Retour

  • S6-40 Expériences pour le projet

Cours optionnels (1 cours de 4h ou 2 cours de 2h ou 1 cours de 2h et parcours libre)

Semestre 6

15 - Manières d'habiter l'environnement. regards sur l'écologie - Sylvaine Bulle (4h)

Responsable(s) : Sylvaine Bulle

  • Année : 3
  • Semestre : 6
  • Affilié à un groupe : non

Objectifs pédagogiques

Manières d’habiter l’environnement .

Regards sur l’écologie

 

Responsable : Sylvaine Bulle (PR . SHSA)

Avec Celio Paillard (artiste)

 

Cours magistral et travaux dirigés de 4/hebdomadaire (le lundi de 8h30 à 12h30)

 

 

 

Ce cours optionnel a deux objectifs :

- Initier les étudiant-es à l’écologie dans ses différents courants et bien au-delà des enjeux environnementaux.

- Initier les étudiant-es à des modes d’observation, d’enquête ou d’observation de sites particulièrement stratégiques pour le maintien des structures écologiques et pour les rapports aux milieux vivants et habités. Cela concerne des sites fragiles ou convoités pour les grands projets (Grand Paris, Jeux olympiques) ou par l’urbanisation en Île-de-France.

- Initier les étudiant-es à des modes de narration, alliant plusieurs médium, plusieurs disciplines, et afin de décentrer le regard sur les territoires, en y incluant le regard des/sur les milieux vivants.

Contenu

Remuer ciel et terre » (nom de l’association d’un collectif de Gonesse) .

 

Le cours et TD prennent comme site d’observation et de narration le triangle de Gonesse au Nord de Paris. Il sera accessible soit physiquement, soit par le biais de la collecte de matériaux via internet (le site étant particulièrement documenté).

 

L’ensemble du cours s’organise autour de quatre troncs communs abordés dans les séances hebdomadaires de 4h :

Penser avec les sites : initiation aux pensées écologiques et aux enjeux de la métropolisation et de la transition énergétique et aux pensées du soin (care).

Remuer la terre (collecter) : apprentissage d’une démarche documentant le projet de Gonesse, ses collectifs, habitants, terres, milieux et en s’inscrivant sur une interrogation écologique, humaine et environnementale sur le devenir du site.

 

Raconter un environnement menacé (prendre soin) : apprentissage des outils d’observation, de narration sur les personnages, les imaginaires territoriaux et les façons de prendre soin du paysage avec l’acquisition d’outils d’observation (récits, visuel, littérature).

 

Coproduire (sédimenter) : Restituer et cartographier le territoire à destination des collectifs de Gonesse.

 

Chaque séance est consacrée à la confection progressive de cette narration collective : regarder, raconter un environnement menacé en s’attachant en particulier aux imaginaires et aux milieux vivants, à l’aide de restitutions architecturales, visuelles, plastiques, voire littéraires, tout en prenant pied dans un réservoir d’expériences humaines et urbaines. Il s’agit de saisir tous les gestes de « déprise », d’échappée et les manières d’habiter l'environnement en le conservant.

 

 

 

 

Présentation du triangle de Gonesse et du projet « Des terres pour Gonesse ». En novembre 2019, le gouvernement a abandonné le projet de centre de commerces et de loisirs Europa City (architectes : Big) qui devait se construire sur la partie sud du triangle de Gonesse. Ces 280 hectares, aujourd’hui cultivés, sont toujours promis à l’urbanisation par une classification en zone d’aménagement concertée (ZAC) validée par la justice en juillet dernier. Mais de nombreux collectifs – Carma, Risome (Réseau d'initiatives solidaires pour les mutations agro-écologiques), La semeuse –, réunis autour du collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) portent depuis des années un projet alternatif de maintien des activités paysannes, mais aussi de formation et de recomposition. Parallèlement, la Société du Grand Paris prévoit le développement d’une nouvelle ligne de métro (Ligne 17) et une nouvelle gare,

Les différents collectifs autour du triangle de Gonesse sont organisés en vue de la préservation des terres agricoles et en faveur de l’autonomie alimentaire de l’Île-de-France. Ils engagent une véritable réflexion sur la lutte contre l’artificialisation des sols, la critique de la métropolisation, et sur les moyens de la transition écologique, et sur le soin accordé aux environnements habités.

Travaux

un travail en sous groupes autour de la sous-thématique choisie (illustré par le commentaire de textes lus)

Bibliographie

.HACHE, E (dir.), Écologie politique : cosmos, communautés, milieux, Ed. Amsterdam, 2012.

DESCOLA, P, L’écologie des autres. L'anthropologie et la question de la nature, Quae, 2011.

NAESS, A, Vers l’écologie profonde, Wild Project, 2017.

THOREAU, H-D, Walden ou la vie dans les bois, Gallimard, 1990.

FABUREL, G, Les métropoles barbares, Le passager clandestin, 2018.

––––– Pour en finir avec les grandes villes, Passager clandestin 2020.

TSING, A, Le champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de la vie en ruines, La Découverte, 2017.

SERVIGNE, P, Chapelle G, L'entraide : l'autre loi de la jungle, Les Liens qui libèrent, 2017,

BABOU I, Viv(r)e la friche. Enquête photographique sur une expérience d’écologie sociale en banlieue parisienne, Paris, 2020.

HARRAWAY, D, Habiter le trouble avec Donna Haraway, Éditions Dehors, 2019.

HACHE, E, Reclaim : recueils de textes éco féministes, Cambourakis, 2015

MORIZOT, B, Manières d’être vivant, Actes Sud, 2020

Informations supplémentaires

textes (en ligne)

webographie

cours magistraux