Retour

  • S2- 40 CULTURE ARTISTIQUE ET EXPRESSION PLASTIQUE - Découverte expérimentale des représentations

Arts plastiques : Exercices de manipulation et de Représentations

Groupe 02 - Réjane Lhote

Responsable(s) : Réjane Lhote

  • Année : 1
  • Semestre : 2
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Enseigner le dessin et les arts graphiques, c’est transmettre des connaissances,

échanger des informations qui transitent par les mots, le corps, la main,

par incorporation, par imitation, par interprétation, par reconstitution.

 

Qu’est ce que dessiner? Peindre? Travailler en volume?

Beaucoup de choses entrent en jeu, à travers l’acquis des autres ;

choix de papiers, de toiles, des matériaux à utiliser,

odeur de peinture à l’huile, acrylique, diluant, crayons, pastels gras, pastels secs,

cartons, bois, métal, terre, plexiglass...

Le monde s’ouvre devant soi.

 

Un premier regard, une esquisse, la chose prend forme,

on recommence, la main s’approche à nouveau,

l’œil regarde, il va, il vient, il cherche des réponses,

un corps à corps est en place, devant soi, un rapport s’installe.

De l’action spontanée et directe du dessin apparaissent le trait, la couleur,

le cadrage, la construction, où l’idée naîtra.

 

Dessiner, peindre, sculpter,

C’est apprendre à apercevoir, être à l’écoute de ce qui nous entoure.

Le dessin, la peinture, la sculpture sont tout sauf des moments d’indifférence ;

on est ouvert, heureux ou en colère, le regard se tend vers le sujet choisi,

la respiration se cale sur le geste, s’en nourrit et l’entraîne. La force du rythme

en naît. La complicité oeil/main trace sur le papier une forme, puis la répétition

de celle-ci. Des formes deviennent visibles, un rythme, un espace se créent,

un projet s’élabore. On indique, on éclaire, on met en lumière, on distingue.

Dessiner, c’est tâtonner, effacer, enfin trouver ce trait qui garde mémoire de tout.

C’est la main, libre, qui dit. Elle fait revenir ce qui, à présent, n’est pas là, elle note

avant que cela ne s’efface, elle essaie de fixer, une fois encore, ces instants-là.

Le dessin, c’est essayer de capturer ce qui se dérobe, prendre des instants

de suspens : là où le “présent” devient dé-mesuré.

C’est à travers l’apprentissage du regard, du dialogue oeil/main que se mettent en place un travail

de recherche, une pratique de la créativité.

Contenu

mes propositions pédagogiques sont plus appliquées à l’observation de l’espace urbain et paysager,

de l’expérimentation de différents matériaux. Les approches du dessin se feront par des

appréhensions sensibles, sur nature, il s’agira de vérifier le réel et en rendre compte, par le

constat (trait, composition, point de vue...), l’analyse et la restitution des objets d’observation

(forme, volume, vide, matière, texture, relief, lumière, proportions, échelle...), traduit dans des

espaces à la perspective italienne, orientale ou encore cavalière.

Des cours de modèle vivant seront indispensables pour l’apprentissage des notions d’échelle, de

proportions, d’espace architectural.

Travaux

Un carnet de notes personnelles et quotidiennes sera exigé.

Bibliographie

Histoire de la peinture, Daniel Arasse ­ ed. Gallimard ­ collection Folio Essais, 2003

On n’y voit rien, Daniel Arasse ­ ed. Gallimard ­ collection Folio Essais, 2003

Le détail ­ pour une histoire rapprochée de la peinture, Daniel Arasse ­ ed. Flamarion ­

La Peinture incarnée, Georges Didi­-Huberman

Ce que nous voyons, ce qui nous regarde, Georges Didi­-Huberman

Comme le rêve le dessin, Philippe­Alain Michaud, Louvre, Centre Pompidou.

Le plaisir au dessin, Jean­Luc Nancy, Musée des Beaux­arts de Lyon.

Savoirs secrets, David Hockney, Seuil.

Je suis ce que je vois, Alexandre Hollan

Roven, revue critique sur le dessin contemporain

Informations supplémentaires

- carnet de croquis (différentes tailles, grammages, texture de papier)

- travail de la couleur (crayon graphite, crayons de couleur, pastels secs et gras, encres,

gouaches, terre, plâtre etc.), modelé, ombres, hachures...