Retour

  • S7-P1 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 3 : Architectures muséales et scénographie - A. Sompairac, J. Moreno et H. Herré

Semestre 7

Responsable(s) : Arnaud Sompairac

Enseignant(s) : Jon Moreno Iriarte, Henri Herre - Parant

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • E.C.T.S : 14
  • Coefficient : 6,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

UN MUSEE ET UN CENTRE D'INTERPRETATION à COULOMMIERS

 

La période de confinement et les interrogations sur l’espace public qu’elle suscite nous amène à réinventer le projet d’architecture muséale, qui prendrait désormais place au sein d’un complexe populaire plus vaste, avec une dimension forte de jardin/ferme pédagogique et des formes d’apprentissage renouvelées.

 

La discussion (que nous n’aurions pas eu vraiment sans le COVID) que nous avons menée, Henri Herré, Jon Moreno et moi-même nous conduit à réinterroger notre pratique :

 

-en premier lieu, sur les contenus :

- afin de privilégier absolument le travail de conception architecturale, nous avions jusqu’alors enfourché des programmes existants, et, avec la complicité de « client » potentiel (rencontre avec des acteurs sur le terrain, toujours), nous étions jetés sur des programmes de concours, fraichement passés, en général.

Nous entrerons désormais dans une posture critique au regard de ces programmes. La critique portera sur 2 axes :

• Au regard de la perspective écologique. Il est question aujourd’hui de s’interroger sur l’intérêt d’investir dans une forme d’équipement qui pourrait paraître décalé par rapport à ces enjeux : il est question de porter un regard critique sur le programme même de ce point de vue. Ainsi, dans le cas de l’ex-couvent de Coulommiers, s’interroger par exemple sur l’économie de ce lieu à l’époque classique et s’interroger sur la façon d’en restituer quelque chose. Mais aussi, interrogation sur le grand parc existant dans sa forme purement ornementale.

 

• Au regard de l’accès « populaire » à de nouveaux lieux de savoir, de « nouveaux espaces publics pour la connaissance ». nous aimerions ouvrir ce chantier de questionnement pour un nouvel espace public.

ce projet nous incitera à nous mettre dans une posture expérimentale au regard de la promotion de nouvelles formes d’accès à la culture, afin de favoriser la présence d’un public populaire : fort accent sur l’interprétation, récits didactiques, immersions (pas nécessairement virtuelle), superposition d’usages : formation, restauration (de peinture), restauration, jeux d’enfants, expérimentations et mise en situation paysanne, ateliers pédagogiques pour tous les âges, fablab de l’expo,, pédagogie de la fabrication d'un fromage par l'expérience, etc…

il se trouve que le programme sur lequel nous avions travaillé intègre un « centre d’interprétation du fromage de Brie », dont le contenu est pour le moins indigent : nous allons le requestionner largement.

 

 

 

- En second lieu sur la méthode ; nous aimerions en effet solliciter les étudiants afin qu’ils s’engagent constructivement dans la fabrication (rapide, plutôt) d’un programme pour ce nouvel espace public.et en particulier pour le centre d’interprétation précité.

 

Cà veut dire un débat. Un débat circonscrit dans le temps, nous n’oublions pas l’objectif d’un travail sur la spatialité. Le débat sur la façon de parler de ce lieu de notre implantation, sur son périmètre, sur la façon de parler du fromage (ou de l’ignorer ?) : nous nous mettons dans la dynamique d’un contre-projet.

En restant vigilant sur l’exigence d’une production spatiale.

 

 

 

 

Présentations orales, graphiques et écrites collectives des étapes intermédiaires.

Contenu

Le déroulement du projet : 5 temps successifs.

 

. le premier temps est un temps immersif, consacré à l'exploration de la 'culture du sujet': enquête rapide sur les musées, orientée par les thèmes scénographiques ultérieurs : ce sera l'intensif de rentrée. ces enquêtes intensives seront orientées tantôt vers l'aspect muséal, tantôt vers les centres d'interprétation (on éclaircira cette nuance)

 

 

. immédiatement après, une investigation vidéo-portable sous la direction d'Henri Herré, pour explorer les lieux dans le Parc de Coulommiers et les architectures qui y existent. Nous accompagnerons chaque approche – paysagère, muséale, scénographique – par des expériences filmiques qui permettent de documenter comment votre corps se confronte à ces strates architecturales.

 

 

. le troisième temps du projet à proprement parler, met le site du Parc de Coulommiers' au coeur de l'exercice. c'est un Musée qui existe en piteux état et qui doit subir une importante transformation/extension. L’exercice ménera de front une interrogation critique sur le programme d'un concours récent et la production d'une esquisse .

il s'agit cette fois d’explorer d’une part les relations du musée et de son contexte urbain/paysager, et d’autre part de viser à la meilleure inscription des collections , mais aussi de différents programmes connexes dont les étudiants seront les initiateurs, dans une architecture existante (le couvent et sa future extension). Exercice de valorisation, d’une part, logiques de parcours d’autre part. L’organisation des parcours, des moments de pause, et la localisation de l’ensemble des fonctions du nouveau centre de culture (tiers-lieux?) constituera la première partie de l’exercice. exercice en binôme, sauf exception.

 

le quatrième temps est le temps scénographique où chacun explorera individuellement la capacité de la collection actuelle à engendrer, de façon centripète, une spatialité intérieure.. 4 semaines pour définir un parcours, une esthétique, un univers, sur environ 1200m².

 

. le dernier temps est un retour sur l'architecture, après ce passage que nous espérons nourrissant, par la scénographie. ce retour permettra d'intégrer les deux dimensions et les deux logiques SPATIALES convoquées.

Travaux

Ce déroulement et l'encadrement des propositions devront conduire à la production individuelle ou en équipes de deux projets, l’un de scénographie, l’autre de Musée/ centre de Culture (incluant Les espaces publics extérieurs et paysagers), avec une définition matérielle poussée. la matérialité constructive et la réflexion sur les modes de production de l’exposition font partie de l’exercice.

Les exercices de manipulation d’espaces en video donneront également lieu à plusieurs rendus.

Bibliographie

L’invention des musées / Roland Schaer, 1993 / Gallimard

Museologica, contradiction et logique du musée / Bernard Deloche, 1985 / W.MNES

Architecture et musée / Colloque Royaumont,1998 / RL

Le Musée : entre ironie et communication / Yves Cusset, 2000 / Plein Feux

Manuel de muséographie / M.O De Bary, J.M.Tobelem, 1998 / Séguier

L’exposition, interprétation et réinterprétation / Bernard Guelton, 1998 / L’Harmattan

Artifices d’exposition / René Vincon, 1999 / L’Harmattan

L’Exposition à l’œuvre / Jean Davallon, 1999 / Paris

Le musée à l’œuvre / J.Putnam, Thames and Hudson, 2002

La muséologie selon Georges Rivière / Paris 1989

Cahiers du Musée National d’Art moderne (C.Pompidou):

L’architecture du musée, remarques

L’exposition temporaire / Technique et architecture, N°453

Claquemurer pour ainsi dire tout l’univers, recueil, sous la dir. De J.Davallon. CCI, Centre Georges Pompidou, 1986, Paris.

Exposer, Exhiber, recueil, Ed de La Villette, 1995, Paris

Le culte moderne des monuments / A.Riegl, Ed du Seuil, 1984, Paris

L’espace public, Jürgen Habermas, Payot, 1993, Paris

Engagin spaces, exhibition design explored by Kossmann.dejong, Frame Publishers, Amsterdam,2010

Scénographies d'exposition, six perspectives critiques, A.Sompairac, Genève, 2016

Espaces scénographiques, l'exposition comme espace critique et sensible, A.Sompairac, Genève, 2020

Informations supplémentaires

En sus des exposés mentionnés dans la métodes de travail, sont effectuées diverses visites dont :

- visites commentées du site du projet

- analyse de projets muséaux ou culturels contemporains.