Retour

  • S3- 20 CULTURE ARCHITECTURALE ET URBAINE

Cours 1 : La Renaissance

Responsable(s) : Myrielle Hammer

Enseignant(s) : Fabien Bellat

  • Année : 2
  • Semestre : 3
  • E.C.T.S : 1.5
  • Coefficient : 1,00
  • Compensable : oui
  • Stage : non
  • Session de rattrapage : oui
  • Mode : obligatoire
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Le Cours d’histoire de l’architecture de la Renaissance (XVe-XVIe siècles) se concentre sur l’étude,

pour cette année universitaire 2016-2017, de deux grandes figures d’architectes, celle de Bramante,

(1444-1514) et celle de Palladio (1508-1580). Cette approche de l’histoire de l’architecture de la

Renaissance s’effectue d’une part par l’exploration du travail de chaque architecte, en fonction des

grands repères historiques spécifiques à la Renaissance et d’autre part en mettant à jour,

progressivement, les apports essentiels des oeuvres analysées pour elles-mêmes, de façon à comprendre

comment, selon les données disponibles, se constitue « l’art du projet » de cette époque. L’oeuvre de

Bramante se situant à cheval sur deux siècles, les XVe - XVIe siècles à Urbino, Milan et Rome, celle de

Palladio, à Vicence et Venise, se développant au cours du XVIe.

 

Ainsi deux moments de la Renaissance sont recadrés, soulignés, remis en perspective historique sous

forme de deux cours magistraux en parallèle, comme pour l’année précédente. Ces deux cours attirent

l’attention sur ces thématiques communes :

-les transformations de l’organisation sociale et économique des cités-états ;

- la construction liées aux composantes antiques et programmatiques ;

- l’engouement progressif pour l’antiquité ;

- la mise en avant du dessin dans le projet ;

- l’invention de la perspective et les méthodes successives de mise en espace ;

- l’importance que prennent peu à peu les « inventions » et les jeux de proportions devenant des règles

d’agencement des espaces ainsi que celle de leur transcription sous forme traités ;

- et enfin l’intérêt pour la polyvalence des arts et le rôle de leurs interaction : orfèvrerie, gravure,

peinture, lien sculpture-architecture.

 

Un travail régulier sera organisé et demandé menant vers des corrections lors de leurs prochaines

séances de cours : analyse de documents, textes, plans, images, vocabulaire.

 

Bibliographie générale :

 

CASTEX, Jean, Renaissance, baroque et classicisme. Histoire de l’architecture 1420-1720, Paris, Hazan,

1990, p. 1-235.

FROMMEL Christoph Luitpold, The Architecture of the Italian Renaissance, Londres, Thames et Hudson,

2007.

MURRAY Peter, L’Architecture de la Renaissance italienne, Londres, Thames et Hudson, 1990 (1ère éd.

1963).

MILLON Henry A. et MAGNAGO LAMPUGNANI Vittorio (dir.), Architecture de la Renaissance italienne. De

Brunelleschi à Michel-Ange, Paris, Musée des Monuments français, Flammarion, 1995 ( 1ère éd. 1994).

WITTKOWER Rudolf, Les Principes de l’architecture à la Renaissance, Paris, Editions de la passion, 1990

(1ère éd. 1949).

Une bibliographie plus particulière sera transmise lors de chaque cours.

Contenu

BRAMANTE /Myrielle Hammer

 

Peintre de perspective, architecte, Bramante a joué un rôle important dans l’élaboration de

l’architecture du XVIe siècle. C’est à travers la transformation du palais d’Urbino du duc Frédéric de

Montefeltro que Bramante se forme, au contact d’autres personnalités comme celles de Piero della

Francesca, Francesco di Giorgio Martini,.. Bramante passe de ce foyer artistique rivalisant avec celui

de la cité-état de Florence, considérée comme ville pionnière de la première partie de la Renaissance

italienne aux cités du nord de l’Italie. Le fait d’œuvrer comme peintre à Milan le met au contact de

l’architecture du gothique de tradition lombarde. C’est au sein de cette cité, au service des Sforza,

qu’il côtoie des humanistes et artistes comme par exemple Léonard de Vinci et qu’il parvient à réaliser

ses premiers édifices de façon inédite. Le parcours de Bramante se termine à Rome au service des papes,

notamment Jules II. Là, il transforme sa pratique, la rationalise tout en créant des espaces qui tendent

vers la perfection. Celle-ci est aussi assumée par d’autres protagonistes de la Renaissance comme

Raphaël et Michel-Ange à cette époque, celle-ci étant souvent considérée comme l’apogée de la

Renaissance.

 

Bibliographie indicative :

 

Bruschi Arnaldo, Bramante, Roma-Bari, Laterza, 1977

Vasari - Giorgio, Vie de Bramante, architecte d’Urbain in Les vies des meilleurs peintres, sculpteurs et

architectes, (dir. André Chastel), Berger Levrault, 1983 Tome V, pp.93-114.

 

 

 

 

PALLADIO/ Fabien Bellat

Initialement apprenti maçon, grâce au soutien de commanditaires lettrés à Vérone et Venise, Palladio a

pu connaître une remarquable ascension sociale et professionnelle. Son activité a touché un large

éventail de programmes : architecture publique (basilique et théâtre de Vérone…), religieuse (églises

San Giorgio Maggiore et du Redentore à Venise…), urbaine (projets pour le pont du Rialto, Venise),

domestique (villas Cornari, Barbaro, Rotonda, etc ; ou palais Chiericati, Thiene, etc). En outre,

désireux d’intégrer les débats de son temps, Palladio a synthétisé son expérience de bâtisseur dans Les

Quatre Livres de l'architecture (Venise, 1570). Dans cet important recueil, Palladio a notamment publié

les versions corrigées, idéalisées, de ses propres projets et réalisations, utilisant la technique

d’impression simple des gravures sur bois pour assurer une diffusion maximale à son travail.

L’influence de Palladio ne s’arrêta pas à ces livres, car sa conception de l’architecture lui survécut

du XVI° siècle jusqu’au XX° siècle. Le palladianisme s’est ainsi diffusé en Angleterre (Jones, Campbell,

Adams, XVI°-XVIII° siècles), en France (Ledoux et Boullée au XVIII° siècle), en Russie (Quarenghi au

XIX° siècle ; Joltovski au XX° siècle sous l’URSS stalinienne), et en Amérique du Nord (Jefferson,

Delano et Aldrich, XVIII°-XX° siècles). Jusqu’à nos jours des traces du palladianisme subsistent,

souvent comme réponse alternative aux solutions modernes.

 

Bibliographie indicative :

 

James Ackerman, Palladio, Macula, Paris, 1981

Guido Beltramini, Palladio privato, Marsilio, Venise, 2008

Manfred Wundram, Thomas Pape, Paolo Marton, Andrea Palladio, un architecte entre la Renaissance et le

Baroque, Taschen, Cologne, 1989

Kim Williams, Giovanni Giaconi, The Villas of Palladio, Princeton Architectural Press, New York, 2003

 

Robert Tavernor, Palladio and Palladianism, Thames et Hudson, Londres, 1979

Claude Mignot, « Palladio et l’architecture française du XVII° siècle, une admiration critique », in

Annali di architettura no 12, Vicence, 2000

Carsten Ruhl, “Palladianism : from the Italian Villa to International Architecture”, European History

Online, Mayence, 2011

Travaux

Examen sur table

Informations supplémentaires

Power Point