Retour

  • S7-P2 Projet 2 architectural et urbain

DE 5 : Situations métropolitaines - sols, infrastructures et tissus urbains G1 - A. Viger-Kohler, M.H. Badia et L. Vion

Semestre 7

Responsable(s) : Antoine Viger-Kohler, Ludovic Vion

Enseignant(s) : Marie-Hélène Badia

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • Coefficient : 6,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

L’offre pédagogique de cet enseignement de projet pour le premier semestre du cycle de Master porte sur une initiation au projet urbain. 

 

Le cadre du sujet proposé aux étudiants concerne le territoire de la métropole parisienne ; un territoire possédant simultanément de forts dysfonctionnements et de larges potentiels ; un territoire inscrit dans un système complexe fait d’interdépendances, de contradictions et de paradoxes. 

 

Le développement d’une telle démarche requiert l’apprentissage d’un certain nombre de procédés que l’enseignement déclinera et explicitera :

 

- La compréhension de l’existant et de ses dynamiques comme préalable pour imaginer l’avenir ;

- La proposition d’une approche stratégique inscrite dans le temps ;

- Le développement d’une démarche créatrice à partir d’un environnement contraint et soumis à des nuisances multiples ;

- L’articulation entre programme, usages, forme urbaine, fabrication d’un tissu et ses déclinaisons typologiques ;

- La définition de ce qui constitue l’architecture du sol : les espaces libres, l’espace public, l’organisation des rez-de-chaussée, etc. ;

- L’apprentissage des modes de représentations liés à la conceptualisation et la formalisation du projet urbain et ce, à différentes échelles.

 

L’enseignement du projet prendra la forme « d’un grand atelier » et sera mené conjointement avec l'atelier de projet dirigé par Etienne Lenack et Mathieu-Hô Simonpoli (DE Territoires) et celui de Jean-Marc Bichat (DE Territoires).

Contenu

Ce semestre, l’atelier se penchera sur la première et deuxième couronne du territoire nord-parisien ; un territoire animé par de multiples dynamiques de développement depuis la porte de la Chapelle jusqu’à l’aéroport de Roissy ; un territoire où les effets de la métropolisation sont sans doute les plus visibles (intensité du développement économique et résidentiel, accueil de nouvelles gares du grand Paris, transformation à venir des autoroutes, héritages des JO 2024, etc.). C’est aussi un territoire fragile, marqué par de fortes inégalités (territoriales, sociales) et de fortes contraintes (enclavement, bruit, pollution, etc).

 

Porter notre attention sur la transformation de ce territoire, c’est regarder les lieux de la métropole qui concentrent à la fois le plus fort potentiel de mutation mais aussi les plus lourds dysfonctionnements. Ce sont donc les lieux où se situe le plus fort levier de l’action.

 

Au sein de ce vaste territoire, les sites de projet auront pour point commun de faire se rencontrer de multiples échelles et de nourrir des ambitions parfois contradictoires. Faire du projet supposera de déployer une pensée nécessairement complexe.

 

L’enseignement s’appuiera sur plusieurs thématiques exploratoires :

 

- L’expérience de l’existant comme préalable à tout acte de transformation avec l’identification de ses multiples formes de ressources (matérielles et immatérielles).

 

- La nécessité d’une démarche responsable et consciente du futur climatique dans lequel nous sommes désormais engagés avec ses conséquences potentiellement désastreuses pour le développement humain. 

 

- La constitution de l’espace public comme réponse première aux défis qui conditionnent le futur de la métropole (construction de la vie en commun et de la civilité, continuité et cohésion des territoires, accueil et disponibilité pour des usages en constante mutation).

 

- La transformation des infrastructures de la métropole. Ces grands « équipements » forment en quelque sorte l’épaisseur du socle métropolitain et leur métamorphose ouvre la perspective de nouveaux modèles de développement humain.

 

- La prise en compte du temps avec la définition simultanée d’un projet et d’une démarche capables d’intégrer les incertitudes, et, in fine, d’atteindre les objectifs qui ont été fixés au départ.

 

 

 

Déroulé

 

Le semestre est structuré en 3 grandes étapes faisant chacune l’objet d’une restitution lors d’un jury commun regroupant les 5 enseignants précités.

 

 

Première étape (4 semaines) : Compréhension et stratégies


 

Cette étape s’appuie sur l’analyse et la compréhension de l’existant. Elle vise à faire émerger les spécificités et les caractéristiques fondamentales du territoire d’étude.


 

- Arpentage du territoire ;

- Mission photographique

- Analyse et compréhension ;

- Identification et formalisation des enjeux.

 

Représentations privilégiées : cartographie, photographie, généalogie, corpus de références.



 

Jury intermédiaire 1



 

Deuxième étape (8 semaines) : Formalisation 


 

- Définition des invariants, élaboration du programme ;


- Mise en œuvre du plan guide  ;


- Déclinaisons morphologiques et typologiques.


 

Représentations privilégiées : cartographie, axonométrie, plan guide, plan et coupe, maquette.



 

Jury intermédiaire 2

 

Troisième étape (4 semaines) : Finalisation et rendu.


 

- Approfondissements ;


- Représentations.

Travaux

Les étudiants sont amenés à privilégier différents modes de représentation et de restitution :

- la cartographie territoriale et urbaine ;

- la photographie ;

- l’axonométrie ;

- le plan guide décomposé (éch. 1/2000°) ;

- le plan et la coupe (éch. 1/500°) ;

- les documents rédactionnels ;

- les maquettes (échelles multiples).

Bibliographie

Les références bibliographiques sont identifiées et transmises pendant le semestre en lien avec la démarche personnelle élaborée par l’étudiant.