Retour

  • S5- 10 THEORIE ET PRATIQUE DE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE ET URBAINE - Pratique du projet architectural - Le territoire et l’édifice

Théorie 5

Semestre 5

Responsable(s) : Alain Guiheux

Enseignant(s) : Xavier Lagurgue

  • Année : 3
  • Semestre : 5
  • E.C.T.S : 2
  • Coefficient : 2,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : obligatoire
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

L'architecture transforme

 

La fabrication du projet a perdu de son évidence pour se tourner vers des procédures décidées, chaque

architecte met en œuvre dans ses projets un ensemble de préceptes, d’habitus incorporés qui lui sont

nécessaires pour faire et parfois énoncer ce qu’il fait. La disparition des croyances durables et la

brièveté de la valeur accordée aux messages et produits (les bâtiments se déclassent comme les objets en

général) se sont accompagnées du déplacement de l’intérêt des architectes vers les procédures de

conception du projet. Ce déplacement caractérise l’architecture contemporaine. L’intelligence de sa

conception définit l’architecture. Chaque projet est devenu dès lors une interrogation sur le projet et

la manière de le produire, autrement dit une mise à distance caractéristique de l’époque. Le projet

contemporain se construit comme distance critique en action par la production d’ une architecture qui

interroge nos pratiques par la pratique, se demandant, lors de chaque décision à prendre, à tous les

niveaux, quels automatismes, habitus, incorporations, préceptes, se mettent en œuvre, et comment y

substituer autre chose. La déconstruction de son propre champ est menée, elle est efficace pour produire

le projet. 'L’architecture transforme' énonce que chaque projet est l’installation d’une scène théorique

qui transforme notre manière de faire et de voir. Si l’architecture n’est plus auto-référentielle, alors

elle peut réciproquement inquiéter elle aussi les conventions sociétales dans leur ensemble.

Contenu

Alain Guiheux donnera les 12 conférences suivantes:

 

1. Après la théorie, tout est architecture. Le projet auto-réflexif.

2-3. Le grand espace commun.

4. Dispositif, le concept de l'architecture.

5. L'invention de nous-mêmes.

6. L'architecture invite et transforme.

7. La course au logo est terminée.

8. Le storytelling urbain.

9-10. génération formelle.

11. Ce qui fait scène avant le cinéma.

12. A chacun son histoire de l'architecture.

Travaux

Les étudiants ont à produire un compte rendu factuel et une réflexion critique en 4500 signes

(espaces non compris) remis lors de chaque nouvelle séance. (version papier), soit 12 fiches de 4500

signes.

Bibliographie

Guiheux, A (1996): « Ligne de front », in AMC, n°69, [ mars]

Guiheux, A (1998): « L’architecture est un dispositif », in Actes du Congrès international de génétique,

Paris,

Guiheux, A (2012): Architecture dispositif, Marseille, Parenthèses.

Guiheux, A. (2002): Architecture action, une architecture post-théorique, Paris, Tonka.

Guiheux, A (2003): «Plan Potentiel», in Paris métropole 2, Techniques et Architecture, n° 468 [

octobre].

Guiheux, A. (2011): « Post-séduction. L’invention de nous-mêmes, le métier de l’Empire », in Guiheux, A.

(éd) Action Architecture, Paris, Éditions de la Villette.

Guiheux.A. (2016): Le grand espace commun, Métis Presses.

Informations supplémentaires

Les ouvrages en bibliographie

Informations annexes

/