Retour

  • S7-S1 PREPARATION A LA RECHERCHE

DE 5 : Paris Métropole

Semestre 7

Responsable(s) : Philippe Simon, Lea Mosconi, Marie-Hélène Badia

Enseignant(s) : Caroline Rozenholc

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • E.C.T.S : 7
  • Coefficient : 8,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Paris/Grand Paris

Séminaire expérimental S7

DE Territoires

Coordination : X

Intervenants : Marie Hélène Badia, Xavier Malverti, Etienne Lénack, Richard Scoffier, Philippe Simon, Bruno Tonfoni, Antoine Viger-Kolher etc.

Contenu

Ce séminaire est porté de manière transversale par le domaine d’étude « Territoires », un grand nombre des enseignants du DE y interviendront. Les thématiques et interrogations développées ici recoupent de nombreux sujets de réflexion des groupes de projets et des séminaires de recherche.

 

« Paris-Grand Paris » a l’ambition de faire un état des lieux sur le Grand Paris pour l’anniversaire de ses 10 ans. L’annonce de la consultation a été faite par le Président Sarkozy lors de l’inauguration de la Cité de l’Architecture le 17 septembre 2007 et les études se sont déroulées en 2008. Cette année est donc un anniversaire.

 

10 ans après qu’en reste-t-il ? Quelles en ont été les conséquences physiques, environnementales, sociales ou symboliques ? Peut-on seulement réduire toutes ces réflexions et études au grand métro qui va entourer Paris, avec son chapelet de gares dessinées par de « grands » architectes ? En quoi l’imaginaire développé par les équipes d’architectes, au-delà des logiques administratives dominantes, a-t-il encore une chance d’aider à améliorer les modes de vie des habitants de cette métropole ? Comment tout ce processus impactera-t-il (positivement ou négativement ?) la vie quotidienne de millions de Franciliens ?

 

Ce séminaire propose d’analyser cette histoire récente pour mieux en percevoir l’actualité et le devenir :

 

° Une histoire des agrandissements de la capitale et des grands Paris inaboutis ou rêvés sera proposée, ainsi qu’une synthèse des propositions des équipes d’architectes consultées en 2007 et 2012, sous forme, d’une part de témoignages de certains de ceux qui ont participé à ces consultations, et d’autre part de critiques, issues de postures interrogatives sur le processus de la consultation et sur ses résultats.

 

° Seront interrogées également les logiques politiques et économiques mises en œuvre, entre les positions de l’Etat, de la Région, des Départements et des communes grandes ou petites, mais aussi des majors du bâtiment et de la promotion immobilière. De plus, au fur et à mesure que le processus s’est développé et concrétisé, les pensées et les pratiques vont évoluer, parfois loin des positions initiales. Quelles conséquences ses décisions politiques (ou leur absence) ont-elles eu sur le territoire ? En quoi les architectes ont-ils influencés (ou pas) ces processus politiques ?

 

° Il est également évident que la question du récit, inhérent à tout bouleversement territorial, soit centrale. Comment cet objet mal identifié en tant que territoire et en tant que projet est-il perçu par les habitants et les personnes de passage ? Arrive-t-il à faire l’objet d’une interprétation ou d’un transfert dans d’autres champs culturels ou sociaux ?

 

Ces questionnements croiseront en permanence le territoire – Paris et ses banlieues – et ses réalités physiques concrètes, pour comprendre la place des architectes dans le lent processus d’élaboration d’une métropole.

Travaux

Les étudiants mènent une enquête sur les représentations du grand Paris. Ces représentations, il s’agit d’une part d’en comprendre la généalogie : par une compréhension historique qui fait intervenir l’histoire longue et l’histoire récente, mais aussi par une compréhension des stratégies d’acteurs qui participent ou qui ont participé à la construction de Paris Métropole. Par ailleurs, il s’agit aussi de comprendre les représentations politiques que porte le projet territorial, urbain, économique, écologique et social du grand Paris. Enfin, il s’agit de saisir les représentations symboliques que construit la métropole parisienne. Les étudiants travaillent par groupe de deux ou de trois : le séminaire compte ainsi cinq groupes qui travailleront ensembles tout au long du semestre. Nous proposons aux étudiants d’aborder, dans des temporalités différentes, ces trois types de représentations au travers d'un travail sur une frise. Cette frise articulera une diversité de documents qui mobiliseront, dans une chronologie choisie, des données quantitatives, des faits précis, des éléments porteurs d’un récit. La chronologie et l’angle problématisé que devront porter les étudiants, permettront de tenir dans la frise des éléments de différents natures issus de différents champs (architectural, urbain, écologique, politique, sociologique, économique et autres).

 

Chaque binôme ou trinôme d’étudiants devra, à l’issu du premier cours, s’engager sur une problématique et en faire une généalogie par le biais d’une frise. Les étudiants seront évalués sur leurs capacités à construire des connaissances nouvelles sur la question qu’ils abordent, grâce à un travail d’enquête et de terrain. Il s’agira ainsi de définir les outils qu’ils mobiliseront pour construire la frise. Ils seront aussi évalués sur leurs capacités à articuler ces connaissances construites à une chronologie du grand Paris. Enfin, ils seront évalués sur leurs capacités à représenter dans des documents pertinents les savoirs produits. La frise devra rendre compte d'une histoire du grand Paris par le biais de fait précis et documenté, elle devra aussi porter les récits que porte la métropole parisienne. Ce travail se déroule tous le long du semestre.

 

Par ailleurs, toutes les deux semaines, nous invitons deux intervenants à dialoguer autour d’une question en relation avec le grand Paris. Ces interventions sont à la fin du séminaire, de 18h à 19h30, elles se dérouleront idéalement en amphi et seront publiques. Nous intitulons ces rencontres, les dialogues du grand Paris. Chaque dialogue est préparé par un binôme ou un trinôme d’étudiants. Une semaine avant le dialogue les étudiants doivent avoir préparé un dossier de préparation du dialogue contenant un titre problématisé de la rencontre, trois à quatre axes de discussions, une série d’une dizaine de questions, et des notes sur les travaux des deux intervenants. Le binôme ou trinôme doit s’assurer que le dialogue soit filmé et devra rendre à la fin du semestre une retranscription du dialogue avec un texte d’introduction.

Informations supplémentaires

Le séminaire articule plusieurs moments qui permettent aux étudiants de construire leurs outils pour aborder la métropole parisienne. Chaque séance tente d’articuler :

 

- Des interventions : celles-ci peuvent être dispensées sous la forme de cours ou elles peuvent être l’occasion d’inviter à se présenter des acteurs clés de l’histoire de la consultation du grand Paris. Les interventions se déroulent dans la classe et sont à destination des étudiants du séminaire.

 

- La transmission d’outils méthodologiques de recherche mais aussi de protocole d’exploration pour accompagner les étudiants dans la production d’une recherche singulière sur la métropole parisienne.

 

- Un travail de restitution des connaissances que les étudiants auront construites chaque semaine, ce qui pose à la fois la question de la valorisation de la recherche mais aussi de sa diffusion et médiation.

 

- Des dialogues entre deux invités toutes les deux semaines. Ces dialogues seront modérés par un enseignant du domaine d’études Territoires et le débat qui s’ensuit sera préparé par un groupe d’étudiants du séminaire. Les dialogues se dérouleront (nous l’espérons) en amphithéâtre et seront publics. Une publication avec la retranscription des cinq dialogues sera produite à la fin du semestre.