Retour

  • S9-P3 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 2 : Architectures, espaces publics et villes alternatives - A. Sompairac

Semestre 9

Responsable(s) : Arnaud Sompairac

Enseignant(s) : Nadine Roudil, Lea Mosconi

  • Année : 5
  • Semestre : 9
  • E.C.T.S : 14
  • Coefficient : 5,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Master - Domaine d'études « Ecologies »

EQUIPEMENTS PUBLICS CRITIQUES

 

 

Enseignant responsable : A.Sompairac

 

Enseignants :

Arnaud Sompairac, TPCAU

Léa Mosconi, TPCAU

1 sciences humaines

 

 

 

Organisation de l’enseignement

Salle :

Modes pédagogiques : Encadrement du projet = TD

Rythme : une séance par semaine, le mercredi de 9.30 à 13.30

 

 

CONNEXIONS AVEC D’AUTRES ENSEIGNEMENTS :

 

Dans un autre DE : Alto

Groupe de projet de Hervé Dubois : Villes émergentes

groupe de projet d'Alain Pélissier

 

 

OBJECTIFS ET MÉTHODES DE TRAVAIL

 

Il est grand temps pour les architectes de penser à la fabrication des lieux pour une autre économie et des espaces publics afférents. Le travail de ce groupe de projet prendra à bras le corps les questions environnementales/sociétales du XXIè siècle sous un double aspect :

- la fabrique d’un lieu (quartier) tourné vers une production alternative, en banlieue, sur l’Ile Saint-Denis, production associant l’agriculture urbaine (ferme/serres), recyclage, réemploi, éco-matériaux et fabrication en fablab avec un regard sur la vocation historique de ce morceau du territoire dyonisien et sa spécificité « insulaire », et sans ignorer les questions de la mixité fonctionnelle (intégration de logements)

- l’articulation de cette économie autour d’un espace public fédérateur qui interrogera aussi les limites dehors/dedans en les confrontant aux logiques climatiques. Cet espace public aura vocation aussi à être une forme de vitrine et de lieu de démonstration pour l’activité locale, il tiendra une place pédagogique pour les défis écologiques à venir. Il permettra la mise en place d’une vie communautaire, au-delà des questions strictement économiques.

 

On entend fabriquer une ZDD : Zone Durable et Désirable. Un lieu de vie.

 

 

L’enseignement du projet se déroule sur deux semestres successifs qui s’articulent, S9 et S10, pour aboutir au PFE. Mais les semestres ont leur autonomie respective.

 

Le premier semestre visera à simultanément développer une réflexion programmatique sur les cultures et productions alternatives en milieu urbain, et dans le même temps mener une réflexion sur de nouvelles formes d’espaces publics, articulés autour de ces programmes, qui mêlent l’organisation des vides et les logiques d’édifice, l’espace pour la permanence, celui pour l’évènement, sans ignorer les logiques des réseaux de transports urbains.

 

Les étudiants, qui travailleront en petits groupes au semestre 9, auront à définir leur propre programmation à l’intérieur de la problématique ci-dessus. Elle devra révéler la part de la dimension locale et alternative et de la dimension métropolitaine.

 

Des exposés spécifiques des enseignants architectes (notamment sur l’espace public) et un suivi régulier de la gestion coordonnée de toutes ces dimensions du paysage urbain et de l'architecture caractérisent l'encadrement.

 

 

L’enseignement du projet se déroule sur deux semestres successifs qui s’articulent, S9 et S10, pour aboutir au PFE. Mais les semestres ont leur autonomie respective. le groupe est rejoint par Hervé Dubois en S10

Contenu

CONTENU

 

Le travail du projet porte sur la fabrication de la ville du XXIè siècle, mais à une échelle modeste d’un quartier, choisi sur l’Ile Saint-Denis en rapport avec les implantations futures des Jeux Olympiques dans l’Ile.

Il représente une opportunité concrète pour les étudiants de se positionner de manière critique au regard de trois plans de questionnement :

 

- le premier porte sur l’urbanité, les qualités, les rôles et le sens de l’espace public, comme espace commun à une population donnée, du partage à l’échelle d’une ville ou d’un territoire. il induit la production d’un espace spécifié dans sa différence avec les espaces du quotidien et du domestique. Elle induit un questionnement sur l’exercice de la décision commune et d’un pouvoir local, et sur les manifestations communautaires de tous ordres (impliquant l’événementiel, donc)

 

- Le deuxième plan de questionnement ausculte la relation programme-projet. Les étudiants se verront d’ailleurs confrontés à la question du lien entre le nord et le Sud de l’Ile, puisqu’au Sud est prévu un quartier olympique autour d’un espace public également. Se posera la question de la relation entre les 2 quartiers, relations matérielles et relations économiques.

La dynamique du projet sur le Nord de l’Ile nous sera restituée par les acteurs réels (associations locales, discussions en cours) et virtuels du projet, permettant de porter un regard précis sur la commande, l’organisation de la maîtrise d’ouvrage et de ses assistants. C’est, en second cycle, le moment idoine pour prendre acte de la demande sociale réelle, comprendre ses attendus et ses mécanismes.

 

Il conviendra d’aller regarder certaines formes nouvelles d’équipements, tel le développement dans différents lieux de fermes urbaines, de tiers-lieu ou de recyclerie. Un exercice spécifique d’enquête sur ces nouveaux lieux inaugurera le semestre.

Chaque groupe d’étudiant devra avoir, rapidement, ses propres intentions programmatiques, inscrites dans la problématique d’ensemble.

 

- un dernier plan de questionnement, last but not least, sera celui de l’habiter/construire. Dès les débuts de la conception du projet, on mettra l’accent sur l’architectonique entendue comme l’inscription de la logique constructive dans le développement des spatialités, et au service de ces spatialités, à l’échelle même du territoire. L’inscription du bâti fera l’objet d’une réflexion sur les lieux et rythmes de l’implantation et les modifications topographiques qui peuvent en résulter.

 

Le travail du semestre 9 se prolonge par celui du S10 pour une production architecturale de PFE. Mais le S9 est aussi et à l’évidence un moment de projet architectural/urbain, avec une formalisation attendue des plus affinées.

Travaux

TRAVAUX REQUIS

 

Présentations orales, graphiques et écrites collectives des étapes intermédiaires.

 

L'encadrement du projet sera assuré par A. Sompairac et, ponctuellement, par Léa Mosconi. Une sociologue viendra éclairer les choix des étudiants, notamment du point de vue des vocations et des populations des territoires concernés …

 

Ce déroulement et l'encadrement des propositions devront conduire, sur la base de référents et d’analyses, à la production individuelle ou en équipes :

- d'un concept paysager et urbain,

- d'une stratégie territoriale par rapport aux programmes du semestre et au projet paysager et urbain,

- d’un projet paysager, urbain et architectural abouti, structuré autour des espaces publics extérieurs, et intégrant des éléments bâtis.

 

En S9, deux phases intermédiaires de production sont organisées.Présentations orales, graphiques et écrites collectives des étapes intermédiaires.

 

 

 

 

 

ORGANISATION DE L'ENSEIGNEMENT

Modes pédagogiques : Encadrement du projet = TD

Les séances sont collectives : présence obligatoire

Rythme : une séance par semaine, le mercredi AM, de 9.30 à 13.30

Les projets seront individuels ou en équipe (de deux).

 

NOMBRE D'ETUDIANTS

Mini : 8

Maxi : +/- 20

Bibliographie

ELEMENTS DE BIBLIOGRAPHIE

- « L’espace public », Jürgen HABERMAS, Paris, Payot, éditions 1990, 2006

- « réenchanter le monde, la valeur esprit contre le populisme industriel », Bernard Stiegler/Ars industrialis, Flammarion, Paris, 2006

-« No limit », TVK, Pavillon de l’Arsenal, Paris 2008

- www.paris.fr/agricultureurbaine

- www.parti-poetique.org

- lepaysanurbain.fr

- www.halage.fr

- « Les espaces publics modernes » situations et propositions, V.PICON-LEFEBVRE, collection architextes, Le Moniteur, 1997

- « Anthropologie de l’espace », F.CHOAY, la couleur des idées, Seuil, 2006

- « L’espace public urbain : de l’objet au processus de construction », G.CAPRON, N.HASHARD-NOE, collection villes et territoires, Presses universitaires du Mirail, 2006

- « Le paysage urbain, représentation, significations, communication », Pascal.SANSON, collection Eidos, l’Harmattan, 2007

 

- « Espaces publics en ville », A.QUERRIEN, Les Annales de la recherche urbaine n°57-58

 

- « De l’Agora à l’espace public » , P.GRESSET, Réflexions sur l’espace public, Paris Projet

 

- TIERS-LIEUX, revue de l’OCIM, n°177, mai-juin 2018

Informations supplémentaires

SUPPORT DE COURS

 

SUPPORT DE COURS

 

En sus des exposés mentionnés dans les métodes de travail, sont effectuées diverses visites dont :

- visite des sites du projet

- visite d’aménagements urbains référents

 

Il conviendra d’aller regarder certaines formes d’aménagement de quartier autour de la question de l’agriculture urbaine et des structures de production nouvelles (recyclage, fab-lab, réemploi…) sans ignorer les activités culturelles connexes et dont la tradition dionysienne est forte.

Informations annexes

Cet enseignement vise à travailler sur la durée pour, sur la base de programmes complexes, traiter toutes les dimensions de l'architecture (fonctionnelles, réglementaires, constructives -structures / ambiances / acoustique -, matérialités et écriture formelle).

Le travail du projet sur la ville alternative représente une opportunité concrète pour les étudiants de se positionner de manière critique au regard de trois plans de questionnement : le premier sur l’urbanité, les qualités, les rôles et le sens de l’espace public, , le second ausculte la relation programme-projet, le troisième sur l’habiter/construire, sur l’architectonique.