Retour

  • S6- 10 THEORIE ET PRATIQUE DE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE ET URBAINE - Pratique du projet architectural - Le territoire et l’édifice

Projet 6 (dont semaine intensive)

Semestre 6

Groupe 04 - Bruno Tonfoni, Marie-Hélène Badia, Jean-Marc L'Anton

Responsable(s) : Bruno Tonfoni

Enseignant(s) : Jean-Marc l'Anton, Marie-Hélène Badia

  • Année : 3
  • Semestre : 6
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Enseignants : Bruno TONFONI – Jean-Marc L'ANTON - Marie Hélène BADIA

 

 

 

 

 

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES : ARTICULER PROJET URBAIN ET PROJET ARCHITECTURAL

 

William Morris, défini en 1881 'l'architecture, comme, l'ensemble des modifications et des variations introduites sur la surface terrestre pour répondre aux nécessités humaines'.

 

Cette définition, assez éloignée du seul « jeux magnifique et correct des volumes sous la lumière », dépasse largement l’acte de construire pour s’intéresser à la nature de nos environnements et aux modalités de leurs transformations.

 

Dans ces conditions Il est évident que tout projet doit évaluer invariablement la nécessité, les possibilités et les conditions de la transformation d’un lieu. C’est pour cela que la compréhension de l’organisation et des spécificités des territoires en est un des fondamentaux.

 

C’est donc autour de l’articulation entre projet et territoires que s’organisera principalement le contenu de cet enseignement.

 

Ce semestre se propose d’explorer au travers d’un lieu en mutation les rapports entre territoires et conception : de la géographie à la définition de stratégies de transformation, urbaines et architecturales, considérant le lieu comme le socle de toute mutation.

 

Cette approche transversale a essentiellement pour objectifs de permettre à chaque étudiant l’acquisition et la manipulation d’un corpus de savoirs et savoirs faire spécifiques afin de s’assurer de sa capacité à développer une approche raisonnée, problématisée, hiérarchisée et argumentée.

 

 

CONFORTER L'ANCRAGE LOCAL DU PROJET.

 

L’atelier que nous organisons depuis plusieurs années, après s’être principalement intéressé aux communes de la première couronne Parisienne, se propose d’inscrire sa démarche aux lisières de l’Agglomération Parisienne afin de recentrer ses questionnements sur les territoires péri-urbains qui restent encore des secteurs en constitution. Les sujets proposés semestre après semestre explorent de manière récurrente l’aménagement de territoires péri-urbains, chaque semestre interrogeant de nouvelles problématiques et de nouveaux territoires.

 

Nous élargissons la mise en situation de l’étude de cas proposée aux acteurs possibles de sa fabrique, en les associant au choix du site ainsi qu’à la gouvernance de l’étude. Cette proximité des acteurs et des territoires doit permettre de diversifier les points de vue et renforcer l’ancrage territorial du projet.

 

Contenu

CONTENU

 

La ville de Pont Sainte Maxence sera le territoire large des études avec un site de développement des études priorisé en première analyse sur le secteur de la gare. Le site large conjugue de nombreux avantages pour mettre en œuvre les objectifs et les attendus du S6 :

 

_La possibilité d’y aller par le train, permettant le travail de relevé et de vérification in situ.

_Sa position de « ville centre » du territoire de la Communauté de Communes dont le renforcement est ciblé par la SCOT et légitime un développement résidentiel d’échelle urbaine.

_La petite dimension communale qui facilite la compréhension.

_Sa dimension géographique et paysagère particulière.

 

Cette situation de « ville centre » dans un contexte paysager remarquable de surcroît convenablement reliée au grand territoire confère à Pont Sainte Maxence un potentiel de développement résidentiel dont les formes et la localisation sur le territoire communal peuvent contribuer au développement harmonieux et raisonné tout en constituant une réponse efficace à l'étalement urbain. Cette dynamique reste cependant à avérer sur un territoire communal marqué par des ruptures et des dysfonctionnements que l’analyse devra faire apparaitre et caractériser.

Travaux

Pour les raisons précédemment évoqué l’exercice proposé articule projet urbain et projet architectural sous la forme d’un atelier qui s’organise en deux séquences :

 

Séquence 1

Projet urbain par groupe de 4 étudiants [environ 6 semaines].

Les étudiants devront proposer un projet urbain organisant la mutation du site d’intervention et cela en fondant leurs propositions sur une analyse des lieux et des enjeux spécifiques à la situation proposée.

 

La dimension raisonnable des sites retenu comme « support », leurs situations suffisamment « constituées » [entre parcelles mitoyennes et rues] permet d’aborder des problématiques propres au projet urbain : organisation et usages des espaces libres, articulation avec le contexte, traversée des échelles, mode de groupement des édifices, distribution et typologie.

Cet exercice a pour objectif la manipulation d’échelles et de problématiques spécifiques au projet urbain. Il vise aussi à l’acquisition d’une méthodologie structurée passant notamment par un temps d’analyse et de diagnostic.

 

Si le projet architectural a été largement débattu depuis la première année, cet exercice constitue une initiation au projet urbain ainsi qu’aux savoirs et savoir-faire qui lui sont associés.

 

Nous attendons donc des différentes équipes une démarche argumentée, qui articulera une analyse explorant les lieux et le socle d’études qui sera mis à leur disposition, « un état de la question » portant sur les principales problématiques qui caractérisent le site d’études et que l’analyse aura fait émerger.

 

À ce titre une attention particulière sera portée sur l’articulation entre analyse, constat et orientation, projet.

 

Séquence 2

Projet architectural, individuel [environ 6 semaines].

À l’issu du premier temps, les groupes constitués développeront le projet urbain validé en étudiant l’architecture des logements ou équipement [20 logements environ par étudiant] et précisant l’aménagement de l’espace public.

Pour ce faire ils s’appuieront sur l’étude déjà engagée. Si à ce stade des ajustements devaient être encore nécessaires, ils seront à réaliser en concertation et de manière à s’assurer de la cohérence d’ensemble.

 

 

Revues de projet et évaluations.

La mise en situation proposée ne se limite pas simplement au site. Cette mise en situation implique aussi les acteurs du territoires, élus et organismes associés, Parc naturel régional des pays de l’Oise, CAUE qui participent au temps fort du semestre :

_Visite de site, prise de contact visite et discussion avec les élus

_Restitution des travaux du semestre

_Mais aussi revue de projet

 

Organisation des séances

Jour(s) de la semaine et horaire : mercredi de 9h à 14h, et certains vendredi.

Salle(s) : 406

Bibliographie

_PANERAI Philippe, Élément d’analyse urbaine, éditions parenthèses, 1999.

_MANGIN David, PANERAI Philippe, Projet Urbain, éditions parenthèses, 1999.

_BONNET Frédéric, Architecture des milieux, Le Portique, 2010

_ CORAJOUD Michel, Le paysage, c’est l’endroit ou le ciel et la terre se rencontre, Actes Sud, 2010.

_ CHEMETOV Alexandre, Patrimoine commun Leçon inaugurale de l’école de Chaillot

Silvana éditoriale, 2012

_CORBOZ André, Le territoire comme palimpseste, 'Diogène' 121 janvier-mars 1983 pp 14-35

¬_ FRAMPTON Kenneth « Vers un régionalisme critique pour une architecture de résistance »

Paru dans 'Art Architecture Recherche' Edition de l’Espérou [2016] pp 11-39

Informations supplémentaires

les relations avec les autres disciplines :

Théorie, Histoire, Ville et société, Sciences sociales, construction, arts plastique, informatique,…