Retour

  • S8-P2 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 4 : Contours - A. Durrmeyer, J. Broussart et D. Wurtz

Semestre 8

Responsable(s) : Adrien Durrmeyer

Enseignant(s) : Dominique Wurtz, Julien Broussart

  • Année : 4
  • Semestre : 8
  • E.C.T.S : 13
  • Coefficient : 5,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Cette pédagogie invite les étudiants à un travail collaboratif.

 

Une collaboration n’a pas pour objectif l’aboutissement nécessaire à un compromis. Elle est avant tout une démarche de conception, un protocole de recherche et d’expérimentation par la négociation.
 Le système collaboratif est moins tourné vers la nécessité d’un résultat que vers l’apparition d’une objectivité projectuelle intrinsèque. 


 

La confrontation est un acte par lequel conception et réalisation émergent simultanément. 
La tentative de collision architecturale au travers des différentes propositions issues des divers intervenants permet in fine de révéler les qualités propres à chaque projet.

 

Les protocoles de collaboration mis en place influent sur les études architecturales en cours et à venir. Cette méthodologie évolutive
 de travail participe à la construction d’une recherche personnelle. Elle produit, analyse et développe une série de thématique particulière, constitue un corpus intime par la collection d’expériences partagées.

 

Ce processus empirique compose un paysage de possibilités spatiales. Il soutient l’opportunité d’une projection architecturale par les potentiels et les usages.

Contenu

ESPACE DE TRAVAIL ET ÉMANCIPATION

 

Dans 'La condition de l’homme moderne', Arendt note que les relations au sein du foyer ne sont ni politiques, ni régulées par des normes ou des lois : elles sont d’ordre marital, despotique ou parental, c’est à dire immuables. Cette réflexion déplace par conséquent l’espace d’une potentielle émancipation hors du foyer et de son image de refuge bienveillant.

Cet enseignement propose d’étudier l’espace de travail, dans ses qualités spatiales issues du typical plan, comme hypothétique espace de cette émancipation.

Les étudiants auront à questionner les liens envisageables entre l’espace politique de la ville et l’espace de travail. À travers une série de projets collectifs, ils exploreront les usages potentiels développés par les diverses typologies de 'bureaux' au sens large.

 

Cet enseignement propose de questionner le rapport entre forme et fonction à travers deux sujets :

 

- Un exercice de recherche typologique sur les espaces de travail

- Un exercice collectif à Clichy / Montfermeil étudiant la possibilité d'une coexistence de projets sur un même territoire

 

Le premier aborde une possible émergence de la forme par un système organisationnel, économique et constructif.

Le second explore les potentiels spatiaux d’un déjà-là et son éventuelle influence sur un programme défini.

 

 

Histoire et théorie

L'enseignement proposé est fondé sur une croyance profonde 
en la relation d’un projet avec l’Histoire. L’exploration des architectures et théories passées est un fondement nécessaire à l’élaboration d’une démarche ancrée dans une volonté d’évolution et de nécessaire remise en question. Il s’agit d’ouvrir le champ des références étudiantes au-delà de l’architecture contemporaine par l’établissement d’une collection évolutive consultable d’images, de textes et de projets.

 

Normalisation

La standardisation des rendus étudiants constitue la part la plus visible de cet enseignement. Elle développe l’apprentissage d’un code graphique, établit des références historiques à travers le mode de représentation (axonométrie, dessin ombré en noir et blanc, collage...). Par-delà une apparente uniformité, l’absence de liberté dans le rendu dévoile de façon lisible la singularité des projets. Elle permet d’établir d’évidentes connexions entre les travaux et de croiser les discussions lors d’affichages communs.

 

Participation

L’établissement de ce protocole développe la participation active des étudiants dans les corrections de groupe. Leurs interventions s’organisent et s’affirment à mesure qu’ils corrigent les projets d’autres étudiants, et que leurs projets sont corrigés par leurs camarades. Par la critique et le débat, l’étudiant devient un participant à part entière de l’atelier.

Bibliographie

AURELI (Pier Vittorio), The Possibility of an Absolute Architecture. MIT Press, Cambridge, 2011.

 

AURELI (Pier Vittorio), The City as a Project. Ruby Press, Berlin, 2013.

 

BRANZI (Andrea), Domestic Animals: the Neoprimitive Style. Thames and Hudson, Londres, 1987.

 

DEPLAZES (Andrea), Construire l’architecture, du matériau brut à l’édifice. Birkhaüser, Berlin, 2008.

 

GARCIA (Tristan), Forme et objet - Un traité des choses. PUF, Paris, 2011.

 

IMPRIMERIE NATIONALE, Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale. Imprimerie nationale, Paris, 2002.

 

KUO (Jeannette), A Typical Plan - Projects and Essays on Identity, Flexibility and Atmosphere in the Office Building. Park Books, Zürich, 2015.

 

LUCAN (Jacques), Composition, non-composition : Architecture et théories, XIXe et XXe siècles. PPUR, Lausanne, 2009.

 

LUCAN (Jacques), Précisions sur un état présent de l'architecture. PPUR, Lausanne, 2015.

 

MARI (Enzo), Autoprogettazione ? Corraini, Mantoue, 2014.

 

MIGAYROU (Frédéric), « Extensions de la grille », Les Cahiers du Mnam, n°82, hiver 2002/2003, p. 4-23.

 

VARIOUS AUTHORS, Real Estates : Life without debt. Bedford Press, Londres, 2014.

 

VARIOUS AUTHORS, Architecture without content 1-5. Bedford Press, Londres, 2015.