Retour

  • S8-S2 PREPARATION A LA RECHERCHE

DE 3 : ''Rendre visible ''

Semestre 8

Responsable(s) : Sylvie Salles

Enseignant(s) : Guillaume Meigneux, André Avril

  • Année : 4
  • Semestre : 8
  • E.C.T.S : 7
  • Coefficient : 8,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

_Élaborer une réflexion critique et initier une démarche de recherche (problématique, méthodologie, restitution)

_S’appuyer sur l’expérience physique et sensible comme axe de lecture et d’analyse du lieu

_Amorcer la construction du mémoire de Master à partir d’une démarche de découverte et d’invention.

 

Une continuité, méthodologique et théorique, existe ente ce séminaire « Rendre visible » et les séminaires de S7 'Chemin faisant. Art et cultures de la marche' et 'Territoires sensibles'.https://enseignant.archi.fr/taiga/esn/pages/?id=4

Contenu

Le séminaire « Rendre visible » s’intéresse à la visualisation et la description des dimensions immatérielles des territoires, des écosystèmes et des paysages urbains et ruraux : perceptions, pratiques, rythmes, temporalités, ambiances, matières, imaginaires, artefacts, etc. Il s’agit de faire émerger un regard décalé sur des problématiques écologiques et urbaines, en s’appuyant sur des données d'enregistrement direct, sensibles et non objectivables.

Les méthodes mobilisées sollicitent des pratiques de création, des outils et des savoir-faire venant d’autres disciplines (paysagisme, écologie, video, son, cartographie, …) pour produire une connaissance située sur des enjeux contemporains de transformation des espaces et paysages.

 

Contenu et organisation

 

Le séminaire « Rendre visible » 2017-2018, en association avec le studio de projet de S8 (Re)Construire et avec les étudiants de l’Institut d’Urbanisme de Reims, se propose de collaborer à la co-construction de la Microville Inclusive 112 portée par la commune de Courcy (http://amenagementsvivants.fr/wp/main/evah). Nous nous concentrerons sur le territoire d’une base militaire désaffectée depuis 2011 au nord de Reims, à partir duquel nous questionnerons le thème directeur du séminaire : Faire récit : composer avec les ressources du lieu.

Il comprend une semaine de résidence à Reims du 12 au 16 mars 2018.

Chaque structure d’enseignement se saisira des questionnements de l’équipe de recherche du projet européen Smart Urban Green, dans le cadre du programme ERA-NET Urban Europe : Cofund Smart Urban Futures, qui fait l’hypothèse que les multiples visions, les controverses ou les incertitudes, qui accompagnent les transformations des paysages contemporains, stimulent l'émergence de pratiques alternatives mettant l’urbanisme au défi d'adopter des stratégies collaboratives et adaptatives.

Nous aborderons cette question à partir de l’échantillonnage et de l’inventaire car l’inventaire, par sa dimension systématique, est un outil de perception et de connaissance qui met en récits un territoire. L’objectif, à partir d’une mesure physique et sensible du territoire, est d’identifier les ressources et les énergies communes à mobiliser dans sa transformation.

 

Le séminaire s’organise en trois temps complémentaires.

1. La phase d’Immersion/Enregistrement commence avec un temps de résidence à la Microville 112 (Reims) du 12 au 16 mars 2018. Ce temps commun d’immersion initie la réflexion à partir de l’expérience in-situ du territoire, suivant des protocoles d’arpentage et d’inventaire que les étudiants mettront eux mêmes en place.

Cette résidence réunit des étudiants architectes et urbanistes de trois structures d’enseignements pour échantillonner le site, en apprécier les qualités et en prendre la mesure : mesure du lieu, mesure du corps dans l’espace, mesure des diversités visibles et cachées. Il s’agit de dresser un inventaire de ce qui constitue ce territoire —bâti (typologie, usage, état) ; plantes (identification, localisation, densité) ; sols (matériaux, état, étendue) ; sons (identification, localisation, impression) ; matériaux (matière, couleur, texture) ; limites (tour, contour détour), etc.— afin de mettre en récit ce territoire dans des échanges publics organisés autour de tables présentant les inventaires.

2. La phase de Restitution/Réarrangement des données captées et collectées in-situ prend la forme d’un Cabinet[carnet] de curiosités qui organisera ces données et les récits qu’elles convoquent, au regard de ce qui se sera dit durant la résidence, selon des questionnements relatifs aux ressources et à la transformation de ce territoire.

3. La phase d’Invention/Rédaction est une étape de construction théorique et expérimentale. Il s’agira d’élaborer une problématique, autour des thèmes du récit, du lieu et de ses ressources, qui sera située dans des questionnements plus vastes. L’étudiant restituera sa démarche, présentera sa problématique et en développera les horizons théoriques et pratiques, sous la forme d’un Cabinet[carnet] d’expériences mêlant écrits et visualisations.

Les séances comprendront : apports théoriques (concepts et démarches), appuis méthodologiques (boîte à outils et méthodes) et présentations de reherches ou des réflexions des étudiants (récits de recherches).

 

Enseignants et chercheurs de l’ENSAPVS :

_André Avril, .

_Guillaume Megnieux, architecte, docteur en architecture, vidéaste et réalisateur du documentaire Habitations Légèrement Modifiées. Champs d'intérêt : pratiques vidéographiques et ambiances urbaines.

Sandra Parvu, architecte, docteur en études urbaines, chercheur au LAA

_Sylvie Salles, architecte, docteur en études urbaines, HDR et chercheur à l’EVCAU. Champs d’intérêt : écologie sensible, inter-relations urbanisme, paysage et environnement ; projets urbains et espaces publics ; démarches de conception sensibles.

 

Intervenants extérieurs:

_Stephan Ink, artiste sonore, musicien, producteur et ingénieur du son : mixage de sons organiques (field recordings, sons électroniques, captations d’instruments, découvreur de tonalités) ; pratiques performatives et improvisation.

citysonic.be/festival2013/artists/stephan-ink/ ; transcultures.be/tag/stephan-ink/ ; soundcloud.com/ordinaire-2 ;

atributetosoulseekers.blogspot.fr/2014/03/semaine-0-9-low-roar-stephan-ink.html

Travaux

Les étapes de rendus comprennent :

1. Tablées de restitution des inventaire durant la Résidence ;

2. Cabinet[carnet] de curiorités : un texte + un dispositif d’organision des données de terrain

3. Cabinet[carnet] d’expériences : texte + visualisation + oral.

En mêlant écrits et dispositifs de visualisation, l’étudiant expose sa démarche, développe sa problématique de mémoire et explique la méthodologie à développer.

Bibliographie

APPLEVARD D., LYNCH K., MVER J., The View from the Road, Boston : MIT Press, 1964.

ARDENNE Paul, Un art contextuel : Création artistique en milieu urbain, en situation, d’intervention, 2002, Paris, Flammarion, 2011

AUGOYARD J-F, TORGUE H, À l’écoute de l'environnement. Répertoire des effets sonores, 1998. horslesmurs.fr/wp-content/uploads/2014/02/memento8_experimenter.pdf

AUGOYARD J.F., Pas à pas : essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain, Paris, Seuil, 1979. 


CHAPEL Enrico, L’œil raisonné. L'invention de l'urbanisme par la carte, Genève, MētisPresses, 2010.

CHELKOFF G, THIBAUD J-P, 'L'espace public, modes sensibles.' Les Annales de la Recherche Urbaine, Paris : PUCA, 1992, p.7-16.

CORAJOUD Michel, Le paysage, c’est là où la terre et le ciel se touchent, Arles, Actes Sud, 2010.

CORNER James, Taking Measures across the American Landscape, Yale University Press, 2000..

CUNNINGHAM Merce, HARRIS Melissa, Merce Cunningham, Milan, Edition Charta, 1999.

DAGONET François, Réflexions sur la mesure, Encre marine, 2000

DEBORD Guy, Guide psychographique de Paris, Dépliant, Copenhage : Permild et Rosengreen, 1957.

DUPERREX M, 'Pratiquer la ville, pour une technologie de la dérive.' Urbain, trop urbain. [En ligne], 20 juin 2011. owni.fr/2011/06/20/pratiquer-la-ville-pour-une-technologie-de-la-derive/

GUEDJ D., La mesure du monde. La Méridienne, Paris, Robert Laffont, 1997.

LATEK I., SIMOND C., VÉRY F., PAVIOL S., In situ - de visu - in motu : architecture, cinéma et arts technologiques = architecture, cinema and the technological arts, Gollion, 2014.

LATOUR Bruno, Paris, ville invisible, Paris, les empêcheurs de penser en rond, 1999. www.annalesdelarechercheurbaine.fr/IMG/pdf/Latour.Hermant_ARU_85.pdf

LAURIAULT T.P., 'GPS Tracing. Personnal Cartographies. Conversation with Jeremy Wood.' The Cartographic Journal, vol.46, n°4 : Art and Cartography Special Issue, p.360-365, nov. 2009. www.gpsdrawing.com/press/caj71-JeremyWood.pdf

MARAVITTI Nicolas, Visualiser-l'invisible. Pourquoi et comment visualiser les phénomènes invisibles ?, 2003. probablement.net/invisible/pdf/visualiser_l'invisible_ebook_1.1_doubles.pdf

NOLD C., JENSEN O.B., HARDER H., 'Mapping the City. Reflections on urban mapping methodologies from GPS to Community Dialogue.' City, n°25, pp.1–21, 2008.

PONGE Francis, Le Parti pris des choses, Paris, Gallimard, 2008.

Revue Carnets du paysage, n°2 : cartographies, Arles/Versaille, Actes sud / ENSP, 2010.

Revue en ligne Strabic, strabic.fr - Dossier « à la mesure du corps » strabic.fr/A-la-mesure-du-corps ; Dossier « subjectivité cartographiée » strabic.fr/subjectivite-cartographiee

VAN ESSCHE Eric (dir.), Les formes contemporaines de l’art engagé: de l’art contextuel aux nouvelles pratiques documentaires, Bruxelles, La Lettre Volée, 2007.

Informations supplémentaires

Les séances comprendront des apports théoriques (concepts et démarches), des appuis méthodologiques (boîte à outils et méthodes) et des présentations de reherches ou de l’avancement des réflexions des étudiant (récits de recherches).

Informations annexes

Ce séminaire développe des problématiques de mémoire visant à rendre visible les dimensions sensibles, invisibles ou immatérielles des territoires (histoire, traces, paysage, acteurs, ambiances, etc.), en mobilisant des outils d'analyse, de représentation et de restitution qui s'appuient sur des dispositifs de visualisation.