBLIN

Les "non-lieux" font la périphérie des villes du monde entier, les citadins y entretiennent principalement une relation de consommation. Matériellement cette relation est abstraite, l'homme vit ces espaces dans une incompréhension physique et géographique. Ce sont des zones remplies d'entrepôts situées au bord des routes où l'être humain reste anonyme. Elles veulent parfois prétendre être ville mais il faut profiter du caractère éphémère de ces zones pour les transformer radicalement et leur donner une qualité architecturale et urbaine. Comment désintégrer ces "non-lieux" et retrouver les qualités paysagères?

Telle est la situation du Havre périphérique dans la zone entre Harfleur et le centre ville d'Auguste Perret.

Je propose donc de faire disparaître ces entrepôts éphémères, je les délocalise sous une butte linéaire surélevée de 7 m sur une longueur de 2,3 km face au canal. Ce talus paysager a une raison d'être sur ce territoire plat: on y monte comme sur un belvédère afin d'avoir une vision claire de la ville, il est en résonance avec les falaises qui lui font face, il reconnecte la ville générique avec sa géographie et fait apparaître par contraste les éléments verticaux du Havre (les grues portuaires et les tours). L'entrepôt ne sera que prétexte à l'architecture du paysage qui restera.

Trois éléments au sol naturel sont importants dans ce projet : le quai face aux logements, la rue entre logements et arcades, et le parc du côté nord de la butte.
La rue et le quai sont les premiers éléments dans ce projet qui permettent un lien social. La rue, grande oubliée du mouvement moderne, est dans ce projet bordée de façades avec des commerces et des cafés au rez-de-chaussée, c'est un lieu de rencontre. Pour pouvoir se déplacer sur cette longueur de manière plus rapide, j'introduirai le tramway. Il fera partie de l'animation de la rue.
Le parc est partie intégrante de ce nouveau quartier : c'est un grand héritage de l'urbanisme moderne qu'il ne faut pas nier. Il est traversé par une route existante qui amène jusqu'au centre ville du Havre. Des équipements publics, bibliothèques, écoles ou cliniques sont à l'intérieur de ce parc : ils sont reliés par des chemins ou des routes qui ne se veulent pas comme des rues en attente du remplissage spéculatif habituellement réservé à l'urbanisme actuel. Ce parc est un vide pour le nouveau quartier et ceux existants, qui laisse respirer entre la butte linéaire et les falaises.

Cette proposition ne prétend pas régler tous les problèmes d'un coup : la distribution, le réseaux parfaitement dessiné... C'est une tentative de réflexion sur la ville et l'urbanisme actuel et un outil pour amorcer de nouvelles relations entre densité construite et champs ouverts.