Retour

  • Arts Visuels

Victoire DEVAUCHELLE
Mathis VEROT
Audrey AMAR-SAVOY

Intériorités

2019

ENSAPVS

Enseignants : André AVRIL

Projets de scénographies imaginaires autour de l’exposition "Architectures intérieures" présentée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Val de Seine en janvier 2019

CONCEVOIR LA SCÉNOGRAPHIE IDÉALE D’UNE EXPOSITION D’ART CONTEMPORAIN.

La mise en abîme de l’exposition.

Le temps d’un semestre, dans le cadre d’un enseignement de licence, autour de la question des processus de création et d’une réflexion sur les questions d’architecture que pose la scénographie d’exposition, un groupe d’étudiants et leur enseignant André Avril, se sont penchés sur le propos de l’exposition Architectures Intérieures, exposition qui allait être présentée quelque mois plus tard au sein de leur école.

Cet enseignement, souhaitait également initier à l’intérieure des expositions de l’école une proposition à la dimension exploratoire et prospective, fondée sur l’articulation entre recherche, pédagogie et pratique.

Envisageant les rapports entre constructions architecturales et constructions mentales, les étudiants, par groupe de travail, ont inventer des scénographies idéales qui puissent rendre sensibles les enjeux de l’exposition et la manière de la présenter.

INTÉRIORITÉS

Rendre sensible la division en trois parties du parcours, qui renvoie elle-même à la division de l’esprit en trois instances, prévalent depuis l’âge classique : la psyché, la mémoire et la raison.

Exprimer formellement les caractères communément associés à ces trois instances dans les éléments mêmes de la scénographie : cimaises, socles et jeux de lumière.

Traduire l’instabilité, l’irrégularité de la psyché par le recours aux obliques, l’absence de verticale ou d’horizontale et des lumières tournantes ; traduire le caractère calme et vaporeux qu’invoque l’idée de mémoire, par la rondeur des espaces et le recours à une lumière ambiante diffuse ; traduire enfin la rigueur de la raison par l’application de l’angle droit et la répétition des mêmes cimaises, disposées selon les mêmes écarts, sur un même rythme et sous une lumière crue.