Retour

  • S5- 10 THEORIE ET PRATIQUE DE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE ET URBAINE - Pratique du projet architectural - Le territoire et l’édifice

Projet 5 ou Projet 6 : L'édifice public contextualisé - Semaine intensive

Semestre 5

Groupe 14 - Sylvie Chirat

Responsable(s) : Sylvie Chirat

Enseignant(s) : Konrad Cichon

  • Année : 3
  • Semestre : 5
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

L'enseignement du projet urbain et du projet

d'architecture doit préparer les étudiants à un savoirfaire

d'analystes de la ville, de concepteurs de formes

urbaines, de concepteurs de masses et d'espaces

architecturaux. Il doit aussi être pour eux l'occasion

d'expérimenter et de définir une attitude et une

démarche professionnelle. Par la diversité des acteurs

qu'il met en jeu, par la multiplicité des données, des

savoirs et des pratiques que le projet mobilise, par la

fragmentation -voir l'éclatement- des missions qu'il

recouvre, tout projet nécessite, dans la réalité, que les

architectes impliqués soient à même de définir leur

mission spécifique

Contenu

De la définition du rôle de l'architecte dans le processus de conception découle le contenu et la

forme de

l'enseignement du projet. L'architecte n'est plus simplement un 'artiste' chargé de dessiner la

forme de la ville ou

du bâtiment, non plus qu'un urbaniste chargé de distribuer les fonctions dans l'espace; il devient

un expert,

engagé socialement et culturellement, chargé par des clients (collectivités publiques, aménageurs,

etc.) de définir

-en concertation avec d'autres acteurs- des réponses spatiales à un problème complexe. Ces réponses

doivent

comporter une analyse de l'existant, un projet formel adapté à la réalité du contexte et inséré dans

son temps,

ainsi qu'une méthodologie sur la manière de gérer, dans la durée, sa réalisation.

L’équipement urbain : Un équipement contribuant à la qualification de sa situation urbaine. Le

nouveau

Palais de Justice de Paris sur le site de Tolbiac – Halle Freyssinet

Une problématique urbaine

La création d’un équipement de grande taille (100 000m2) au carrefour de multiples tissus urbains

- côté Seine avec des logements neufs et le monument de la TGB

- côté Treizième avec des logements anciens

- côté ouest avec l’Hôpital de la Pitié Salpétrière

- sur le site avec l’intégration de la Grande Halle de Freyssinet

Une problématique programmative

La gestion d’un équipement complexe

- accès et flux différenciés non compatibles (public - justice) (prévenus - gestion bâtiments)

- affichage des hiérarchies du programme (civil - pénal)

- problématique de sécurité

Une problématique constructive

La réhabilitation d’une et ancienne architecture

- gestion des structures de la Halle Freyssinet

La création d’un équipement de grande surface

- gestion des linéaires de façades (tertiaires)

- gestion des volumes spécifiques choisis (tours, bâtiments-ponts, etc.)

Une problématique architecturale

La création d’un symbole

- une réflexion sur le Justice et son rapport à la société civile avec la mise en forme d’un «

Palais de Justice »

- une résolution d’un programme clos conjugué à une intense pratique ouverte au public

Une problématique urbaine

- un lieu entre le nouveau (ZAC Masséna) et l’ancien Treizième arrondissement.

- un croisement de voies en devenir à l’échelle du quartier comme de la ville

- une liaison publique pour les piétions gagnant l’ancien Treizième depuis la station de métro

Bibliothèque F.

Mitterand, entre le niveau rue du Chevaleret et le niveau de la rue de Tolbiac

- des réglementations

Une problématique architecturale

- un programme mixte sur une parcelle « carrée »

- deux accès, quatre façades minimum différentes à des niveaux différents

- des vis à vis d’époques et de caractères différents.

- un espace public à architecturer

- des réglementations