Retour

Les actes fondamentaux à Rio De Janeiro

Date de parution : 16/05/2019

#Workshop, International, Conférence, Enseignant

Richard Scoffier  
Faculté d’architecture de l’Université Fédérale de Rio De Janeiro
12 / 19 août 2019

Richard Scoffier a été invité par la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de Rio de Janeiro pour présenter ses cours sur « Les actes fondamentaux » et organiser un workshop sur ce thème.

Les étudiants ont réfléchi pendant huit jours sur quatre actes fondamentaux : se laver, se nourrir, recevoir, dormir. Des actes qui déterminent des édifices autonomes - des thermes, des cuisines, des palais des congrès, des résidences universitaires - mais qui trouvent aussi leur expression architecturale dans les pièces de l’habitation : la salle de bain, la cuisine, le séjour, la chambre. Cette réflexion s’est déroulée quatre temps : cours, workshop, conférences, exposition.

COURS
Les cours ont abordé trois des actes fondamentaux pratiqués quotidiennement par l’humanité : se laver, recevoir et dormir.
Ils en retracent la genèse et s’interrogent sur leur sens.  Quant aux espaces spécifiques qui les encadrent, ils ont été appréhendés comme des mécanismes orthopédiques qui facilitent leur exécution.

1. Se laver. Plus que des questions d’hygiène tout ce qui concerne la toilette possède des fondement religieux et sociaux très profonds.  Sous cet acte anodin et banal se cachent des rituels de purification qui renvoient à l’intégration des individus dans la communauté. 

2. Se nourrir. Qu’est ce qui différentie l’acte de manger de celui de dévorer ? La cuisine est essentiellement le lieu où légumes, fruits, animaux sont découpés, cuits, assaisonnés pour changer de nature et être transformés en aliments. 

3. Recevoir. Un acte qui demande de réfléchir sur la notion d’hospitalité et sur le mot hôte qui définit à la fois celui qui reçoit et celui qui est reçu. Il porte en lui les prémices d’un véritable programme politique qu’il s’agira d’interroger.

4. Dormir. Dormir n’est-ce pas mourir ? Toute chambre ne doit-elle pas aussi être appréhendée comme une chambre funéraire et comme une domestication de ce qui reste impossible à penser ?

WORKSHOP
La vingtaine d’étudiants de premier et deuxième cycle qui participait à cet enseignement a été invitée à réaliser de grandes maquettes de maisons en carton, comportant des pièces correspondant aux actes étudiés en cours : une salle de bain, une cuisine, un salon et une chambre. Ces espaces pouvaient être librement suspendus à des portiques ou à des mâts, fixés en porte-à-faux à un noyau servant, clipsés sur un exosquelette ou simplement portés par des colonnes ou des pilotis.

Pour se concentrer sur la structure,  le contexte donné pour cet habitat expérimental était un terrain plat, planté d’arbres. Les propositions devaient cependant s'inscrire dans un parallélépipède virtuel de 8 m de long, de 6 m de large et 12 m de haut.

La conception de ces habitations s’est effectuée exclusivement en maquettes. Chaque participant a d’abord proposé plusieurs hypothèses au 1/100. Puis, après avoir défini un principe, il l’a développé au 1/50 avant de passer au 1/20 pour le rendu final.

Références : MASP de Lina Bo Bardi à Sao Paulo, Maison d’Angelo Bucci à Rio de Janeiro, Arbre blanc de Sou Fujimoto à Montpellier, Boutique Prada de Herzog et de Meuron à Tokyo, Maison à un mur de Christian Kerez, Maison Lemoine de Rem Koolhaas à Bordeaux, Maison de Paulo Mendes da Rocha à Sao Paulo,  Maison suspendue de Paul Nelson, Maison de l'Iran de Claude Parent à la Cité Internationale Universitaire à Paris…

CONFÉRENCES
Les actes fondamentaux pratiqués chaque jour par l’humanité sont très nombreux. En conclusion, pour ne pas fermer la problématique sur les seuls actes étudiés pendant la semaine, des conférences en ont abordé deux autres. 

1. Enseigner. Revenir sur cette propension qui pousse chaque homme, chaque femme, à se former pour mieux se constituer comme un sujet libre et souverain, à travers l’analyse de l’évolution des lieux d’enseignement. 

2. Prier. Dans cet acte c’est moins la question de la religion qui est posée que celle qui pousse constamment l’homme à répéter et à amplifier l’acte fondateur sa condition : se mettre debout et se dresser de plus en plus haut. Certains oratoires, chapelles et églises peuvent être considérés comme des prothèses qui accompagnent ce mouvement ascensionnel de l’homme vers le ciel et le poussent à son paroxysme.

EXPOSITION
Les maquettes au 1/20 réalisées par les étudiants ont été exposées dans le hall de la FAU. Un catalogue est prévu pour présenter les cours et les projets du workshop.