Retour

  • S9-P4 Projet achitectural et urbain

DE 1 : Architecture générique / Sol spécifique (partiellement en anglais) - M. Weissmann, Jean Mas et Anna Maria Bordas

Semestre 9

Responsable(s) : Jean Mas, Martine Weissmann

Enseignant(s) : Anna Maria Bordas

  • Année : 5
  • Semestre : 9
  • E.C.T.S : 14
  • Coefficient : 5,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Projet Architectural et Réalités Métropolitaine

 

Domaine A-LTO

 

M2-S9

Grille programme

Temps : 16 semaines Heures encadrées : 120 h – Heures étudiants : 170 h – Total des heures : 290 h.

Effectif : étudiants Heures pondérées :

 

ORIENTATIONS PRINCIPALES

 

Enseignants : Anna-Maria Bordas, Jean Mas et Martine WEISSMANN

 

Parcours recherche

Apports théoriques : Paolo Amaldi ,Prof,HDR

Apports méthodologiques : Dimitri Toubanos, Mcf, Doctorant

 

 

 

NOTA: le lien de téléchargement suivant donne accès à une présentation VIDEO résumée du semestre par les enseignants:

 

- Vidéo présentation S9 : we.tl/t-BYjRanxQ7Y

 

Jour d'enseignement:

les mercredi après-midi et vendredi après-midi

 

 

 

Orientations principales

 

Le groupe de projet « Latitude(s) » se propose d’accompagner les étudiants qui souhaiteraient se saisir d’un sujet en S9 et le poursuivre en PFE. L’enseignement du S9 prépare et structure le PFE, il reste cependant un semestre d’enseignement à part entière et à ce titre, il fera l’objet d’un projet architectural réalisé par l’étudiant.

 

Nous attachons dans le domaine d’Études A-lto la plus grande importance à ce que l’ensemble des projets de PFE, quand bien même ils ne sont pas des PFE – Recherche, s’inscrivent dans un processus de conception basée notamment sur des hypothèses de recherche autour d’une ou plusieurs problématique(s) clairement explicitée(s) et argumentée(s).

 

Ainsi cette année nous vous proposons de vous inscrire dans l’une des 4 problématiques proposées et de choisir le site et le programme associés à cette problématique.

 

La structuration de la démarche et des problématiques d’un PFE long (S9/S10 articulés) ont pour A-lto des racines, inscrites dans le programme de Master autour des quatre têtes de chapitre suivantes :

 

- 1/ Autour de la question de la TRANSFORMATION DE LA VILLE CONTEMPORAINE SUR ELLE-MEME et des questions sociétales qui traversent notre époque et engagent une indispensable réflexion notamment sur la troisième révolution urbaine à venir, celle du monde de demain (post-pandémie) associé celle de l’ « Ubiquitus computing » évoquée par B. Stiegler qui remet en cause la question de la distance dans les échanges et engagera donc inévitablement une réflexion inédite sur les natures d’espace public à ré-inventer dans la façon de concevoir la ville, de la gérer, de la construire.

Une ville nécessairement ouverte, passante, apprenante qui aurait profondément requalifié dans sa morphogénèse les rapports entre territoires de consommation et territoires de production, entre ville-dortoir et quartier d’affaires.

 

 

- 2/ Autour des questions d’ENVIRONNEMENT, qui réinterrogera dans le projet LA PLACE DE LA NATURE DANS LA VILLE, autour des questions de paysage urbain dans laquelle la distinction entre le paysage « végétal » n’est plus séparé du paysage « édifié » de la ville elle-même.

Dans ces questions environnementales, un champ exploratoire particulier tourne autour de la mise en œuvre d’une forte « densité urbaine positive », seule propre à retrouver par le vide une proportion de sol « perméable » optimisée (au plan hydrologique / végétal/ îlot de chaleur) tout en rassemblant sur un territoire réduit une forte densité de population dans des rapports de proximité optimisés limitant les distances nécessaires aux échanges de toutes natures.

 

 

- 3/ Autour des questions des typologies et de l’EXPLORATION PAR LE PROJET DES TRANSFORMATIONS CONTEMPORAINES identifiées, qu’elles soient technologiques, environnementales, sociétales. Une exploration des typologies de l’habitat du monde de demain (notamment de la place de l’informatique dans le logement), mais aussi des lieux du travail, de la santé, de l’enseignement remis aujourd’hui en cause par la « troisième révolution urbaine » citée précédemment.

Ce travail spécifique sur les questions typologiques sera associé à une hypothèse de

haute qualité d’usage et d’économie de moyens.

La question typologique, en termes d’échelle, peut à la fois s’inscrire dans des questions d’édifice mais aussi à une échelle urbaine autour des grands « types urbains » objets d’étude récurrents de l’histoire récente de l’architecture : hyper-building/très grand édifice/ campus/ cluster/…

 

- 4/ Autour des questions liées à la TRANSFORMATION DE L'EXISTANT, toujours dans la recherche d’une économie de moyens de projet et d’une économie circulaire à favoriser, qui associerait nécessairement dans le projet à la fois une partie restructurée, mais aussi une partie nouvelle attachée à l’existant, propre à requalifier l’ensemble dans les rapports de l’édifice à l’espace public.

Un des éléments essentiels de cette problématique étant à l’origine du projet l’analyse fine de l’existant et de l’explicitation des raisons qui plaident pour la conservation de telle ou telle partie de l’édifice existant et/ou de sa démolition partielle lorsqu’elle est indispensable au projet. Cette problématique de transformation de l’existant engageant également dans le projet des questions historiques dans la redéfinition à terme de l’identité architecturale du projet achevé, et de la capacité de celui-ci de garder la (les) trace(s) de l’existant avant intervention du projet de transformation.

 

 

 

Contenus et sujets

 

A partir du choix d’une ou plusieurs thématiques, l’étudiant ou le groupe de 2 étudiants pourra choisir le site et le programme. Ces propositions seront justifiées et feront l’objet de discussions avec les enseignants. Des sites seront également proposés aux étudiants qui le souhaitent.

 

 

Méthodes et Organisation :

 

Dans ce semestre du cursus, la dimension particulière du thème de projet nécessite une structuration pédagogique particulière, autonome de la part de l'étudiant, où la forme d’un « séminaire de projets » doit amener les étudiants, au-delà de leur propre travail sur le projet architectural, à prendre en compte la dimension réactive que le travail de tous les étudiants du groupe et la diversité des propositions doit impliquer dans la conduite de ses réflexions sur son propre projet.

 

Cela implique une présence régulière et un investissement qui va au-delà de l'investissement sur son propre projet, afin de participer à une réflexion en cours d'élaboration qui se nourrit des interventions de chacun pour enrichir le projet de recherche collectif .

Travaux

Ecrits, dessins, maquettes adaptés au développement spécifique et itératif du projet