Retour

  • S7-P1 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 5 : Situations métropolitaines - sols, infrastructures et tissus urbains G2 - Etienne Lénack

Semestre 7

Responsable(s) : Etienne Lenack

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • E.C.T.S : 14
  • Coefficient : 6,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

SITUATIONS MÉTROPOLITAINES

LE SOL

 

L’offre pédagogique de cet enseignement de projet pour le premier semestre du cycle de Master porte sur une initiation au projet urbain.

 

Le cadre du sujet proposé aux étudiants concerne le territoire de la métropole parisienne ; un territoire possédant simultanément de forts dysfonctionnements et de larges potentiels ; un territoire inscrit dans un système complexe fait d’interdépendances, de contradictions et de paradoxes.

 

Le développement d’une telle démarche requiert l’apprentissage d’un certain nombre de procédés que l’enseignement déclinera et explicitera :

 

- La compréhension de l’existant comme préalable pour imaginer l’avenir ;

- La proposition d’une approche stratégique inscrite dans le temps ;

- Le développement d’une démarche créatrice à partir d’un environnement contraint et soumis à des nuisances multiples ;

- L’articulation entre programme, forme urbaine, fabrication d’un tissu et ses déclinaisons typologiques ;

- La définition de ce qui constitue l’architecture du sol : les espaces libres, l’espace public, l’organisation des rez-de-chaussée, etc. ;

- L’apprentissage des modes de représentations liés à la conceptualisation et la formalisation du projet urbain.

 

L’enseignement du projet est mené conjointement avec l'atelier de projet dirigé par Antoine Viger-Kohler et Ludovic Vion (DE Territoires) et celui de Jean-Marc Bichat (DE Territoires).

Contenu

Ce semestre, l’atelier se penchera sur la première et deuxième couronne du territoire nord-parisien ; un territoire animé par de multiples dynamiques de développement depuis la porte de la Chapelle jusqu’à l’aéroport de Roissy ; un territoire où les effets de la métropolisation sont sans doute les plus visibles (intensité du développement économique et résidentiel, accueil de nouvelles gares du grand Paris, transformation à venir des autoroutes, héritages des JO 2024, etc.). C’est aussi un territoire fragile, marqué par de fortes inégalités (territoriales, sociales) et de fortes contraintes (enclavement, bruit, pollution, etc).

Les infrastructures, l’intégration des fonctions productrices, la gestion des risques, la production de la ville interrogent régulièrement la question des sols que ce soit du point de vue de leurs conditions de de gestion ou leurs conditions d’édification. Quand on parle de sol on s’intéresse évidemment à la question de la surface mais aussi à la question de son épaisseur, en profondeur ou en élévation. Dans le contexte de la métropole, les sols apparaissent comme des infrastructures, construits parfois sans perspective de projet. Aussi nous proposons de nous interroger sur les conditions de transformation des sols pour créer les conditions d’une fertilité future pour la ville et les paysages.

La pédagogie propose donc d’expérimenter la transformation territoriale sous l’angle de la manipulation du sol : géologie, terrassement, fondation, aménagement urbain, artificialisation, pollution, valorisation, fertilité etc.

 

Le semestre est consacré à des hypothèses d’interventions sur un territoire fortement marqué par des infrastructures de toutes sortes (autoroutes, voies ferrées, canal etc.) et par une géographie variée (méandre de la Seine, Plaine Saint-Denis, forêts, espaces agricoles etc.). Suite à un travail d’analyse thématique porté conjointement par les trois groupes sous la forme d’un « grand atelier », les étudiants développeront des hypothèses de mutations urbaines qui résonneront fortement avec les différentes conditions du sol : offert, à regagner ou à créer sur ce site complexe.

 

La pédagogie approfondira différentes notions :

 

- L’identification des enjeux propres à chaque échelle qui s’articulent entre eux mais n’entretiennent pas nécessairement une relation de causalité

- La pensée conjointe du site et du programme qui permet de faire émerger des situations inédites

- La convergence entre infrastructure, programmation, formes urbaines, typologies bâties et paysage

- Les enjeux écologiques parfois contradictoires que posent les notions de ressources et de construction

- Le caractère progressif et les incertitudes que posent la question du temps

 

La résolution de ces relations complexes est au cœur de la discipline de projet et son argumentation.

Le prisme de la manipulation du sol, sans exclure toute la complexité du fait métropolitain, propose une manière de prendre position dans l’épaisseur géographique et historique de ce territoire.

 

DÉROULÉ

 

Le semestre est structuré en 3 grandes étapes faisant chacune l’objet d’une restitution lors d’un jury commun regroupant les 5 enseignants précités.

 

Première étape (4 semaines) : Compréhension et stratégies

Cette étape s’appuie sur l’analyse et la compréhension de l’existant. Elle vise à faire émerger les spécificités et les caractéristiques fondamentales du territoire d’étude. Il suppose l’arpentage du territoire et un travail d’analyse qui doit renforcer les acquisitions du S5

- Savoir analyser l’histoire et les étapes de formation d’un territoire

- Savoir identifier, représenter et analyser aux différentes échelles les éléments constitutifs fondamentaux de la ville en tant que formes, constructions, structure et systèmes :

- Savoir analyser les perspectives d’évolution d’un contexte urbain à partir d’une lecture critique des processus de transformation et des dynamiques territoriales à l’œuvre, des données, des potentialités ou dysfonctionnements et des logiques d’acteurs. Avec comme conclusion l’identification et la formalisation des enjeux.

Représentations privilégiées : cartographie, photographie, généalogie, corpus de références.

 

Jury intermédiaire 1

 

Deuxième étape (8 semaines) : Formalisation

 

- Définition des invariants, élaboration du programme ;

- Mise en œuvre du plan guide ;

- Déclinaisons morphologiques et typologiques.

 

Représentations privilégiées : cartographie, axonométrie, plan guide, plan et coupe, maquette.

 

Jury intermédiaire 2

 

Troisième étape (4 semaines) : Finalisation et rendu.

- Approfondissements ;

- Représentations.

 

Jury final

Travaux

Les étudiants sont amenés à privilégier différents modes de représentation et de restitution :

- la cartographie territoriale et urbaine ;

- la photographie ;

- l’axonométrie ;

- le plan guide (éch. 1/2000°) ;

- le plan et la coupe (éch. 1/500°) ;

- les documents rédactionnels ;

- les maquettes (échelles multiples).

Bibliographie

Les références bibliographiques sont identifiées et transmises pendant le semestre en lien avec la démarche personnelle élaborée par l’étudiant.