Retour

  • S6- 10 THEORIE ET PRATIQUE DE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE ET URBAINE - Pratique du projet architectural - Le territoire et l’édifice

Projet 6 ou Projet 5 (dont semaine intensive)

Semestre 6

Groupe 06 - Charles-Albert De Beauvais / Michel Jacotey

Responsable(s) : Michel Jacotey, Charles-Albert de Beauvais

Enseignant(s) : Grichka Martinetti

  • Année : 3
  • Semestre : 6
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

ENSEIGNANTS

 

L’équipe pédagogique est constituée de:

• Michel JACOTEY, architecte DPLG et enseignant titulaire (responsable [75 H]);

• Charles-Albert DE BEAUVAIS, architecte DPLG et enseignant titulaire (85 H);

• Jean-Luc CHASSAIS, architecte DPLG et enseignant contractuel (jurys);

• Grichka MARTINETTI, architecte DPLG et enseignant contractuel (5 H).

 

 

 

ORIENTATIONS PRINCIPALES

 

Le semestre est l’occasion d’aborder, dans le cadre d’un projet situé de bâtiment à usage de travail

(locaux de bureau et d’activité), la thématique de l’équipement public et/ou privé, avec la volonté:

• d’insister sur l’expérimentation encadrée d’une méthode de projet faisant une large part au

rationnel et à la recherche de sens à chacune des étapes de l’étude;

• d’aborder la représentation architecturale sous l’ensemble de ses aspects (croquis et schémas

d’intention, dessin d’étude et de vérification et dessin de présentation);

• d’initier les étudiants à la pratique du projet sous certains de ses aspects opérationnels

(méthode de travail, techniques de construction, insertion dans le réel, etc.) en considérant la

réalité du construire comme moteur de la conception;

• d’installer, aussi souvent que possible, l’étudiant dans une perspective professionnelle en

renforçant le lien entre les deux facettes de l’architecture, discipline et métier.

 

Ce projet unique, développé pendant tout le semestre, engage chaque étudiant à:

• aborder un programme marqué par l’actualité (réflexion sur les espaces partagés destinés au

travail et à l’activité) et en lien direct avec une évolution sociétale majeure;

• renouveler la typologie du lieu de travail, souvent figée (sièges sociaux, bureaux « en blanc »,

hôtel d’entreprises, etc.), en introduisant des degrés de liberté et des pistes d’innovation

(polyvalence, flexibilité, évolutivité, etc.) absents des programmes courants;

• réfléchir, à l’occasion d’un programme quotidien, au statut de l’utilisateur (entrepreneur,

prestataire de service, artisan, artiste, etc.) et à l’interactivité directe entre l’organisation du

lieu de travail, second « lieu de vie », et le comportement social et la réussite personnelle et

professionnelle;

• étudier des références historiques ou d’actualité de bâtiments de même nature à travers une

analyse encadrée d’une dizaine de réalisations;

• s’initier, en pratique, aux principales réglementations applicables à ce type de programme

(réglementations incendie et accessibilité et règles de construction du CCH) et à ce type de site

(PLU en particulier);

• explorer, dans une démarche éco-responsable, les dimensions du projet également sous l’angle du

développement durable (définition d’objectifs, de cibles HQE et initiation à la notion de

certification);

• effectuer, dans le champ architectural, un travail d’insertion dans un site aux contraintes

variées et spécifiques (cadre historique majeur, morphologie de lanière, topographie particulière,

environnement urbain hétérogène et enjeux urbains majeurs);

• s’interroger sur la capacité d’un équipement atypique à structurer l’espace urbain, à augmenter

sensiblement la densité bâtie sans altérer l’identité actuelle du lieu et à jouer pleinement son

rôle dans la vie de la cité.

Contenu

MÉTHODE DE TRAVAIL

 

Est recherchée l’acquisition d’une méthode personnelle d’élaboration du projet, organisée en quatre

phases d’études:

• une première phase de définition d’un contexte (site, programme et références):

•• analyse du site, avec une approche objective (topographie, hydrogéologie, système végétal, bâti

et tissu urbain, réseaux, etc.) et une approche subjective (sensations, symbolique, « génie du lieu

», etc.) débouchant sur une synthèse exploitable;

•• analyse du programme sous l’angle quantitatif et qualitatif (y compris réglementaire) avec, si

besoin, une dimension critique et l’élaboration d’un complément pertinent et avec, impérativement,

une étude typologique de ses éléments les plus récurrents;

•• analyse d’une référence architecturale en rapport avec le sujet, choisie parmi celles

sélectionnées par les enseignants, et menée suivant des critères préétablis (typologie des éléments

du programme, structure et mode constructif du bâtiment, schéma de principe du parti ou concept,

mise en perspective historique, etc.);

• une deuxième phase de définition et présentation du concept, du parti du projet:

•• recherche d’une ligne directrice claire, voire évidente, de l’architecture du projet tant du

point de vue de son organisation que de ses espaces (travail sur l’intuition);

•• développement sélectif de cette idée directrice dans les différents champs d’étude du projet

(usage, volumétrie, mode constructif, expression, rapport au lieu, etc.);

•• vérification de la pertinence et de la justesse du système proposé au regard des conclusions de

la phase précédente (passage de l’intuition à la conviction);

• une troisième phase de développement du projet et traduction fidèle des principes arrêtés à la

phase précédente:

•• étude de l’organisation et des espaces intérieurs et extérieurs (notions de composition, de

figure, de hiérarchie, d’ordre, etc.);

•• étude de l’enveloppe (5 ou 6 faces) sous l’angle de ses fonctions (technique, symbolique,

expressive, harmonique, etc.) et de ses dialectiques (percements et parois, ambiances et filtres,

opacité et lumière, etc.);

•• étude des modes constructifs des différents constituants du projet (structure, enveloppe, second

œuvre, réseaux, extérieurs, etc.) et traduction en détails de son système fédérateur;

• une quatrième phase d’amélioration du projet (rattrapage pour les projets en difficulté ou

approfondissement pour les autres):

•• bilan critique par l’étudiant de son propre travail et validation avec les enseignants d’un

programme de travail complémentaire de rattrapage ou d’approfondissement;

•• étude complémentaire des éléments considérés comme faibles ou non aboutis (organisation,

construction, enveloppe, insertion, etc.) pour les projets en difficulté;

•• étude d’approfondissement des éléments les plus pertinents et représentatifs (vues en 3

dimensions, détails, plans techniques, etc.) pour les autres projets.

 

La méthode de travail repose également sur une alternance entre:

• l’encadrement pratique du projet comprenant la correction individuelle hebdomadaire de chaque

étudiant présent par l’un des enseignants du groupe et l’évaluation collective des projets par les

enseignants avec une confrontation commentée des travaux;

• l’encadrement théorique du projet à l’étude sous forme, chaque semaine, de synthèses

méthodologiques, d’exposés théoriques et thématiques, de revues de projets collectives ainsi que de

projections de documentaires, suivies de débats animés par les enseignants.

 

 

 

RELATIONS AUTRES DISCIPLINES

 

Une articulation étroite est recherchée entre le projet à l’étude et les enseignements théoriques et

pratiques tels que:

• (STA) le travail de structure et de construction (élaboration et vérification des schémas

structurels et des détails du projet des étudiants regroupés par familles);

• (STA) le travail sur les ambiances (étude des principes énergétiques [lumière, chaleur, isolation,

ventilation, etc.] et des fluides dans le cadre des projets des étudiants regroupés par familles);

• le travail informatique (familiarisation avec les techniques de conception et de représentation

assistées [CAO et DAO] du projet de chaque étudiant);

• (ATR) le travail d’art plastique (insertion de recherches plastiques [couleur, graphisme,

composition, etc.] dans le projet en cours).

Travaux

CONTENUS ET SUJETS

 

Le semestre concentre le travail sur un unique projet architectural et urbain situé, d’une durée de

14 semaines (hors travail intensif du début de semestre), constituée de 4 phases de travail (études

préliminaires, esquisse, avant-projet sommaire et développement et/ou rattrapage), qui consiste en

la conception d’un programme de bâtiment de travail partagé (bureau et activité) pour environ 200

usagers d’environ 2 700 m2 de surface utile (SU) et 3 100 m2 de surface de plancher (SDP) sur un

terrain d’environ 3 100 m2 situé à Paris 4ème, implanté dans une zone urbaine dense et mixte avec

des enjeux identifiables et majeurs.

 

Le travail théorique, en rapport direct avec le développement du projet à l’étude, porte:

• sur la méthode de projet au moyen de synthèse des points d’intérêt collectif issus des corrections

individuelles (organisation, représentation, conception, étude, etc.);

• des exposés succincts sur les sujets abordés dans le cadre du projet touchant la réglementation

(sécurité incendie, accessibilité PMR, urbanisme appliqué PLU, surfaces H, U et DP [ex HO], etc.),

la construction (façades, HQE, fluides, structure, vocabulaire technique, etc.) et la méthode de

travail (déontologie, maîtrise d’œuvre, etc.);

• des projections/débats sur des bâtiments de référence (BAUHAUS de Walter GROPIUS, UNIVERSITÉ EWA

de Dominique PERRAULT, LA MAISON DU PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS de Oscar NIEMEYER, LE ROLEX LEARNING

CENTER de Sanaa, LE BÂTIMENT JOHNSON de Franck Lloyd WRIGHT, etc.);

• des récits de voyages illustrés de projections (Nantes, Berlin, Chicago, Copenhague, Amsterdam,

Pékin, Casablanca, etc.) par les étudiants et/ou les enseignants du groupe.

 

Un premier travail intensif individuel est programmé au début du semestre (semaine du 05/03/18 au

09/03/18), autour de la thématique MAQUETTE VIRTUELLE/MAQUETTE RÉELLE (expression en trois

dimensions du projet du semestre précédent de chaque étudiant).

 

 

 

ORGANISATION SÉANCES

 

Le travail sur le projet est réparti, du 12/03/18 au 29/06/18, sur 14 séances de travail (non

compris atelier intensif), dont 4 séances d’évaluation, et son déroulement est précisé, dès le

démarrage du semestre, sous la forme d’un calendrier détaillé.

 

Les séances sont organisées, avec un rythme soutenu, qui comprend chaque semaine:

• le mercredi, de 14H30 à 20H30, une correction individuelle de 20 à 30 minutes du projet de chaque

étudiant par l’un des enseignants du groupe;

• le vendredi:

•• pour 10 séances sur 14, de 14H30 à 19H30, un travail collectif (synthèse des points d’intérêt

commun, exposé théorique ou projection/débat et correction collective de certains projets en

difficulté);

•• pour 4 séances sur 14, de 11H30 et/ou 14H30 à 19H30, un travail collectif d’évaluation de chacune

des 4 phases du projet et de confrontation commentée des travaux.