Retour

  • S4- 40 CULTURE ARTISTIQUE ET EXPRESSION PLASTIQUE

TD Matières, matériaux, lumière et couleur, Théorie de la couleur et de la lumière

Semestre 4

Groupe - André Avril

Responsable(s) : André Avril

  • Année : 2
  • Semestre : 4
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

VIVRE LA CONNAISSANCE

ESPACES-ŒUVRES-CORPS

 

Projet transdisciplinaire

Centre Georges Pompidou - École des arts du cirque de Rosny - École d’Architecture de Paris Val de Seine

 

Des étudiants en architecture travaillent sur des échelles d’espace et de temps qui ne leur permettent pas de faire des expériences directes et réelles des espaces qu’ils projettent et représentent sur le papier. Pourtant ce sont des corps qui habitent l’architecture.

À travers ce partenariat porté par sa dimension transversale et pluridisciplinaire il y a une double rencontre pour engager des relations effectives des corps des étudiants avec l’espace. Une première rencontre avec des oeuvres à travers lesquelles la relation entre le corps et l’espace est particulièrement sensible, et une seconde rencontre avec des élèves de l’Ecole Nationale du cirque qui élaborent des figures, des dessins dans l’espace, pour rendent sensibles à l’échelle d’un lieu la fragilité de nos perceptions dans l’équilibre précaire de leur corps dans l’espace.

Dans ces échanges il s’agira de confronter des différences de modalités de travail et de création en expérimentant à l’échelle 1/1, la relation du corps en mouvement dans l’espace et ses capacité de perception.

 

En s’associant au Centre Pompidou, l’enseignement s’appuie sur un centre de ressources et de diffusions majeurs de la culture contemporaine qui couvre toutes les disciplines artistiques apportant avec le concept du musée-école un contexte exceptionnel pour ouvrir les étudiants à d’autres modalités de travail et de perception de l’espace pour développer des qualités de disponibilités et d’écoutes qui résonnent dans le corps.

Contenu

Le projet repose sur une rencontre aussi intense que possible entre des œuvres des collections du Musée National d’Art Moderne et des étudiants, en proposant une nouvelle approche de l’usage de l’espace, aux échelles croisées de l’architecture et de la scénographie des arts du cirque.

 

Mettre en jeu des forces élémentaires comme la pesanteur, l’attraction, la gravitation, l’inertie que les étudiants en architecture connaissent bien en théorie mais qu’il ne peuvent pas expérimenter directement avec leur corps au moment de l’élaboration du projet. L’expérience est toujours différée, mais ils ont une grande capacité à représenter des espaces et à les visualiser.

 

D’un côté, les circassiens auront beaucoup à apprendre aux architectes sur l’expérience du vide qu’ils expérimentent dans leur domaine et qui reste la matière première de toute construction architecturale. De l’autre côté, les architectes, dans la distance nécessaire à toute projection, apporteront leur capacité à visualiser et représenter des formes et des espaces possibles. Ces échanges de cultures et de techniques auront pour objectif de questionner et d’élargir les notions de création d’espaces pratiqués dans les arts du spectacles et de permettre aux architecte de comprendre les relations de forces qui se jouent dans l’espace à partir du mouvement d’un corps. Ensemble, ils pourront expérimenter et déployer dans un espace commun, une connaissance qui alimentera leurs expressions artistiques réciproques.

 

Méthodes :

 

Voir ensemble et faire ensemble.

 

Le travail s’effectue par groupes de cinq étudiants : groupe mixte, étudiants architectes et circassiens en quatuor Quatre acteurs et un notateur– passeur.

Cette organisation permet les échanges de compétences et aussi l’accompagnement dans le cadre d’un duo et ou d’un quatuor des diverses étapes de l’expérience des oeuvres.

Travailler avec le regard de l’autre, dans la main de l’autre, dans le corps de l’autre.

 

La notation, croquis, crayonnage, geste dessiné, capture des masses et divers phénomènes liés aux espaces de l’œuvre.

Dialogue corporel avec l’œuvre à partir de l’observation, de l’écoute, de la parole posée sur l ‘œuvre, de la réaction à l’œuvre à partir de la sensation.

Activation du geste possible également à partir d'un vocabulaire proposé en début de séance.

 

Elaboration de croquis-maquettes dans l’immédiateté du regard et de la sensation

 

- Un travail de synthèse sera établi par chacun des groupes sur l’ensemble des expériences en une forme articuler entre le travail de la notation, du

mouvement, de la maquette-immédiate.

- Les fils conducteurs seront le choix du vocabulaire-activateur, le geste imaginé commun aux différentes actions

 

Œuvrer vers une dimension chorégraphique et aller vers l’écriture d’un corpus de gestes que nous pourrions réactiver dans le cadre d’un autre

contexte et ou espace.

 

Déroulement des séances (ATTENTION IL Y A DEUX SÉANCES LES SAMEDI 7 ET 21 MARS 2020)

 

- JEUDI 27 FÉVRIER : Musée National d'Art Moderne. Echanges avec les circassiens face aux oeuvres.

 

- SAMEDI 7 MARS : Ecole Nationale du cirque de Rosny sous le Chapiteau : mise ne place d’une scénographie, accroches, suspensions installation d’agrès, rejouer le tableau avec la pratique circassienne//réflexions sur le corps et espaces à partir du vocabulaire inventé face aux œuvres à l’échelle 1/1 du corps dans le grand espace ( grande kinesphère )

 

- SAMEDI 21 MARS : Ecole Nationale du cirque de Rosny sous le Chapiteau : mise ne place d’une scénographie, accroches, suspensions installation d’agrès, rejouer le tableau avec la pratique circassienne//réflexions sur le corps et espaces à partir du vocabulaire inventé face aux œuvres à l’échelle 1/1 du corps dans le grand espace ( grande kinesphère )

 

- JEUDI 26 MARS : Ecole d'architecture de paris val de seine. Transposition sous forme de maquette des expériences à l'école du cirque.

 

- JEUDI 2 AVRIL : Première restitution du travail en cours au centre G. Pompidou ou à l'école d'architecture.

 

- JEUDI 23 AVRIL : Elaboration d'un espace 'scénographique'.

 

- JEUDI 30 AVRIL : Elaboration d'un espace 'scénographique'.

 

- JEUDI 7 MAI : Elaboration d'un espace 'scénographique'.

 

- JEUDI 14 MAI : Pré-installation des propositions

 

- JEUDI 21 MAI : Présentation aux circassiens.

Travaux

Dessins, dessin dans l'espace par le volume, volumes colorés, maquettes, images, notation écrites.

 

Engagement personnel.

Bibliographie

“Les existences moindres” de David Lapoujade

'La vie sensible'. Emanuele Coccia.Rivages poche 2018

Informations supplémentaires

Les collection modernes et contemporaines du Musée Nationale d'Art Moderne.

 

Textes, images, films.