Retour

  • S7-P1 PROJET ARCHITECTURAL ET URBAIN

DE 4 : Nouvelles formes urbaines - A Durrmeyer et D. Wurtz

Semestre 7

Responsable(s) : Adrien Durrmeyer

Enseignant(s) : Dominique Wurtz, Julien Broussart

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • E.C.T.S : 14
  • Coefficient : 6,00
  • Compensable : non
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : non
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Cette pédagogie invite les étudiants à un travail collaboratif.

 

Une collaboration n’a pas pour objectif l’aboutissement nécessaire à un compromis. Elle est avant tout une démarche de conception, un protocole de recherche et d’expérimentation par la négociation.
 Le système collaboratif est moins tourné vers la nécessité d’un résultat que vers l’apparition d’une objectivité projectuelle intrinsèque. 


 

La confrontation est un acte par lequel conception et réalisation émergent simultanément. 
La tentative de collision architecturale au travers des différentes propositions issues des divers intervenants permet in fine de révéler les qualités propres à chaque projet.

 

Les protocoles de collaboration mis en place influent sur les études architecturales en cours et à venir. Cette méthodologie évolutive
 de travail participe à la construction d’une recherche personnelle. Elle produit, analyse et développe une série de thématique particulière, constitue un corpus intime par la collection d’expériences partagées.

 

Ce processus empirique compose un paysage de possibilités spatiales. Il soutient l’opportunité d’une projection architecturale par les potentiels et les usages.

Contenu

CONSTRUIRE

 

On considère généralement les termes « bâtir » et « construire » comme synonymes. Dans le cadre de la pratique architecturale, l’analyse de leur étymologie commune fait cependant apparaître une précision importante : « construire » est formé de la racine « struere » (bâtir) et du préfixe « con- » ; « construere » signifie donc « bâtir avec ». L’acte de construction situe ainsi l’intervention de l’architecte non dans la simple réalisation de l’objet bâti, mais dans une réflexion élargie sur les éléments constitutifs de cet objet. En d’autres termes, le fondement d’une production architecturale réside moins dans le questionnement de « quoi bâtir ?» que dans celui de « AVEC quoi bâtir ? ».

 

Cette approche spécifique ne se limite pas à l’échelle architecturale. Nous proposons d’aborder la production urbaine en interrogeant le célèbre paradigme d’Alberti : « La ville est une grande maison, la maison est une petite ville ». Au regard de la réflexion présentée plus haut, celle-ci nous conduit à élargir notre questionnement : Avec quoi bâtir la ville ?

Il s’agira, dans ce cas, d’opérer une tentative de construction de l’élément à l’ensemble. C’est à dire, non pas de bâtir l’architecture par la ville (selon une logique de masterplan), mais de bâtir la ville avec l’architecture.

 

Cette interprétation ouvre un vaste champ de termes à partir desquels élaborer une réflexion projectuelle. De manière non exhaustive, on pourrait notamment citer :

 

- La matière (les caractéristiques physiques et structurelles propres à chaque matériau). Bâtir avec la brique n’est pas bâtir avec le bois. Les constructions filigranes (métal, bois) et massives (béton, pierre) développent des enjeux statiques distincts. Il s’agit d’appréhender les rapports entre les qualités intrinsèques d’un matériau et les conséquences formelles de sa mise en œuvre.

 

- Le contexte (les qualités spatiales et géographiques propres au territoire). Bâtir avec une pente n’est pas bâtir avec un plan horizontal. Une façade exposée au Sud n’est pas traitée comme une façade orientée à l’Est. Les éléments topologiques, géographiques, bâtis ou paysagers alentours déjà existants constituent un ensemble de donnés dont il faudra questionner l’influence dans la production spatiale.

 

- La typologie (les usages spécifiques déterminés par une structure organisationnelle). Un plan libre ne construit pas le même espace qu’un système de grande portée. Des typologies de pièces commandées et de pièces autonomes génèrent des usages radicalement différents. L’objectif visé est de concevoir le lien entre la composition d’un système et ses potentialités d’occupations.

 

 

Il appartiendra aux étudiants d’approfondir, d’associer, d’opposer ou de développer de nouvelles pistes de réflexions pour faire émerger leurs projets. Cet enseignement considère la singularité propre à chaque proposition argumentée de la part des étudiants comme le fondement à la construction du projet architectural.

 

 

ENSEIGNEMENT

 

L’enseignement développé ce semestre proposera aux étudiants de manipuler les potentialités projectuelles des catégories précitées (matière, contexte, typologie), ou de tout(es) autre(s) catégorie(s) de leur choix, à travers la production distincte de deux programmes sur des sites parisiens : un immeuble d’habitation de 6 logements et un équipement de quartier.

Le choix de projets aux surfaces réduites orientera la production architecturale vers une attention particulière aux détails et la réalisation d’éléments de rendu (maquettes, plans, coupes) à grande échelle (minimum 1/50e).

 

Ces deux exercices seront accompagnés de la constitution, tout au long du semestre, d’un corpus commun de références textuelles et graphiques explorant l’évolution historique de la pensée constructive. Il s’agira ainsi d’associer une démarche personnelle de projet à la formulation d’une réflexion collective, et d’appréhender leurs influences mutuelles au sein d’un même processus créatif.

Bibliographie

Bibliographie

 

AURELI (Pier Vittorio), Less is enough. Strelka Press, Moscou, 2014.

 

BAUDRILLARD (Jean), Le système des objets. Gallimard, coll. Tel, Paris, 2016.

 

DEPLAZES (Andrea), Construire l’architecture, du matériau brut à l’édifice. Birkhaüser, Berlin, 2008.

 

HERTZBERGER (Herman), Lessons for Students in Architecture. NAI Publishers, Rotterdam, 2016.

 

LUCAN (Jacques), Précisions sur un état présent de l’architecture. PPUR, Lausanne, 2015.

 

MARI (Enzo), Autoprogettazione ? Corraini, Mantoue, 2014.

 

PEREC (Georges), L’infra-ordinaire. Seuil, coll. Librairie du XXIe siècle, Paris, 1989.

 

PERRET (Auguste), Contribution à une théorie de l’architecture. Éditions du Linteau, Nogent sur Marne, 2016.

 

 

Vidéos

 

AGAMBEN (Giorgio), Resistance in Art, 2014

www.youtube.com/watch

 

AURELI (Pier Vittorio), Can Architecture be Political ? 2014

www.youtube.com/watch

 

DELEUZE (Gilles), Qu’est-ce que l’acte de création ? 1987

www.youtube.com/watch

 

DEPLAZES (Andrea), Lecture, 2011

www.youtube.com/watch

 

LACATON (Anne) et VASSAL (Jean-Philippe), Freedom of Use, 2015

www.youtube.com/watch

 

MARI (Enzo), Autoproduzione, 2010

www.youtube.com/watch