Retour

  • S7-C2 ENSEIGNEMENTS OPTIONNELS

DE 2 : Paysage et transition écologique de l'aménagement urbain

Semestre 7

Responsable(s) : Sylvie Salles

  • Année : 4
  • Semestre : 7
  • Coefficient : 1,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : option
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

• Comprendre la transition écologique des territoires contemporains du point de vue de l’Écologie et du Paysage,

• Envisager un urbanisme adapté aux contraintes écologiques,

• Se placer du point de vue des pratiques paysagistes et des techniques de gestion écologique,

• Inscrire les pratiques d’aménagement dans les évolutions du rapport de notre société à la nature et à l’écologie, en abordant la transition écologique du double point de vue de l’écologie sensible et de l’écologie naturaliste.

 

Ce cours s’inscrit dans l’apprentissage d’une réflexion située qui implique la perception directe et l’engagement du concepteur dans la transformation des lieux. Le paysage dont il est question est une modalité écologique d’intéraction homme-environnement. La démarche paysagiste et écologique exposée dans ce cours fait écho aux enseignements de séminaire de S8 (Rendre Visible) dans le DE Expérimental.

Contenu

Écologie et Paysage, pour un urbanisme adapté aux contraintes écologiques.

• vers une transition écologique de l’urbanisme intégrative et contextualisée.

• vers une écologie mobilisant l’expérience que l’homme a de son environnement.

 

La culture et la pratique paysagiste ont contribués au renouvellement de l’aménagement des territoires urbains et ruraux contemporains. Elles influencent aujourd’hui leur transition écologique. Les liens anciens entre la gestion des ressources de la nature et la protection des paysages ont évolué en termes de services écosystémiques. Cette nouvelle intelligence de l’environnement, à la fois sensible et pratique, brouille les délimitations entre cadre de vie et environnement biophysique, à un moment où les sciences de l’écologie invitent à ne plus dissocier la fonctionnalité des écosystèmes et le bien-être humain. De fait, l’homme, responsable des dégradations écosystémiques, est aussi garant de leur réparation. Ce nouveau rapport à la nature, dans lequel les qualités sensibles, socio-symboliques et biophysiques de nos environnements interagissent, renouvelle les modes d’aménagement et les pratiques de projet.

 

Le cours aborde ces évolutions, en mettant en regard les conceptions écologiques de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Il pointe des pratiques, à la fois anciennes et contemporaines, où les projets de paysage combinent fonctionnalité écologique, fonctionnalité urbaine et qualité d’usage. Cette transition écologique s’est amorcée avec les revendications environnementales des années 60/70, selon deux trajectoires distinctes, privilégiant soit les dimensions socio-symboliques, soit les dimensions biophysiques de l’environnement. L’enjeu est maintenant de les concilier en (re)mettant l’homme en contact avec la fonctionnalité des systèmes naturels. La biodiversité y contribue et le paysage introduit une familiarité à l’environnement dans laquelle l’expérience de l’environnement participe à la gestion écologique des milieux.

 

Il s’agira :

a) d’aborder les organisations urbaines qui se sont développées à partir d’une approche écologique du territoire et d’un projet de paysage ;

b) de montrer les apports des démarches expérimentales paysagistes, artistiques et/ou militantes dans les évolutions actuelles, de l’échelle du jardinage au territoire urbain, périurbains et ruraux ;

c) d’envisager la transition environnementale de l’aménagement urbain dans une approche écosystémique en lien aux savoirs-faire du paysage et de l’écologie.

Travaux

Le cours est associé à un TD «Situations éco-paysagères : de la carte au terrain - du terrain à la carte » (effectif max.40)

• Restituer des dynamiques écologiques et paysagères à partir d’une randonnée in-situ.

• Faire émerger des situations à habiter partagées par toutes les espèces vivantes.

Bibliographie

ASENSIO F., Atlas des paysagistes, Paris : Aubanel, 2006, 511p.

BARBAULT R. (2006), Un éléphant dans un jeu de quilles, Paris : Seuil, 265p.

BARLE S., ELEB-HARLE N. (dir.), Hydrologie et paysage en villes nouvelles, METM, 2005, www.cdu.urbanisme.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/rapportfinal.pdf.

BESSE J.M., Le goût du monde, Arles/Versailles : Actes sud / ENSP, 2009, 227p.

BLANC N., Les nouvelles esthétiques urbaines, Paris : Armand Colin, 2012, 220p.

BRISSON J.L., BESSE J.M., TIBERGHIEN G. (dir.), Le Jardinier, l'artiste et l'ingénieur, Paris : Verdier, 2000, 96p.

CHARVOLIN F., « L’invention du domaine de l'environnement », Strates [En ligne], 9 | 1997, mis en ligne le 19 octobre 2005. URL : strates.revues.org/636

Collectif, Jardiniers du bitume, Paris : Les Xérographes, 2011, 159p.

COLLECTIF, L'œuvre d’Henri Prost : Architecture et urbanisme, Paris : Académie d'architecture, 1960, 245p.

CORAJOUD M., « L’espace public est en crise », entretien avec C. Panassier, 
2007. URL www.millenaire3.com/fileadmin/user_upload/interviews/Michel_Corajoud2007.pdf

CORAJOUD M., Le paysage, c'est l'endroit où le ciel et la terre se touchent, Arles-Versailles : Actes Sud/ENSP, 2010, 272 p.

DIEDRICH L., Territoires, révéler la ville par le paysage : Agence TER, Bâle : Birkhauser, 2008, 200 p.

DONADIEU P., La Société paysagiste, Arles-Versailles : Actes Sud/ENSP, 2000.

ESTIENNE I., « Quelques paysagistes français et leurs projets face au contemporain : une question d'engagement au monde ? », Les Cahiers Thématiques n°10, Architecture et paysages, situations contemporaines : Dix ans de recherche, ENSAP-Ed. MSH 2010, p. 233-241.

LARRERE C. et R., Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris : Aubier, 1997.

LASSUS B., « Vers un paysage plus global (au-delà du rural et de l’urbain) », Conseil national du paysage, séances inaugurale, 2001, p.30-38, www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/DGALN_Rapport%20CNP%202001.pdf.

MOSCIVICI S., Essai sur l'histoire humaine de la nature, Paris : Flammarion, 1968/1977.

PERNET A., Le grand paysage en projet, Genève : Metispresse, 2014.

RUEGG J., « Territoires intermédiaires et espaces ruraux », Politik des Ländlichen Raumes, 2003 infoscience.epfl.ch/record/137116/files/406.pdf.

SALLES S., « Contraintes environnementales et opportunités paysagères », Espaces et sociétés n°146 : Paysage et environnement, Fenouillet : Erès, 2011, p. 53-69.

SALLES Sylvie : « Lieux de représentation : les espaces publics du Grand Lyon », Les Carnets du Paysage n° 1, Arles-Versailles : Actes Sud/ENSP, 1998, p. 28-45.

SALLES Sylvie, « Paysage et milieux : quelle biodiversité urbaine ? », Espace rural et Projet spatial, vol.4, Bradel V. (dir), urbanités et biodiversité, Saint-Etienne, PUSE, 2014, p.227-239.

SPENS M., Paysages Contemporains, Londres : Phaidon, 2005, 240p.

Strates, 13 | 2007, Paysage urbain: genèse, représentations, enjeux contemporains, [En ligne] le 05 novembre 2008. URL : strates.revues.org/4923

SUTTON S.B. (dir.), Civilizing American Cities: A Selection of F.L. Olmsted's Writings on City Landscape, MIT Press, 1971, 318 p.

TIBERGHIEN G., CORNER J., Natures intermédiaires : les paysages de Michel Desvigne, Bâle : Birkhauser, 2008, 199 p.

VlARD J., Le tiers espace : essai sur la nature, Paris : Méridiens Klincksieck, 1990.

Informations supplémentaires

Textes

Projections diapositives

Video

Informations annexes

1. Influences et apports des architectes paysagistes dans les aménagements et les projets urbains.

2. Spécificités d’une approche paysagère de l’urbanisme.

3. Evolutions des modes d’interventions sur les territoires urbains, du point de vue du paysage et de l’écologie.