Retour

  • S8-P2 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 6 : ''Ginzburg'' Transformer le patrimoine moderne - H. Dubois et C. Blanchet

Semestre 8

Responsable(s) : Hervé Dubois, Clément Blanchet

  • Année : 4
  • Semestre : 8
  • E.C.T.S : 13
  • Coefficient : 5,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

FAVORISER LA RECHERCHE THEORIQUE PAR LE PROJET

Le studio est mené en parallèle avec les écoles d’architecture de Venise, Séville et Marseille, qui proposent chacune de travailler sur un site marqué par la présence d’un bâtiment remarquable du XX° siècle dont l’adaptation à de nouvelles conditions d’usage est requise.

Il s’agira d’interroger par le projet les conditions architecturales et urbaines du site choisi en considérant les qualités des éléments contextuels comme supports au développement d’une recherche architecturale exploratoire plutôt qu’édictant des règles compositives fermées.

En ce sens, il s’agira de reprendre contact avec les motivations sociales et plastiques ayant permis la production des architectures choisies pour, de là, ouvrir la porte à toutes formes de polyphonies raisonnées dans le cadre du parcours pédagogique de l'étudiant.

Les échanges entre écoles seront effectués par l’intermédiaire de vidéo-conférences et de voyages sur site par groupes de projet. Les critiques seront menées collectivement, visant un questionnement croisé entre propositions.

Contenu

Notre école propose le site de la tour construite par Edouard Albert au début des années soixante. ( Les trois autres écoles feront connaître leur site à court terme). Cette construction fut le premier bâtiment de logements de grande hauteur réalisé à Paris.

Son site, entre la rue Croulebarbe et la secteur de la place d’Italie, présente une importante différence d’altimétrie qui conditionne le traitement d’un registre bas de la tour, séparé le sa partie supérieure par un niveau ouvert.

La connexion avec la place d’Italie n’a cependant jamais été réalisée en raison de la non-libération d’un terrain voisin détenu par la RATP.

Nous interrogerons ce lieu dans ses dimensions historiques et politiques en traitant en particulier de l’intervention sur le patrimoine moderne.

Nous adopterons le point de vue exposé par Jordi Garcès qui, lors d’une récente conférence dans notre école, affirmait qu'un projet de reconversion d’un bâtiment patrimonial ne différait en rien de tout autre projet architectural car dans les deux cas l’objet est toujours d’établir une relation pertinente entre projet et contexte.

Le traitement de la situation urbaine inachevée jouxtant la tour Albert constituera donc notre cas d’étude.

 

Nous basons notre propos pédagogique sur le fait que l’environnement bâti est en état de dialogue constant avec son contexte politique. L’urbain est un palimpseste, les formes et choix nous précédant sont silencieusement superposés sous la surface extatique du présent vibrante de technologies et de populations chatoyantes.

Aujourd’hui l’objectif et la dimension politique de ces formes antérieures peuvent et doivent être réinterrogés pour les adapter aux intérêts et nécessités présentes.

Paris est une ville qui fait face à un afflux important de populations réfugiées, en particulier depuis le démantèlement de la jungle de Calais.

Selon certaines sources, une centaine de nouveaux migrants y arriveraient chaque jour. Jusqu’à présent, la ville n’a pas été en mesure de trouver de stratégie globale pour accueillir cette population et de nombreux campements temporaires sont apparus dans l’espace public.

Quelle réponse l’architecture peut-elle apporter à ces conditions politiques interrogeant directement l’environnement construit ? Des stratégies de densification sont elles en mesure de résoudre ou atténuer cette pression ? Comment l’architecture peut-elle contribuer à favoriser l’autonomie d’individus d’origines diverses partageant un intérêt commun.

 

Méthode :

Nous traiterons ce programme en visant de la part des étudiants une prise de position par l’architecture, nous chercherons dans ce sens à dépasser les méthodes usuelles de réflexion pour tenter d’interpréter en espaces les questions nouvelles et complexes auxquelles nous sommes aujourd’hui confrontés. Comment ces phénomènes transforment-ils l’architecture et comment celle-ci en retour peut-elle transformer le monde ?

Vous pourrez vous appuyer pour cela sur votre expérience brute comme sur les recherches menées par d’autres champs de recherche scientifique et artistique.

 

Objectifs :

-Définir une stratégie d’échelle métropolitaine pour le développement à long terme de la tour Albert ou de l’un des sites proposés par les écoles de Venise, Séville et Marseille.

-Développer la capacité des étudiants à traiter des situations complexes, mener une recherche, identifier des sites, définir des programmes et proposer des interventions au regard du contexte étudié.

- Créer à travers le dialogue sur les sites étudiés par les différentes écoles un dialogue productifs entre étudiants de cultures et formations diverses.

- Adapter et proposer des modes de représentation capables de proposer de nouvelles perceptions architecturales et urbaines.

- Ancrer le processus de conception dans un dialogue intime entre urbanisme, ingénierie, infrastructures, politique et architecture.

- Engager le politique dans l’architecture et l’architecture dans le politique.

Travaux

Il s'agira d'encourager les logiques collectives autour de l'enseignement, mais aussi d'explorer la confrontation de cultures et de logiques architecturales..

Les documents graphiques, maquettes et textes seront élaborés dans l'idée d'une présentation finale du processus de projet afin de mettre en évidence et en débat les choix effectués.

L'architecture n'illustre pas une pensée, elle la fabrique.

Bibliographie

R.Koolhaas, R.Moneo, J.Lucan…Auteurs principalement choisis pour leurs apports théoriques

Informations supplémentaires

Textes, Articles, Maquettes, visites expositions thématiques, visite de quartiers caractéristiques